QSPTAG

From La Quadrature du Net
Revision as of 15:12, 31 August 2023 by N07070 (talk | contribs) (Ajout d'un lien vers la nouvelle page)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to navigationJump to search
Page d’archives des comptes rendus hebdomadaires « Que se passe-t-il au Garage ? » envoyés sur les listes de diffusion « Discussion » et « Actu ».

À partir du numéro 291, le Que Se Passe-t-il Au Garage ? est désormais publié sur notre site web sur la page du même nom : Que se passe-t-il au Garage ?


Contents

2023[edit]

#291 — 25 août 2023[edit]

Mouchards partout : le contrôle à distance des appareils numériques est légalisé[edit]

C'est une pratique de police judiciaire et des services de renseignement : retourner un téléphone contre son utilisateur, pour en faire une balise GPS ou un micro, voire une caméra espion. Une pratique banalisée par les fictions télévisées, qui la présentent à la fois sous l'angle de la prouesse technologique et de la normalité. C'est toujours pour attraper des méchants qui l'ont bien mérité, qui peut donc trouver ça scandaleux ? La réalité est différente.

Dans la réalité, l'Assemblée nationale et le Sénat viennent d'adopter, dans le cadre de la loi Orientation et programmation du ministère de la justice 2023-2027, une disposition autorisant la prise de contrôle à distance des objets connectés, pour que la police puisse exploiter leur géolocalisation, leur micro ou leur caméra intégrée.

Pour l'heure, la mise en œuvre de cette prise de contrôle à distance est assortie de conditions restrictives : l'enquête en cours doit par exemple concerner des faits passibles d'au moins 5 ans de prison. Mais c'est justement l'existence de conditions qui doit mettre en alerte. L'histoire est pleine de dispositions dont les conditions d'applications se sont doucement élargies, au gré des événements, pour autoriser les pratiques dans un nombre toujours croissant de cas.

On se souvient par exemple du fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), créé pour ficher les auteurs de crimes sexuels graves, et dans lequel se retrouvent aujourd'hui un tiers des Français (à lire ici : https://www.nextinpact.com/article/48209/plus-dun-tiers-francais-sont-fiches-dans-fnaeg). Dans le même ordre d'idée, on se souvient aussi des dispositions de lutte contre le terrorisme, adoptées dans l'urgence après les attentats de novembre 2015, qui ont aussitôt servi à réprimer les manifestations du mouvement écologiste lors de la COP 21 à Paris en décembre 2015.

Dans un contexte politique et social où les mobilisations politiques sont dorénavant traitées par les gouvernements comme des événements « anti-républicains » et « factieux », comment croire une seule seconde que l'accès aux appareils numériques sera toujours réservé aux vrais méchants de la fiction ? Comme le dit l'article : « Il n'y a jamais de retour en arrière ».

Surtout que la qualification pénale, à ce stade des enquêtes, revient aux procureurs, qui pourront user et abuser de leurs pouvoirs pour s'autoriser ces nouveaux pouvoirs d'enquête. Or, l'exemple de l'affaire de Tarnac montre bien que ce qui est présenté comme terroriste par la police ne l'est pas nécessairement pour la justice. En pleine urgence climatique, certaines actions de sabotage menées par des activistes écologistes pourraient déjà tomber sous le coup de ces mesures.

Lire l'article complet du 25 juillet : https://www.laquadrature.net/2023/07/25/lassemblee-adopte-lactivation-a-distance-des-appareils-electroniques/


Réseaux sociaux et boucs émissaires[edit]

Dans la bouche des personnalités politiques paresseuses, les réseaux sociaux sont responsables de tous les maux, sauf quand c'est la faute des jeux vidéo. Lors des révoltes urbaines qui ont suivi la mort du jeune Nahel à Nanterre, le 27 juin dernier, ça n'a pas raté : juste après avoir doctement affirmé que « certains d’entre eux vivent dans la rue les jeux vidéo qui les ont intoxiqués », le Président de la République (également sociologue, spécialiste des médias et analyste des comportements de foules), a pointé « celles et ceux qui utilisent ces réseaux sociaux pour appeler au désordre ou exacerber la violence ».

Pour le gouvernement, les émeutiers sont des gamins qui agissent uniquement par imitation et pour cumuler les vues sur TikTok et SnapChat. Belle analyse au doigt mouillé, qui accuse le mécanisme de propagation de la révolte sans interroger son origine sociale dans la profondeur ni dans la durée. On accuse le médium sans lire le message, c'est de l'escamotage politicien dans toute sa splendeur.

Mais au-delà de ce tour de passe-passe affligeant qui cache la démission de toute ambition politique, le gouvernement retombe une fois encore dans les réflexes sécuritaires qui en sont le complément habituel : on parle de censurer en urgence, et à la volée, les contenus qui « appellent à l'émeute », en particulier les vidéos tournées dans les rues. Cette censure administrative est un vieil ennemi de La Quadrature : utilisée à discrétion par la police et le gouvernement, sans décision judiciaire et au gré des errances politiques, elle donne paradoxalement un pouvoir démesuré aux grandes plateformes privées du web, qui appliquent les décisions de censure administrative avec le plus grand zèle et les devancent même volontiers.

Le gouvernement prépare pour cet automne une loi numérique qui devra adapter les mesures du Digital Service Act (DSA) européen. Sera-t-elle l'occasion pour le gouvernement de renforcer les pouvoirs des plateformes ? Ce sera un des grands enjeux de cette rentrée pour La Quadrature, qui soutient toujours l'obligation d'interopérabilité.

Une analyse détaillée de l'actualité et des enjeux à venir, à lire sur notre site.

Lire l'article paru le 28 juillet : https://www.laquadrature.net/2023/07/28/revoltes-et-reseaux-sociaux-le-retour-du-coupable-ideal/


Pourquoi nous n'accueillerons pas Meta dans le fédivers[edit]

L'interopérabilité que nous réclamons est en train d'advenir. Le fédivers, basé sur le protocole ActivityPub, a pris une ampleur intéressante dans la dernière année, avec une multiplication des services qui l'utilisent — et peuvent donc tous s'interopérer — et une forte hausse de la fréquentation du réseau Mastodon, provoquée par la déréliction de Twitter sous la direction erratique d'Elon Musk. La fin du monopole de Twitter sur le micro-blogging et le développement de nouvelles formes de réseaux sociaux attirent maintenant les appétits des autres grandes plateformes.

Meta a donc annoncé le lancement de Threads, qui devrait à terme se baser sur ActvityPub pour être interopérable avec le reste du fédivers. Le groupe a même engagé, sous couvert d'un accord de confidentialité, des discussions avec quelques-unes des plus grandes instances de Mastodon. Aussitôt, le débat a pris au sein de la communauté : faut-il ou non accueillir Meta et Threads dans le fédivers ? Notre réponse est non.

L'histoire enseigne que les grandes entreprises privées du web sont toujours intéressées par les technos et les idées qui les concurrencent. Elles commencent par s'en approcher, par s'interconnecter avec elles, puis elles développent de nouvelles fonctions qui redéfinissent le jeu, avant de le refermer en absorbant tout le monde. Pour fonctionner de manière équitable et résister à la recentralisation, à la force de gravitation des grands groupes, l’interopérabilité doit être formalisée et encadrée par des règles contraignantes, les mêmes pour tous les acteurs.

C'est pourquoi les GAFAM ne seront pas les bienvenus dans le fédivers tant que l'interopérabilité ne sera pas obligatoire et strictement encadrée.

Lire notre prise de position parue le 9 août : https://www.laquadrature.net/2023/08/09/larrivee-de-meta-sur-le-fedivers-est-elle-une-bonne-nouvelle/


La Quadrature dans les médias[edit]

Censure des réseaux sociaux


Mouchards

Meta et le fédivers


Agenda[edit]

  • 24 au 27 août : La Quadrature du Net sera au Hadra Trance Festival, aux côtés de Framasoft, Picasoft, Exarius et Linux07 - Plan d'eau de Vieure, Allier (France). Plus d'infos sur : https://hadratrancefestival.net/fr/.
  • 1er au 4 septembre : La Quadrature du Net sera à Freedom Not Fear à Bruxelles. Plus d'infos sur : https://freedomnotfear.org/2023.
  • 14 septembre : causerie mensuelle Technopolice Marseille à 19h, au Manifesten, 59 rue Adolphe Thiers à Marseille.


#290 — 11 août 2023[edit]

Une start-up surveille illégalement les supermarchés en France[edit]

Si vous glissez quelque chose dans votre poche en déambulant dans les rayons d'un supermarché, il est possible qu'à la sortie un vigile vous demande de vider vos poches. Ce n'est pas forcément parce qu'il vous a vu voler quelque chose. Mais parce qu'un logiciel, chargé d'analyser le comportement des client·es sur les images de vidéosurveillance, a déclenché une alerte : un outil de surveillance scrute en permanence les faits et gestes de chaque personne dans le magasin, à l'affût d'un comportement « suspect ». Problème : non seulement c'est très désagréable, mais en plus c'est parfaitement illégal.

