Utilisateur:Luxcem/test traduire/en

From La Quadrature du Net
< Utilisateur:Luxcem‎ | test traduire
Revision as of 16:17, 3 August 2015 by Luxcem (talk | contribs) (Page créée avec « Ecrit après la visite d'un bagne »)
Jump to navigationJump to search

Ecrit après la visite d'un bagne

Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne.
Quatrevingt-dix voleurs sur cent qui sont au bagne
Ne sont jamais allés à l'école une fois,
Et ne savent pas lire, et signent d'une croix.
C'est dans cette ombre-là qu'ils ont trouvé le crime.
L'ignorance est la nuit qui commence l'abîme.
Où rampe la raison, l'honnêteté périt.

God, the first author of all that is written,
Put on this Earth of intoxicated men,
The wings of spirits in the pages of books.
Everyone who opens a book finds a wing with which he can
Glide up where free souls move.
The school is sanctuary as much as chapel.
The alphabet that the child with his finger spells
Contains virtue in each letter; the heart
Lights up gently at this humble glow.
So, to the little child, give the little book.
Walk, lamp in hand, so he can follow you.

Night produces error and error the assault.
A lack of good education means we bombard society
With animal-men, unfinished heads,
Sad instincts and deadened pupils,
Terrifying blind men with deathly gazes,
Who feel for their way in a moral world.
Let us illuminate the spirits, this is our first law.
And from the vilest tallow let us fashion a light.
The intellect longs to be open here below;
The sprout has a right to blossom; and he who does not think
Does not live. The thieves had a right to live.
Bear in mind, the school of gold transforms copperware,
Whereas leaden ignorance transforms gold…

Je dis que ces voleurs possédaient un trésor,
Leur pensée immortelle, auguste et nécessaire ;
Je dis qu'ils ont le droit, du fond de leur misère,
De se tourner vers vous, à qui le jour sourit,
Et de vous demander compte de leur esprit ;
Je dis qu'ils étaient l'homme et qu'on en fit la brute ;
Je dis que je nous blâme et que je plains leur chute ;
Je dis que ce sont eux qui sont les dépouillés ;
Je dis que les forfaits dont ils se sont souillés
Ont pour point de départ ce qui n'est pas leur faute ;
Pouvaient-ils s'éclairer du flambeau qu'on leur ôte ?
Ils sont les malheureux et non les ennemis.
Le premier crime fut sur eux-mêmes commis ;
On a de la pensée éteint en eux la flamme :
Et la société leur a volé leur âme.