Utilisateur:Luxcem/test traduire/en

From La Quadrature du Net
< Utilisateur:Luxcem‎ | test traduire
Revision as of 16:13, 3 August 2015 by Luxcem (talk | contribs) (Page créée avec « God, the first author of all that is written, Put on this Earth of intoxicated men, The wings of spirits in the pages of books. Everyone who opens a book finds a wing with... »)
Jump to navigationJump to search

Ecrit après la visite d'un bagne

Every child we educate is a man we gain.
Ninety thieves out of one hundred in prison
Never once went to school,
And don’t know how to read, or sign at the x.
It is in this shadow that they found crime.
Ignorance is the night that opens upon an abyss.
There reason creeps away and honesty perishes.

God, the first author of all that is written,
Put on this Earth of intoxicated men,
The wings of spirits in the pages of books.
Everyone who opens a book finds a wing with which he can
Glide up where free souls move.
The school is sanctuary as much as chapel.
The alphabet that the child with his finger spells
Contains virtue in each letter; the heart
Lights up gently at this humble glow.
So, to the little child, give the little book.
Walk, lamp in hand, so he can follow you.

La nuit produit l'erreur et l'erreur l'attentat.
Faute d'enseignement, on jette dans l'état
Des hommes animaux, têtes inachevées,
Tristes instincts qui vont les prunelles crevées,
Aveugles effrayants, au regard sépulcral,
Qui marchent à tâtons dans le monde moral.
Allumons les esprits, c'est notre loi première,
Et du suif le plus vil faisons une lumière.
L'intelligence veut être ouverte ici-bas ;
Le germe a droit d'éclore ; et qui ne pense pas
Ne vit pas. Ces voleurs avaient le droit de vivre.
Songeons-y bien, l'école en or change le cuivre,
Tandis que l'ignorance en plomb transforme l'or.

Je dis que ces voleurs possédaient un trésor,
Leur pensée immortelle, auguste et nécessaire ;
Je dis qu'ils ont le droit, du fond de leur misère,
De se tourner vers vous, à qui le jour sourit,
Et de vous demander compte de leur esprit ;
Je dis qu'ils étaient l'homme et qu'on en fit la brute ;
Je dis que je nous blâme et que je plains leur chute ;
Je dis que ce sont eux qui sont les dépouillés ;
Je dis que les forfaits dont ils se sont souillés
Ont pour point de départ ce qui n'est pas leur faute ;
Pouvaient-ils s'éclairer du flambeau qu'on leur ôte ?
Ils sont les malheureux et non les ennemis.
Le premier crime fut sur eux-mêmes commis ;
On a de la pensée éteint en eux la flamme :
Et la société leur a volé leur âme.