Ces logiciels existent bel et bien, et c'est le fonds de commerce d'une société française appelée Veesion. Nous en parlions déjà en mai 2021, après avoir découvert le discours marketing de l'entreprise : elle démarchait agressivement les magasins en mettant en avant la recrudescence des vols à cause de la crise économique et de l'augmentation de la pauvreté (à lire ici : https://www.laquadrature.net/2021/05/31/videosurveillance-biometrique-dans-nos-supermarches/).

Deux ans ont passé et le problème de l'illégalité reste entier et connu de tous. Nous l'avions soulevé, la CNIL elle-même le reconnaît dans un article que Streetpress a consacré à Veesion, le ministère de l'Intérieur sait que cette surveillance est illégale, et même les responsables de Veesion le savent puisqu'ils mettent en avant que l'application de la loi compromettrait l'existence de l'entreprise... Alors, comment Veesion peut-elle lever des millions d'investissement pour des produits illégaux ? C'est la question que nous posions à la CNIL dans cet article paru le 4 juillet dernier.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/07/04/veesion-la-start-up-illegale-qui-surveille-les-supermarches/


« Nuits de l'AN2V » : dans les allées du supermarché de la vidéosurveillance[edit]

L'exemple de Veesion illustre une réalité plus vaste : la vidéosurveillance numérique, avec ses algorithmes de reconnaissance comportementale et biométrique, est une industrie florissante. Les acteurs du domaine se sont réunis au sein d'une « association nationale de la vidéoprotection », baptisée AN2V. N'hésitant devant aucun sacrifice, nous avons mis des lunettes noires et une moustache pour nous fondre dans la foule et assister au rassemblement annuel des vidéosurveillants. Ce récit a paru le 11 juillet dernier, d'abord sur le site lundi matin (https://lundi.am/En-visite-aux-nuits-de-l-AN2V-le-lobby-de-la-videosurveillance) puis sur notre site.

Un récit en immersion dans le monde des cravates, de l'argent, et de « l'acceptabilité » de la surveillance. Ce petit milieu ne peut prospérer que si la population accepte d'être surveillée en permanence, et s'imagine même que c'est pour son bien. On y croise des dirigeants d'entreprises, des donneurs d'ordres qui travaillent dans des collectivités locales, des industriels chinois, des personnalités du ministère de l'Intérieur et des députés de droite qui portent les discours sécuritaires depuis les entreprises jusque sur les bancs de l'Assemblée nationale. Dans une ambiance arrosée au kir, on se félicite, on espère, et on se réjouit de la loi qui va autoriser la vidéosurveillance algorithmique (VSA) dans le cadre des JO de Paris 2024... La soirée plonge dans l'étrange quand un intellectuel invité esquisse une analyse de la façon dont « une démocratie peut basculer dans l'autoritarisme », dans un exercice collectif d'exorcisme du pire et de déni des responsabilités. Une lecture incontournable, si vous l'aviez manquée !

Lire le reportage complet : https://www.laquadrature.net/2023/07/11/en-visite-aux-nuits-de-lan2v-le-lobby-de-la-videosurveillance/


La Quadrature dans les médias[edit]

VSA et reconnaissance faciale

Divers


Agenda[edit]

  • 15 au 19 août : La Quadrature sera au Chaos Communication Camp, au Ziegeleipark Mildenberg à Berlin (Allemagne).
  • 24 août 13h30 : La Quadrature parlera des réseaux sociaux et de leur régulation aux Universités d'Été de LFI, à Châteauneuf-sur-Isère (près de Valence) : https://amfis2023.fr
  • 24 au 27 août : La Quadrature du Net sera au Hadra Trance Festival, aux côtés de Framasoft, Picasoft, Exarius et Linux07 — Plan d'eau de Vieure, Allier (France). plus d'infos sur : https://hadratrancefestival.net/fr/.


#289 — 16 juin 2023[edit]

Non, le chiffrement n'est pas une activité criminelle[edit]

Notre article du 5 juin dernier (https://www.laquadrature.net/2023/06/05/affaire-du-8-decembre-le-chiffrement-des-communications-assimile-a-un-comportement-terroriste/) racontait comment la police et le parquet national anti-terroriste (PNAT) ont élaboré le récit d'un groupe terroriste « d'ultra-gauche » en ciblant sept personnes, surveillées par la DGSI après le retour de l'une d'entre elles du Rojava, où elle avait combattu contre Daesh au côté des Kurdes. Les faits ? Des parties d'airsoft, la détention de produits chimiques, des propos anti-police... Mais les enquêteurs semblent particulièrement s'attarder sur la « clandestinité » du groupe, établie d'après eux par l'usage d'outils de protection de l'intimité en ligne : Tor, Signal, Tails, ou des services mails tels que Protonmail et Riseup. Et si les services antiterroristes ne parviennent pas à démontrer l'existence d'un réel projet terroriste, c'est parce que celui-ci doit être caché quelque part, dans des communications chiffrées...

Cette présomption de culpabilité sous prétexte que « vous avez quelque chose à cacher » est évidemment un raisonnement indéfendable, mais qui s'inscrit dans une suite d'attaques plus globales contre le chiffrement, en France et au niveau européen. Nous sommes pourtant innombrables à utiliser le chiffrement de nos navigations et de nos communications pour protéger nos vies privées, notre travail ou notre activité militante.

La remise en cause du droit à la confidentialité pose donc d'importantes questions sur la nature de la vie commune que nous voulons, dans un contexte où les crises économiques et climatiques soumettent les sociétés à des débats politiques cruciaux que les gouvernement ne pourront pas contenir en déployant la force et la police partout.

C'est pourquoi nous avons publié une tribune pour la défense du droit au chiffrement, et contre la criminalisation de ces techniques qui garantissent nos droits et libertés fondamentales. Plus de 130 personnes et organisations ont signé cette tribune, qu'elles viennent du monde de l’informatique ou du monde de la défense des droits et libertés. La tribune est parue dans Le Monde (ici : https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/06/14/attaches-aux-libertes-fondamentales-dans-l-espace-numerique-nous-defendons-le-droit-au-chiffrement-de-nos-communications_6177673_3232.html), et vous pouvez aussi la lire et trouver la liste complète des signataires sur notre site.

La tribune et ses signataires : https://www.laquadrature.net/2023/06/15/tribune-attaches-aux-libertes-fondamentales-dans-lespace-numerique-nous-defendons-le-droit-au-chiffrement-de-nos-communications/

La Quadrature dans les médias[edit]

Reconnaissance faciale

Loi Justice et mouchards

Divers


Agenda[edit]

  • 16 juin : « Covid-19 et libertés numériques : quel bilan après 3 ans de pandémie ? » - conférence de la Quadrature à Pas Sage En Seine (15h15, salle cinéma) — plus d'infos sur : https://passageenseine.fr/.
  • 22 juin : Apéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris) à partir de 19h.
  • 29 juin : Cycle de rencontres « Agir le droit » : luttes judiciaires et mobilisations citoyennes, discussion croisée entre l'Affaire du siècle et La Quadrature du Net — Comme Vous Émoi, 5 rue de la Révolution, Montreuil, à 19h30.
  • 15 au 19 août : La Quadrature sera au Chaos Computer Camp, au Ziegeleipark Mildenberg à Berlin (Allemagne).
  • 24 au 27 août : La Quadrature du Net sera au Hadra Trance Festival, aux côtés de Framasoft, Picasoft, Exarius et Linux07 — Plan d'eau de Vieure, Allier (France). plus d'infos sur : https://hadratrancefestival.net/fr/.


#288 — 9 juin 2023[edit]

Chiffrer ses communications, c'est désormais suspect[edit]

L'affaire antiterroriste « du 8 décembre », beaucoup moins médiatisée que l'affaire « de Tarnac » en 2008, lui ressemble beaucoup : dans un cas vertigineux d'auto-intoxication policière, les agents et le parquet, à force de surinterpréter des signes, finissent par se convaincre de l'existence d'un complot terroriste. Les faits sont racontés par exemple dans cet entretien avec l'un des 7 personnes inculpées qui seront jugées en octobre 2023 : https://lundi.am/Affaire-du-8-decembre-recit-d-une-mise-en-examen-pour-association-de.

Mais ce qui a plus spécialement attiré notre attention dans le dossier d'instruction, c'est l’insistance avec laquelle les enquêteurs reviennent sur le fait que les inculpé·es chiffrent leurs communications numériques. Utiliser sur un smartphone un système d'exploitation libéré de Google (/e/OS), utiliser sur un PC un système d'exploitation chiffré (Tails), naviguer sur le Web avec un navigateur chiffré et anonyme (Tor), et même utiliser une messagerie instantanée chiffrée (Signal), sont pour les policiers de l'antiterrorisme des signes certains que vous avez la « volonté de vivre dans la clandestinité » et que vous avez forcément quelque chose de très grave à cacher...

L'histoire donnerait envie de rire si elle n'était pas dramatique : depuis trois ans déjà, 7 personnes vivent au quotidien sous la pression de la police antiterroriste, avec la suspicion et la surveillance constante que cela entraîne, le harcèlement des proches, l'épuisement mental et les convocations incessantes.

Par ailleurs, le chiffrement des communications est un droit et un besoin. Dans une société qui transforme en crime le désir de protéger son intimité, plus personne n'est en sécurité. Tout le monde a déjà entendu (ou même prononcé) la célèbre formule des personnes que la surveillance (des autres) ne dérange pas : « Je n'ai rien à cacher ». Cette banalité a surtout un envers très inquiétant : si vous voulez cacher quelque chose, alors on peut vous le reprocher. Ce cauchemar kafkaïen, la police française le fait vivre aujourd'hui à 7 personnes, n'attendons pas d'être 68 millions.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/06/05/affaire-du-8-decembre-le-chiffrement-des-communications-assimile-a-un-comportement-terroriste/


La Quadrature dans les médias[edit]

Loi Justice et mouchards

Divers


Agenda[edit]

  • 16 juin : « Covid-19 et libertés numériques : quel bilan après 3 ans de pandémie ? » - conférence de la Quadrature à Pas Sage En Seine - plus d'infos sur : https://passageenseine.fr/.
  • 22 juin : Apéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris) à partir de 19h.
  • 15 au 19 août :La Quadrature sera au Chaos Computer Camp, au Ziegeleipark Mildenberg à Berlin (Allemagne).
  • 24 au 27 août : La Quadrature du Net sera au Hadra Trance Festival, aux côtés de Framasoft, Picasoft, Exarius et Linux07 - Plan d'eau de Vieure, Allier (France). plus d'infos sur : https://hadratrancefestival.net/fr/.

#287 — 2 juin 2023[edit]

Transformer les objets connectés en mouchards policiers[edit]

Le projet de loi dit « Justice », examiné en ce moment au Sénat avant d'arriver bientôt à l'Assemblée, prévoit entre autres choses d'augmenter les pouvoirs d'enquête de la police judiciaire. Au milieu de dispositions concernant la garde-à-vue ou la possibilité de perquisitionner durant la nuit, l'article 3 a déjà mobilisé contre lui toutes les organisations professionnelles des avocats, et de nombreuses autres associations de défense des droits.

L'article 3 autoriserait les enquêteurs (policiers et magistrats instructeurs) à utiliser des logiciels espions pour activer à distance les objets connectés qui nous entourent et les transformer en autant de « mouchards » susceptibles de fournir des informations : la position du GPS d'une voiture, le micro d'un téléphone portable, d'un ordinateur ou d'une télévision connectée, par exemple.

Bien entendu les intentions annoncées sont pures : il s'agit d'abord d'assurer la sûreté des agents, qui prendront ainsi moins de risques physiques (il serait plus dangereux d'installer un micro pour « sonoriser » un lieu), et ces mesures d'espionnage seront utilisées seulement dans les enquêtes présentant un caractère de gravité évident, comme le terrorisme ou le crime organisé. Soit.

On peut cependant en douter. Dans un contexte politique et social où tous les mouvements contestataires sont criminalisés et volontiers assimilés au terrorisme (militants écologistes inclus), chaque personne qui s'oppose d'une manière ou d'une autre à un projet industriel ou politique pourra être visée.

Par ailleurs, l'expérience montre que les mesures prises pour lutter contre les crimes graves entrent très vite dans le répertoire habituel du travail quotidien des magistrats et des policiers, pour concerner alors l'ensemble de la population. Souvenez-vous par exemple du FNAEG, le fichier des empreinte génétiques (ADN), créé pour permettre l'identification des criminels sexuels, mais dans lequel on trouve aujourd'hui 10% de la population française : on vous force aujourd'hui à donner votre ADN lors d'une garde à vue après une manifestation où des poubelles ont brûlé...

L'Observatoire des Libertés et du Numérique (OLN), dont La Quadrature fait partie aux côtés notamment du Syndicats des avocats de France et du Syndicat de la Magistrature, a publié ce mercredi 31 mai une tribune commune contre cet article 3. Une mise en garde en direction des législateurs : tout ce qui est techniquement possible ne doit pas être permis.

'Lire la tribune de l'OLN : https://www.laquadrature.net/2023/05/31/transformer-les-objets-connectes-en-mouchards-la-surenchere-securitaire-du-gouvernement/


Nouveau recours contre les drones policiers[edit]

Vous vous en souvenez sûrement, le gouvernement a enfin réussi à légaliser les drones policiers en faisant voter la loi Sécurité intérieure, début 2022. Le décret d’application de cette disposition est paru un an plus tard, en avril dernier (voir ici : https://www.laquadrature.net/2023/05/10/tout-le-monde-deteste-les-drones/).

L’Association de Défense des Libertés Constitutionnelles (ADELICO) a attaqué ce texte, et La Quadrature s'est jointe à cette affaire. Nous avons donc assisté il y a deux semaines à une audience devant le Conseil d’État. Nos arguments concernent la nécessité et la proportionnalité de l'utilisation des drones : le ministère ne démontre à aucun moment qu'ils sont nécessaires pour remplir les missions habituelles de protection de l’ordre public, en particulier par rapport à l’armada d’agents, de caméras et de véhicules qu’il a déjà à terre.

Le ministère contre-attaque en défendant le progrès technique et en s'opposant à un retour « aux épées du Moyen-Âge », même si le rapport avec le respect des libertés ne saute pas aux yeux.

Même si finalement le Conseil d'État a rejeté le recours, nous revenons à cette occasion sur les pratiques observées ces dernières semaines dans les villes de France, dans un contexte de surchauffe sécuritaire et de surveillance par tous les moyens : https://www.laquadrature.net/2023/05/23/drones-qui-fera-atterrir-le-ministere-de-linterieur/.

Le combat contentieux continue, puisque seul le référé a été rejeté. Et on n'a pas l'intention de lâcher l'affaire ! On est toujours du côté des goélands contre les drones.

'Lire l'article sur notre site : https://www.laquadrature.net/2023/05/23/drones-qui-fera-atterrir-le-ministere-de-linterieur/


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Mouchards policiers

Hadopi

Divers


Agenda[edit]

  • 8 juin : Conférence «  Numérique et Société sous surveillance », La Rochelle, salle de Fétilly, 19h-21h.
  • 8 juin : Causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten (59 Rue Adolphe Thiers à Marseille).
  • 16 juin : « Covid-19 et libertés numériques : quel bilan après 3 ans de pandémie ? » - conférence de la Quadrature à Pas Sage En Seine - plus d'infos sur : https://passageenseine.fr/.
  • 22 juin : Apéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris) à partir de 19h.
  • 15 au 19 août : La Quadrature sera au Chaos Computer Camp, au Ziegeleipark Mildenberg à Berlin (Allemagne).
  • 24 au 27 août : La Quadrature du Net sera au Hadra Trance Festival, aux côtés de Framasoft, Picasoft, Exarius et Linux07 - Plan d'eau de Vieure, Allier (France). plus d'infos sur : https://hadratrancefestival.net/fr/.


#286 — 19 mai 2023[edit]

Empreintes digitales et fichage policier[edit]

Il y a quelques semaines, nous avons parlé du cadre légal et des pratiques policières concernant l'accès aux téléphones portables en garde à vue (l'article est ici : https://www.laquadrature.net/2023/04/28/en-gav-tes-fiche%c2%b7e/). Cette semaine, penchons-nous sur la question délicate des empreintes digitales, qui sont versées au fichier automatisé des empreintes digitales (FAED) et conservées pendant quinze ans au minimum. Rien à voir avec les empreintes digitales que vous avez dû fournir pour obtenir un passeport biométrique par exemple : le FAED est un fichier de police, un fichier de suspects.

La loi Sécurité intérieure de janvier 2022 autorise désormais la police à prendre ces empreintes « de force » — mais sous certaines conditions, utiles à connaître pour faire valoir vos droits le jour où la police vous embarque à la fin d'une manifestation, comme cela se pratique à la mode de chez nous. Tout est dans notre article. Une lecture à portée pratique, en somme. Prochain épisode de cette exploration du fichage policier : les prélèvements d'ADN.

'Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/05/12/en-gav-tes-fiche%c2%b7e-episode-2-les-empreintes/


Nouveau recours contre la banalisation des drones policiers[edit]

La loi Sécurité intérieure de janvier 2022, encore elle, a aussi légalisé l'emploi de drones pour surveiller la population. Le 19 avril dernier, le gouvernement a publié le décret d'application de cette loi, très attendu parce qu'il précise les conditions dans lesquelles l'usage des drones est permis.

Malgré une condition assez forte en apparence — il faut que l’événement concerné soit « susceptible d’entraîner des troubles graves à l’ordre publi » — les préfets font décoller les drones à tout propos, dès qu'un rassemblement a lieu, comme si tout événement collectif était un danger, et comme si le gadget sécuritaire était devenu pour la police un gage de sérieux, d'efficacité, de modernité, ou pire encore : une chose banale, une évidence. On a donc vu et entendu les drones au-dessus des têtes à Mayotte, aux rassemblements des Soulèvements de la Terre dans le Tarn, lors des manifestations du 1er mai ou pour la finale de la Coupe de France : dès que la population se rassemble, les drones survolent, les drones surveillent. L’Association de Défense des Libertés Constitutionnelles (ADELICO) a attaqué ce décret devant le Conseil d’État. La Quadrature du Net a déposé une requête en intervention volontaire pour soutenir cette action. L'audience s'est tenue le mardi 16 mai, et l'affaire est en délibéré. Nous vous tiendrons évidemment au courant de la décision.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/05/10/tout-le-monde-deteste-les-drones/


Loi JO : la vidéosurveillance algorithmique est donc constitutionnelle[edit]

Dans l'esprit de Coubertin, on a participé, puisque c'est le plus important, et on a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel pour attaquer la loi JO et son article 7 (renuméroté en article 10), qui autorise les expérimentations de VSA avant, pendant et après les JO de Paris 2024.

La décision a été rendue le mercredi 17 mai, et sans grande surprise, le Conseil constitutionnel valide l'article 7 (c'est devenu une habitude ce printemps, les articles 7 sont constitutionnels). Les expérimentations ne devraient pas tarder à commencer, et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les documenter, les rendre publiques et les suivre de près. On vous tiendra évidemment au courant des actions qu'on envisagera. En attendant, vous pouvez écouter "Le téléphone sonne" (France Inter) du 18 mai, où Noémie répond à Philippe Latombe (député Modem, majorité présidentielle), rapporteur de la loi à l'Assemblée nationale : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-du-jeudi-18-mai-2023-8564364.

Revenir sur la loi JO : https://www.laquadrature.net/2023/03/23/la-france-premier-pays-deurope-a-legaliser-la-surveillance-biometrique/


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

VSA et loi JO

Drones policiers

Règlement IA

Divers

Agenda[edit]

  • 24 mai : Conférence de La Quadrature du Net à l'invitation du collectif Ruptures et discussion publique (19h-21h), à la Maison des Associations (6 Rue Berthe de Boissieux, 38000 Grenoble).
  • 8 juin : Conférence «  Numérique et Société sous surveillance », La Rochelle, salle de Fétilly, 19h-21h.
  • 8 juin : Causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten (59 Rue Adolphe Thiers à Marseille).


#285 — 28 avril 2023[edit]

Smartphone et garde à vue : ce qu'il vaut mieux savoir[edit]

En ces temps de conflit social permanent, la criminalisation de l'activisme politique est très visible. Et la police, chargée de restaurer la paix sociale à coups de matraque et d'arrestations, ramasse tout ce qui passe à sa portée. Nul besoin d'être un dangereux révolutionnaire, le couteau entre les dents, pour connaître aujour'hui les joies de la garde à vue après une manifestation ou un rassemblement.

Or, la police dispose aujourd'hui de moyens disproportionnés pour s'immiscer dans nos vies : l'identification biométrique poussée jusqu'au prélèvement de l'ADN, l'exploration de nos smartphones, ces mouchards très bavards que nous trimballons volontairement dans nos poches, et le fichage dans d'innombrables fichiers alimentés, conservés et croisés sans contrôles véritables...

Pour une association qui veut « défendre les libertés et les droits à l'ère du numérique », il était inévitable de se pencher sérieusement sur cette question. Première partie de cette analyse : comment nos smartphones peuvent nous trahir en garde à vue. Que disent les lois, et quelles sont les pratiques réelles des policiers ? Lisez l'article pour tout savoir, et n'hésitez pas à le faire circuler auprès de vos proches qui iraient manifester, avec ou sans casserole.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/04/28/en-gav-tes-fiche%c2%b7e/


Loi JO et VSA : l'épreuve de la censure ?[edit]

Vous le savez, la loi JO adoptée le 12 avril dernier autorise l'utilisation de la vidéosurveillance algorithmique (article 7), de scanners corporels (article 11) et criminalise lourdement l'intrusion dans les stades (article 12). Cette loi très sécuritaire touchant dangereusement aux libertés publiques, un groupe de parlementaires a saisi le Conseil constitutionnel.

L'Observatoire des libertés et du numérique, dont La Quadrature fait partie aux côtés du Syndicat de la Magistrature, de la LDH et d'autres organisations de défense des droits, a déposé un mémoire pour appuyer cette saisine (procédure de contribution extérieure dite de la « porte étroite »).

Le contexte récent et les décisions passées du Conseil au sujet de la surveillance ne sont pas de bon augure. Mais nous serons là quand les expérimentations commenceront.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/04/24/loi-jo-2024-passage-de-flambeau-au-conseil-constitutionnel/


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

JO 2024 et surveillance

Divers


Agenda[edit]

  • 28 avril : conférence-débat sur la vidéosurveillance automatisée et les JO de Paris 2024 (20h-22h), avec La Quadrature du Net, Les Pieds dans le Paf et Les Ami.e.s de May, au Lycée Expérimental (17 boulevard René Coty, Saint Nazaire).
  • 11 mai : causerie mensuelle du groupe Technopolice de Marseille, à partir de 19h au Manifesten (59 rue Adolphe Thiers, à Marseille).
  • 24 mai : conférence de La Quadrature du Net à l'invitation du collectif Ruptures et discussion publique (19h-21h), à la Maison des Associations (6 Rue Berthe de Boissieux, 38000 Grenoble).


#284 — 14 avril 2023[edit]

Cartographie du lobby de la Technopolice[edit]

La campagne Technopolice a maintenant trois ans, et elle nous a appris énormément sur le réseau industriel et politique qui soutient le développement de la surveillance technologique en France. En partenariat avec l'Observatoire des multinationales, nous avons donc écrit un article pour présenter ce lobby politico-industriel qui porte le discours sécuritaire, relaie sans filtre les demandes de la police, et implante partout les outils numériques de la surveillance générale.

Dans cet article il n'est finalement pas question de grandes idées ou de principes démocratiques : seulement une description, où les choses et les personnes sont nommées. C'est donc un article rempli de noms. Des noms d'entreprises. Des noms de dirigeants industriels. Des noms de députés. Des nom de sénateurs. Une seule femme.

Il ne s'agit pas de prétendre mettre au jour un complot : rien de cela n'est secret, même si les rendez-vous entre les uns et les autres sont déclarés avec le moins de transparence possible, là où la déclaration est obligatoire. Mais il s'agit de décrire ce qui se passe. Une démarche de transparence et de lecture des données publiques : quelles entreprises se partagent cet énorme marché, quels moyens elles consacrent au lobbying, qui sont les personnalités politiques qui relaient leurs intérêts, comment le « pantouflage » et le « rétro-pantouflage » créent la fusion entre le personnel politique et le personnel industriel, etc. Une lecture indispensable, sur notre site ou sur celui de l'Observatoire des multinationales : https://multinationales.org/fr/actualites/videosurveillance-biometrique-derriere-l-adoption-du-texte-la-victoire-d-un.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/04/05/videosurveillance-biometrique-derriere-ladoption-du-texte-la-victoire-dun-lobby/


Soutien aux Soulèvements de la Terre[edit]

Mis en cause pour l'organisation de la contestation contre la retenue d'eau de Sainte-Soline, et menacés de dissolution par le ministre de l'Intérieur, les Soulèvements de la Terre ont appelé à la solidarité. La Quadrature du Net est engagée depuis longtemps, au sein de L.A. Coalition par exemple, dans la défense des libertés associatives, mises à mal notamment par la loi Séparatisme de 2021. Nous avions d'ailleurs déjà pu prendre position contre la dissolution du CCIF en 2020 (https://www.laquadrature.net/2020/10/21/menace-de-dissolution-du-ccif-une-inacceptable-atteinte-aux-libertes-associatives-et-a-legalite-des-droits/) ou de Nantes Révoltée en 2022 (https://www.laquadrature.net/2022/02/16/pourquoi-il-faut-soutenir-nantes-revoltee/).

C'est donc tout naturellement que nous avons répondu à l'appel des Soulèvements de la Terre, en signant d'abord une tribune (https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/nous-sommes-les-soulevements-de-la-terre), puis en participant à la soirée de soutien publique du mercredi 12 avril : https://www.youtube.com/watch?v=VjzUQDHUz1k.

Vidéo de l'intervention de La Quadrature : https://video.lqdn.fr/w/2JkZ6WW6vg68FZaoxEQbov


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Soutien aux Soulèvements de la Terre

VSA et JO 2024

Divers


Agenda[edit]

  • 15 avril : Assises populaires pour nos libertés — atelier Surveillance (13h30-15h45) — Bourse du travail, 29 boulevard du Temple, Paris. Plus d'infos ici : https://france.attac.org/se-mobiliser/les-inegalites-un-choix-politique/article/assises-populaires-pour-nos-libertes.
  • 15 avril : Intervention Technopolice aux Ateliers du Geste (18h-23h) — Ateliers du Geste, Grand Mas, Vallon de Marcillac, Aveyron.
  • 28 avril : Conférence-débat sur la vidéosurveillance automatisée et les JO de Paris 2024 (20h-22h) — Lycée Expérimental, 17 boulevard René Coty, Saint-Nazaire. Avec La Quadrature du Net, Les Pieds dans le Paf et Les Ami·e·s de May.
  • 11 mai : Causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten (59 Rue Adolphe Thiers à Marseille).
  • 24 mai : Conférence de La Quadrature du Net à l'invitation du collectif Ruptures et discussion publique (19h-21h) — Maison des Associations, 6 Rue Berthe de Boissieux, Grenoble.


#283 — 31 mars 2023[edit]

Entretien avec Ruptures[edit]

C'est un bon exercice : pour savoir ce qu'on est en train de faire et ce qu'on en pense, rien de mieux que de répondre à une interview. À la demande du collectif grenoblois Ruptures (https://collectifruptures.wordpress.com/), deux membres de La Quadrature se sont prêtés à l'exercice de l'entretien, à la fin de l'année dernière, et le résultat est passionnant à lire.

La discussion s'ouvre avec une question sur la campagne Technopolice : quelle est son ambition, et avec quels moyens, etc. Mais très vite la discussion élargit la focale et s'intéresse au contexte juridique, politique, et même historique des questions qui nous travaillent et qui traversent les actions de recherche et de plaidoyer de l'association.

Ruptures a publié le texte en mars dans le numéro 10 de sa revue papier, La nouvelle vague (téléchargeable ici : https://collectifruptures.wordpress.com/2023/03/09/la-nouvelle-vague-numero-10/), et nous a amicalement permis de le republier sur notre site. Une lecture dense et riche.

Lire l'entretien avec Ruptures : https://www.laquadrature.net/2023/03/30/le-numerique-nous-insere-dans-une-trame-toujours-plus-resserree/


Odyssée 2.0[edit]

La photographe Alexa Brunet et Félix Tréguer, co-fondateur de La Quadrature du Net, ont écrit en duo un livre intitulé Odyssée 2.0. Publié par les éditions le bec en l’air (www.becair.com ), le bel ouvrage est disponible en précommande (souscription à partir de 38 €) sur le site de l'éditeur jusqu'au 30 avril :

« Odyssée 2.0 est un parcours photographique librement inspiré du mythe d’Homère qui suit les pérégrinations d’Ulysse au sein de la Technopolis, une « Smart City » fictive et dystopique. À travers une série de mises en scène reprenant les étapes-clés de l’Odyssée d’Homère, ce travail aborde les problématiques inhérentes à la prolifération des technologies numériques. Dans un parti pris photographique reposant sur le choix de l’argentique et des trucages low tech, notre anti-héros explore plusieurs facettes de nos vies connectées telles que l’économie de surveillance, la banalisation des drones, la sexualité virtuelle ou encore la police prédictive. Le récit associe plusieurs niveaux de lecture, alternant clichés mythologiques, cinéma de science-fiction et de nombreux fragments textuels. Ces textes allient conte, données statistiques, citations philosophiques et notes de carnets, et viennent enrichir la série photographique, par exemple en confrontant les mises en garde de nos aïeux aux promesses mirobolantes des futurologues contemporains. Ce projet éditorial conjugue ainsi les formes d’expression et les temporalités pour inviter à une réflexion critique sur la «technologisation» croissante du contrôle social. Si le voyage d’Ulysse dans le monde-machine est d’abord le récit des compromissions de l’humanité dans son rapport au numérique, il se conclut toutefois sur une note d’espoir, Ulysse se décidant à fuir Technopolis pour rentrer « chez lui », à Ithaque. Comme pour nous rappeler que, face à l’informatisation du monde, la partie n’est pas encore jouée… »

Commander le livre par souscription : https://www.becair.com/produit/odyssee-2-0/


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

VSA et loi JO

Divers


Agenda[edit]

  • 31 mars : apéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris) à partir de 19h.
  • 31 mars : soirée d'anniversaire de La Disparition, où La Quadrature lira sa lettre aux technosurveillants - c'est au Point Ephémère, 200 quai de Valmy (Paris 10e), à 20h.
  • 1er avril : conférence de La Quadrature : « Covid-19 et libertés numériques : bilan après 3 ans de pandémie » - Journées du Logiciel libre à Lyon (JDLL), Salle des Rancy, à la Maison pour tous (249, rue Vendôme, Lyon 3e arrondissement). Le programme complet est ici : https://jdll.org/user/pages/03.programme/JdLL_2023-programme.pdf.
  • 13 avril : causerie mensuelle de Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten (59 Rue Adolphe Thiers à Marseille).


#282 — 24 mars 2023[edit]

Loi JO : la VSA entre dans le poulailler[edit]

Défaite. Jeudi matin, à l'heure des manifestations nationales contre une réforme des retraites passée sans vote, les rares députés présents (73 sur 577) ont voté l'article 7 de la loi JO : les « expérimentations » de vidéosurveillance algorithmique (VSA) sont autorisées pour toute la durée des Jeux olympiques de 2024.

Notre communiqué : https://www.laquadrature.net/2023/03/23/la-france-premier-pays-deurope-a-legaliser-la-surveillance-biometrique/


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Loi JO et VSA

Divers


Agenda[edit]

  • 31 mars : apéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris) à partir de 19h.
  • 1er avril : conférence de La Quadrature : « Covid-19 et libertés numériques : bilan après 3 ans de pandémie » - Journées du Logiciel libre à Lyon, Salle des Rancy, à la Maison pour tous (249, rue Vendôme, Lyon 3e arrondissement). Le programme complet est ici : https://jdll.org/user/pages/03.programme/JdLL_2023-programme.pdf.
  • 13 avril : causerie mensuelle de Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten (59 Rue Adolphe Thiers à Marseille).


#281 — 17 mars 2023[edit]

Loi JO : dissipation du brouillard parlementaire sur les techniques de VSA[edit]

La loi JO, qui entend légaliser la vidéosurveillance algorithmique (VSA), est passée en commission des lois la semaine dernière, nous en avons déjà parlé ici : https://wiki.laquadrature.net/QSPTAG#VSA_et_loi_JO_:_la_France_.C3.A0_c.C3.B4t.C3.A9_de_la_plaque. Ces débats avaient été l'occasion, de part et d'autre, d'essayer des arguments tout neufs, à peine sortis de leur boîte, que ce soit pour attaquer la VSA ou pour la défendre.

Pour nous, c'était l'occasion d'entendre les arguments publics des partisans de la VSA, qui n'avaient jusqu'alors pas été beaucoup bousculés par les questions, notamment au moment du passage du texte devant le Sénat. Malheureusement pour eux — mais heureusement pour nous, et pour l'avenir de la filière comique française — la plupart des arguments avancés par les défenseurs du projet de loi étaient mauvais. Mais comme ils se présentent sur le mode de l'évidence, du bon sens ou de la vérité technique, il nous a paru nécessaire de prendre le temps de les démonter un par un.

Exemple : tout le monde a peur de la reconnaissance faciale et de la dimension « biométrique » de la surveillance. Il est donc important pour nous que cette dimension soit reconnue, afin que les enjeux de la légalisation soient perçus à leur juste valeur. Mais à l'inverse il est capital pour les partisans de la VSA d'affirmer sur tous les tons que non, « ça n'est pas de la biométrie ». Comment ? En parlant de colis et de valises.

À mille kilomètres des usages réels et identifiés de la VSA (documentés par trois ans de campagne Technopolice) et à deux mille kilomètres des cas d'usage que la police envisage explicitement (dans ses livres blancs par exemple), la VSA serait donc utilisée pendant les JO pour « repérer les bagages abandonnés ». L'image mentale de la bonne grosse valise à roulettes oubliée sur le quai de la gare vous occupe l'esprit, et vous voilà rassuré. Ouf.

Autres techniques de « dépersonnalisation » des enjeux : parler de « mouvements de foule », ou affirmer que tout ça finalement, ça n'est qu'une histoire « de vecteurs et de points ». Le simple fait que la reconnaissance faciale fonctionne elle aussi avec des vecteurs et des points ferait tomber l'argument, mais nous avons fait l'effort de creuser la question jusqu'à entrer dans le détail du fonctionnement des algorithmes (en gros, le « vecteur » généré par l'algorithme code un grand nombre de variables inaccessibles à l'analyse, parmi lesquelles peuvent entrer des données personnelles, sans qu'on puisse le savoir ni l'empêcher — mais c'est mieux expliqué dans l'article !).

On a aussi entendu un membre de la commission des lois reprocher aux détracteurs de la VSA d'être incohérents, et de « parler en même temps d’inefficacité et de monde orwellien » (en référence à 1984 et Big Brother). Comme s'il était difficile de faire la différence entre l'inefficacité de la VSA comme outil de protection et son absolue nocivité en tant qu’outil de surveillance. Bref, des arguments de cour d'école.

La discussion du texte à l'Assemblée nationale avait été fixée au mardi 21 mars, puis avancée au lundi 20 — mais c'était avant le 49.3 sur les retraites et la discussion des motions de censure du gouvernement. Il faudra donc suivre la mise à jour du calendrier sur le site de l'Assemblée dès lundi matin pour connaître la date du passage de la loi.

Notre débunkage des arguments en faveur de la VSA : https://www.laquadrature.net/2023/03/16/jo-securitaires-le-podium-des-incompetents/

Le site de la campagne contre la loi JO : https://www.laquadrature.net/biometrie-jo/

Suivre l'examen de la loi à l'Assemblée : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/dossiers/DLR5L16N46918


Bienvenue Julie ![edit]

Julie va passer quatre mois au Garage en tant que juriste stagiaire. Bienvenue à elle !


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Cet article explique tout sur les besoins et les moyens financiers de l'association : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/.

Pour faire connaître La Quadrature du Net autour de vous, n'hésitez pas à relayer nos articles du moment ou à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/. Vous trouverez aussi plein de sources audio et vidéo sur notre chaîne PeerTube : https://video.lqdn.fr/. Merci à vous ! <3

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Loi JO et VSA

Divers


Agenda[edit]

  • 20 ou 21 mars : commencement de la discussion du projet de loi JO à l'Assemblée nationale.
  • 31  : apéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris) à partir de 19h.


#280 — 10 mars 2023[edit]

VSA et loi JO : la France à côté de la plaque[edit]

Le passage d'un projet de loi en commission des lois permet — avant l’ouverture des débats à l'Assemblée — de se faire une idée des forces en présence, des arguments des uns et des autres, du niveau d'analyse auquel les débats se placent, et sous quels angles. La « loi JO », dont nous combattons l'article 7, passait justement en commission des lois ce mercredi 8 mars. Les amendements ont été discutés en deux séances, une le matin et une le soir. Les comptes-rendus et les vidéos sont disponibles sur le site de l'Assemblée, dans le dossier consacré à la loi : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/dossiers/DLR5L16N46918 (en bas de la page).

Nous avons regardé les débats en direct et commenté au fil de l'eau, vous pouvez retrouver les pouèts sur notre compte Mastodon : https://mamot.fr/@LaQuadrature/109986615518023176. Que peut-on en retenir ? Que les rapporteurs du texte, et avec eux les députés macronistes (Renaissance et apparentés), jugent de leur devoir de surveiller leurs concitoyens. Comme c'est une volonté inavouable, même à soi-même, le mot qui leur vient pour tout justifier est celui de « sécurité » : les caméras font de la « vidéoprotection », c'est le terme consacré par la loi, alors ils s'y cramponnent, même si c'est ridicule. On a même entendu des parlementaires défendre l'idée que les « caméras augmentées » pourraient permettre de repérer des terroristes dans la foule ou de prévenir les mouvements de foule...

La rhétorique sécuritaire consiste aussi à minimiser les dangers pour les libertés individuelles — « rien à se reprocher », « vous ne pouvez pas parler d'inefficacité de la technologie et décrire en même temps un monde orwellien » — sans jamais considérer la liberté comme une garantie collective, mais toujours comme un petit capital personnel que chacun risquerait à sa guise.

On passera sur les approximations et les entourloupes techniques (« les logiciels ne détectent que des points et des vecteurs ») et sur les méconnaissances juridiques (« ce n'est pas de la biométrie »), quand les textes disent exactement le contraire. La volonté est là : surveiller, surveiller encore, surveiller toujours.

Le projet de loi sera discuté en séance à partir du 21 mars. D'ici-là, nous avons quelques jours pour continuer d'alerter les députées. N'hésitez pas à leur téléphoner ou à leur envoyer un e-mail de votre cru, tous les numéros et les arguments sont sur la page de la campagne : https://www.laquadrature.net/biometrie-jo/.

En tout cas, cette loi ne passe pas inaperçue en Europe. Le European Center for Not-for-Profit Law (ECNL), une ONG néerlandaise basée à La Haye qui se consacre à la défense des droits, a réuni les signatures de 38 organisations européennes et internationales au bas d'une lettre ouverte qui s'inquiète des intentions du gouvernement français. Leur soutien est évidemment une excellente nouvelle pour nous. Cette lettre ouverte a été publiée par Le Monde le 6 mars, sous forme de tribune, avec les noms des premiers signataires : https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/03/06/les-mesures-de-videosurveillance-algorithmique-introduites-par-la-loi-jo-2024-sont-contraires-au-droit-international_6164276_3232.html. Avec leur accord, nous republions sur notre site la lettre ouverte et la liste complète des organisations signataires : on y reconnaît par exemple nos homologues de Digitalcourage (Allemagne) ou de Privacy International (Grande-Bretagne), aux côtés de plusieurs organisations de supporters de foot qui connaissent depuis des années l'arbitraire des mesures de surveillance, souvent expérimentées dans les stades et les banlieues.

Le site de la campagne contre la loi JO : https://www.laquadrature.net/biometrie-jo/

Le texte de la lettre internationale : https://www.laquadrature.net/2023/03/07/38-organisations-internationales-contre-la-surveillance-biometrique/

Suivre l'examen de la loi à l'Assemblée : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/dossiers/DLR5L16N46918


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Cet article raconte tout sur les besoins et les moyens financiers de l'association : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/.

Pour faire connaître La Quadrature du Net, n'hésitez pas à relayer nos articles du moment ou à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/. Vous trouverez aussi plein de sources audio et vidéo sur notre chaîne PeerTube : https://video.lqdn.fr/. Merci à vous <3

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Divers

Loi JO


Agenda[edit]

  • 21 mars : commencement de la discussion du projet de loi JO à l'Assemblée nationale.
  • 31 mars : apéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris) à partir de 19h.


#279 — 3 mars 2023[edit]

Campagne contre la loi JO : l'examen du texte a commencé[edit]

Après avoir été adopté au Sénat, le texte de la loi JO vient d'arriver à l'Assemblée nationale : c'est là qu'on peut espérer une opposition parlementaire consistante pour arrêter la glissade sécuritaire. Vous pouvez suivre les débats en direct sur le site de l'Assemblée (https://videos.assemblee-nationale.fr/direct.php), ou retrouver sur la page du projet de loi les vidéos des séances passées, ainsi que le calendrier des discussions à venir : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/dossiers/DLR5L16N46918.

Le prochain temps fort sera mercredi prochain, le 8 mars. D'ici-là, n'hésitez pas à envoyer des e-mails ou à téléphoner aux assistants des parlementaires. Tout le nécessaire pour les contacter est recensé sur notre page de campagne.

On a organisé une petite séance d'appel jeudi dernier au Garage, dans nos locaux, et c'était plein d'enseignements. D'abord, on a entendu des élu·es de la majorité présidentielle (groupe Renaissance) totalement aligné·es sur la position du gouvernement : la surveillance est inévitable, puisque « c'est pour la sécurité des Français », et d’ailleurs « il faudrait arrêter d'inventer des problèmes là où il n'y en a pas ». Mais on a aussi entendu des député·es centristes pour qui les dispositifs de vidéosurveillance algorithmique ne sont pas tout à fait une évidence : le saut sans parachute dans un nouveau régime de surveillance totale gêne encore aux entournures. Si le mot sécurité suspend totalement l'activité cérébrale de certains, d'autres ont encore une réflexion autonome et des craintes, des nuances, des doutes. C'est pourquoi il ne faut pas hésiter à vous manifester. Vous ne parviendrez sans doute pas à convaincre un parlementaire ou son assistant dans les deux ou trois minutes que vous arriverez à obtenir au téléphone. Ce n'est pas grave et ce n'est pas forcément le but. Mais il faut dire et redire sans relâche que non, nous ne voulons pas de cette société de la surveillance totale et techno-cool. Qu'elle n'a rien d'une fatalité ni d'un idéal. L'essentiel au moment des débats, c'est que le mantra paralysant et univoque de « la sécurité des Français » trouve en écho, dans les têtes des parlementaires, le rappel de la liberté, de l'égalité, et de la fraternité. D'abord c'est un meilleur projet de société, et ensuite ça serait classe comme devise sur les bâtiments publics, non ?

Enfin, toujours dans l'idée de faire connaître la campagne et nos arguments plus loin que dans nos cercles habituels, nous multiplions les manières d'évoquer le sujet. Vous trouverez donc sur notre site un article paru dans l'excellente revue Mon Lapin Quotidien (numéro 24, paru fin février 2023), et une BD dessinée par Gee, de Framasoft. Merci les ami·es !

Le site de la campagne contre la loi JO : https://www.laquadrature.net/biometrie-jo/

Republication de l'article pour Mon Lapin Quotidien : https://www.laquadrature.net/2023/03/02/paris-2024-la-france-championne-olympique-de-la-technopolice/

La loi JO expliquée en BD : https://www.laquadrature.net/2023/02/24/une-bd-pour-refuser-la-surveillance-biometrique/

Suivre l'examen de la loi à l'Assemblée : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/dossiers/DLR5L16N46918

Suivre les débats en direct : https://videos.assemblee-nationale.fr/direct.php


Participez sur le Gitlab de la Quadrature ![edit]

Nous avions annoncé il y a quelques temps l'ouverture de notre équipe technique, pour être plus proches du fonctionnement d'un projet libre, et nous continuons dans cette démarche :)

Aujourd'hui, nous avons réorganisé et nettoyé notre Gitlab pour que ça soit plus facile de voir ce sur quoi nous travaillons, comment participer et être inclus·e. Si vous avez envie de participer, vous pouvez dès maintenant créer un compte sur git.laquadrature.net et participer à de nombreux projets comme Bloquelapub.net, Gafam.info ou d'autres encore...

Vous n'avez pas forcément besoin de savoir coder ; nous cherchons aussi des graphistes, des artistes, des traducteurices, ou simplement des retours et des suggestions :)

Enfin, nous accueillons aussi vos initiatives ! Si vous avez une idée en tête qui est en lien avec les combats de la Quadrature et que vous aimeriez avoir un endroit pour héberger votre code ou discuter avec des personnes que ça pourrait intéresser, passez voir sur #tech:laquadrature.net via [Matrix] !

À bientôt sur git.laquadrature.net !

Le Gitlab de La Quadrature du Net : https://git.laquadrature.net/


Campagne « Stop scanning me! »[edit]

Il y a quelques semaines, le réseau EDRi (European Digital Rights) lançait sa campagne « Stop scanning me! », contre le « CSA Regulation » (CSAR), un texte européen actuellement en discussion et qui a pour noble objectif de protéger les enfants de tout comportement abusif en ligne. Mais ce texte prévoit d'autoriser les autorités à surveiller toutes nos conversations en ligne.

En juin dernier, nous avions cosigné, avec 124 autres organisations, une lettre ouverte sur ce sujet : https://edri.org/our-work/european-commission-must-uphold-privacy-security-and-free-expression-by-withdrawing-new-law/.

En fin d'année dernière, EDRi lançait sa campagne : https://stopscanningme.eu/en/.

Cette semaine, une pétition a été lancée pour soutenir cette campagne, et nous vous appelons à la signer et à la faire tourner : https://civicrm.edri.org/stop-scanning-me.

Pétition européenne contre le CSAR : https://stopscanningme.eu/en/


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Cet article raconte tout sur les besoins et les moyens financiers de l'association : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/.

Pour faire connaître La Quadrature du Net, n'hésitez pas à relayer nos articles du moment ou à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/. Vous trouverez aussi plein de sources audio et vidéo sur notre chaîne PeerTube : https://video.lqdn.fr/. Merci à vous z<3

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/

#278 — 24 février 2023[edit]

Campagne contre la loi JO : pétition et propagande[edit]

C'est une chose que la campagne Technopolice nous a apprise : la vidéosurveillance algorithmique et biométrique s'infiltre par le biais des collectivités locales. Les entreprises démarchent agressivement les communes, encouragées par l’État qui finance avec prodigalité l'installation des caméras et le développement des logiciels de surveillance. C'est pourquoi nous avons besoin, dans la lutte contre ces systèmes de surveillance totale — en plus des parlementaires qui devront se prononcer sur la loi JO — du soutien et de l'engagement des élu·es qui prennent les décisions locales, au sein des municipalités, et des conseils régionaux ou départementaux.

Nous avons donc rédigé un texte et nous l'avons envoyé à quelques élu·es. Depuis, la pétition fait son chemin, de bouche à oreille et de main en main. Vous pouvez lire le texte ici, avec la liste des premières signatures : https://www.laquadrature.net/2023/02/22/petition-des-elu%c2%b7es-francais%c2%b7es-contre-la-videosurveillance-algorithmique-de-la-loi-jo/. N'hésitez pas à le relayer auprès de vos élu·es !

Mais comment l'industrie de la surveillance cible-t-elle les communes ? Quelles sont ses inventions de langage, ses stratégies, ses techniques de persuasion ? Depuis le temps que nous accumulons les documents sur le sujet, nous avons rassemblé assez de matière pour écrire le catalogue raisonné des stratégies d’infiltration de l'industrie de la surveillance. Confusions volontaires sur les techniques utilisées, pensée magique, fausses évidences, fantasme de neutralité, efficacité sans preuve : même les garagistes et les publicitaires mentent moins que les marchands de logiciels de surveillance. Une lecture indispensable, pleine de citations collectors : https://www.laquadrature.net/2023/02/23/surveillance-biometrique-infiltration/.

N'hésitez pas non plus à venir nous aider ! Le jeudi 2 mars, dans nos locaux parisiens (115 rue de Ménilmontant, 20e arrondissement), nous organisons une séance collective pour appeler les député·es dont le vote sur la loi JO peur encore bouger. À Marseille, ce sera à la Mi-Hantée, 88 rue d'Alger, à partir de 16h, et la session d'appels sera suivie d'un atelier de contribution artistique autour de la loi JO pour sensibiliser et informer sur le sujet. Venez rigoler et militer avec nous :)

Le texte de la pétition des élu·es contre la VSA : https://www.laquadrature.net/2023/02/22/petition-des-elu%c2%b7es-francais%c2%b7es-contre-la-videosurveillance-algorithmique-de-la-loi-jo/

Les stratégies d’infiltration de la surveillance biométrique : https://www.laquadrature.net/2023/02/23/surveillance-biometrique-infiltration/

Le site de la campagne contre la loi JO : https://www.laquadrature.net/biometrie-jo/


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est toujours pas bouclé ! Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Cet article raconte tout sur les besoins et les moyens financiers de l'association : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/.

Pour faire connaître La Quadrature du Net, n'hésitez pas à relayer nos articles du moment ou à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/. Vous trouverez aussi plein de sources audio et vidéo sur notre chaîne PeerTube : https://video.lqdn.fr/. Merci à vous <3

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Divers


#277 — 17 février 2023[edit]

Vidéosurveillance biométrique : mobilisation totale contre la loi JO[edit]

On ne va pas vous raconter l'histoire encore une fois, vous savez déjà tout : la loi JO, censée faciliter l'organisation des Jeux olympiques de Paris 2024, est en réalité une loi sécuritaire dont l'article 7 veut légaliser la vidéosurveillance algorithmique (VSA), pour surveiller les espaces publics selon des critères biométriques (comportements, attitudes, démarches, tenues, signes distinctifs, etc.). Le Sénat a déjà voté la loi. Mais elle arrive en examen devant l'Assemblée nationale, et nous avons une possibilité de faire dérailler le train.

Au moment où la majorité du pays est opposée à l'article 7 de la loi de réforme des retraites, La Quadrature lance donc une campagne contre l'article 7 de la loi JO. Et cette campagne sera victorieuse grâce à vous.

Comment ? Avec de actions simples à mener seul·e ou en groupe.

Appeler les député·es. Nous avons un outil en ligne qui liste les numéros de téléphones des parlementaires et un argumentaire simplifié pour leur présenter les inquiétudes légitimes des citoyen·nes. Ne vous inquiétez pas si vous n'arrivez pas à convaincre la personne que vous aurez au téléphone (député·e ou assistant·e). Il s'agit moins de convaincre par A plus B que d'alerter sur le fait que la population du pays n'entend pas se laisser surveiller sans rien dire. Les politiciens ont trop tendance à croire que la demande de surveillance est une évidence universelle : brisons cette croyance idiote. Semons le doute dans les têtes parlementaires, ce sera un excellent départ pour le débat qui vient.

SI vous êtes allergique aux actions de groupe, vous pouvez aussi faire essaimer la contestation en informant autour de vous, sur vos réseaux sociaux ou en parlant à vos proches : pour cela, nos argumentaires et nos articles sont à votre disposition. Vous pouvez même imprimer des tracts à distribuer pendant les manifestations contre la réforme des retraites. Et si vous faites partie d'un collectif local ou national, vous pouvez organiser une réunion d'information, une discussion, distribuer des tracts ou coller des affiches. Tout le nécessaire est disponible aussi sur notre site de campagne.

S'il fallait résumer le projet politique derrière cet article 7, il suffirait de rappeler ce qu'est la VSA : des caméras braquées sur nos agissements et des alertes automatiques lancées à la police en cas de comportement « anormal ». Le déploiement de ces techniques de surveillance est une rupture historique dans la façon dont la société considère ses membres et les liens qui les unissent. Instaurer la surveillance automatique des citoyens serait une rupture historique dans la notion de pacte social, une rupture anthropologique dans la façon dont une société envisage son propre principe de cohésion. La surveillance totale et permanente est une déclaration d'hostilité de la société à elle-même.

Comme cela est devenu habituel, le déploiement de ces techniques totalitaires est présenté sous couvert d'expérimentation. Mais depuis l'état d'urgence et les dispositions d'exception entrées dans le droit commun, on sait que l'exceptionnel est un point d'entrée pour normaliser des pratiques qui apparaîtraient inacceptables sous la lumière banale du quotidien.

Non seulement la vidéosurveillance n'arrête aucune délinquance et n'empêche aucun événement grave : elle transforme la population entière en suspect et les rues en commissariat de police à ciel ouvert. Quand chaque personne est observée dans les rues et les magasins comme un animal dans un labyrinthe de laboratoire, alors la société met un terme à la plus basique des libertés : aller et venir sans être soupçonné.

La France, autrefois pompeusement appelée « le pays des droits de l'Homme », deviendrait avec cette loi le premier pays de l'Union européenne à légaliser la surveillance algorithmique et biométrique de sa population. Il est de notre devoir de tout faire pour l'empêcher.

Mobilisons nous contre l'article 7 !

Le communiqué de lancement de la campagne : https://www.laquadrature.net/2023/02/13/la-quadrature-lance-sa-campagne-de-mobilisation-contre-la-loi-j-o/

Le site de la campagne : https://www.laquadrature.net/biometrie-jo/


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Le budget de l'année n'est pas bouclé... Pour nous soutenir, n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Cet article raconte tout sur les besoins et les moyens financiers de l'association : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/.

Pour faire connaître La Quadrature du Net, n'hésitez pas à relayer nos articles du moment ou à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/. Vous trouverez aussi plein de sources audio et vidéo sur notre chaîne PeerTube : https://video.lqdn.fr/. Merci à vous et Datalove <3

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Loi JO et VSA

Divers


#276 — 27 janvier 2023[edit]

Loi olympique et vidéosurveillance : tout ce qu'il faut savoir sur l'article 7 ![edit]

La loi olympique dont on vous parlait début janvier est pour sa plus grande part une loi sécuritaire, pilotée par le ministère de l'Intérieur, qui instrumentalise la dimension exceptionnelle des JO de Paris 2024 pour légaliser des pratiques policières qui auraient peu de chance d'être acceptées par la population en temps normal : https://www.laquadrature.net/2023/01/05/mobilisation-generale-contre-la-legalisation-de-la-videosurveillance-automatisee/.

Conscient des limites à ne pas dépasser pour rester sous le radar, le gouvernement a pris le soin d'annoncer, par la voix de la ministre des sports, que cette loi ne légaliserait pas la reconnaissance faciale (https://leclaireur.fnac.com/article/198571-jo-2024-le-gouvernement-naura-pas-recours-a-la-reconnaissance-faciale/), et d'ailleurs le ministre de l'Intérieur lui-même n'est personnellement « pas pour » : https://www.vie-publique.fr/discours/287012-gerald-darmanin-25102022-jeux-olympiques-et-paralympiques-2024. C'est un truc politicien bien connu — la technique du chiffon rouge — pour détourner l’attention de ce qui est bel et bien dans la loi, c'est-à-dire la vidéosurveillance automatisée des espaces publics, à l'aide de logiciels qui analysent les images pour détecter des comportements ou des attributs individuels (VSA).

Pour alerter les parlementaires qui vont devoir discuter la loi sans ignorer les conséquences de leur vote, La Quadrature a écrit une note de synthèse. Nos arguments sont de trois ordres : techniques, politiques et juridiques. Et cet argumentaire est tellement bien fait (et avec modestie en plus), qu'on s'est dit qu'il pouvait intéresser tout le monde. Vous trouverez donc sur notre site un petit livret de 48 pages, en PDF, à lire en ligne ou à imprimer, pour tout comprendre sur les technos de VSA et sur l'article 7 de la loi olympique qui veut les légaliser.

Le Sénat a voté le texte, et il arrivera à l'Assemblée nationale vers la fin février, après les débats sur la réforme des retraites. On a donc un mois pour se mobiliser, appeler les parlementaires (on en reparlera) et informer le plus largement possible sur cette surveillance qui nous tombe dessus. Le livret est là pour ça. Un lien à faire tourner sur vos réseaux sociaux, évidemment !

Lire l'article et la note : https://www.laquadrature.net/2023/01/23/nos-arguments-pour-faire-interdire-la-surveillance-automatisee/

Télécharger directement la note en PDF : https://www.laquadrature.net/wp-content/uploads/sites/8/2023/01/Dossier-VSA-LQDN.pdf


Soutenez La Quadrature du Net en 2023[edit]

Notre campagne de soutien pour 2023 a atteint les 60% : il reste donc une dizaine de mois pour boucler le budget de l'année... Pour nous sotenir n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous. Tous les dons sont les bienvenus, même les petits ! Et les petits dons mensuels, indolores pour vous et rassurants pour nous, sont encore plus appréciés : https://www.laquadrature.net/donner/.

Cet article raconte tout sur les besoins et les moyens financiers de l'association : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/.

Pour faire connaître La Quadrature du Net, n'hésitez pas à relayer nos articles du moment ou à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/. Vous trouverez aussi plein de sources audio et vidéo sur notre chaîne PeerTube : https://video.lqdn.fr/.

Merci à vous et Datalove <3

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Loi JO et vidéosurveillance automatisée (VSA)

VSA encore...


#275 — 20 janvier 2023[edit]

La loi olympique, cheval de Troie de la Technopolice[edit]

Les jeux olympiques sont nés en Grèce antique, tout comme les cadeaux en forme de cheval creux contenant un ennemi tout armé — la preuve, c'est dans l'Odyssée : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheval_de_Troie).

La « loi olympique », présentée par le gouvernement pour encadrer l'organisation des Jeux olympiques de Paris 2024, ne comporte en réalité que des dispositions sécuritaires. Même le Conseil d’État conseille de renommer la loi, tant elle ne doit rien au ministère des Sports et tout au ministère de l'Intérieur (https://www.lemonde.fr/sport/article/2023/01/16/jo-2024-le-champ-d-application-du-projet-de-loi-olympique-va-bien-au-dela-des-seuls-jeux_6158006_3242.html).

Depuis plusieurs années, dès le Livre blanc de la sécurité intérieure de 2020, le gouvernement a choisi de faire du grand événement sportif une vitrine et un terrain d'exercice pour la haute technologie de surveillance française. Le pays n'a toujours pas de pétrole et presque plus d'industrie, mais il lui reste le fameux « savoir-faire français » que Madame Alliot-Mariot proposait d'envoyer en soutien du régime égyptien moribond lors de la révolution populaire de 2011 (https://www.liberation.fr/planete/2011/01/11/mam-propose-le-savoir-faire-francais-a-la-police-tunisienne_706462/).

En particulier, l'article 7 de cette loi dite « olympique » propose d'autoriser la vidéosurveillance algorithmique. Dans notre analyse de cette semaine, vous pouvez voir des documents publiés par les fabricants de ces technologies pour présenter leurs produits. Des logiciels qu'on branche sur les caméras de surveillance et à qui on confie la tâche d'identifier les gens et leur comportement. Tout le monde, tout le temps, et sans raison. Entendons-nous bien, il ne s'agit pas de rechercher les auteurs d'un crime, par exemple. Non, le rôle de ces outils est de surveiller. C'est tout. Mieux vaut prévenir que guérir, n'est-ce pas ? Si vous voulez, mais alors la liberté a changé de visage.

Nous redoutons exactement ce que pointe le Conseil d'État : ces mesures, justifiées par la nature exceptionnelle de l'événement, seront évidemment pérennisées aprèes les JO de Paris 2024. Et si nous laissons faire le ministère de l'Intérieur, nous vivrons sous l'oeil inlassable des caméras numériques. C'est pourquoi La Quadrature fait appel aux parlementaires qui doivent discuter cette loi au Sénat depuis le 18 janvier, et bientôt à l'Assemblée nationale. Nous prévoyons aussi des actions publiques. On compte sur vous, à bientôt :)

Notre analyse de l'article 7 : https://www.laquadrature.net/2023/01/18/non-a-la-videosurveillance-algorithmique-refusons-larticle-7-de-la-loi-olympique/


« JO sécuritaires » : évènement Technopolice du 14 janvier à Paris[edit]

Le 14 janvier dernier, La Quadrature a organisé avec le collectif Saccage 2024 et deux sociologues une soirée de discussion autour du mariage des JO et de la Technopolice, sous le titre « JO sécuritaires, l'étau se resserre ». C'était pour nous l'occasion de présenter les travaux des unes et des autres, et d'alerter ensemble sur les aspects répressifs de ces JO parisiens : https://technopolice.fr/blog/j-o-securitaires-letau-se-resserre/.

Du côté du nombre, cette soirée à la Flèche d'or a été un succès : on a vite atteint la jauge maximum de la salle et il a fallu faire le débat à guichet fermé. La rencontre avec des militant·es d'autres horizons, l'intérêt manifeste pour le sujet et l'affluence nous motivent fort pour la suite. Merci dêtre venu·es aussi nombreux·ses !

Si vous voulez écouter ou réécouter les prises de parole, elles sont disponibles sur notre Peertube : https://video.lqdn.fr/.

Pour écouter le débat « JO sécuritaires, l'étau se resserre » du 14 janvier : https://video.lqdn.fr/


Campagne de soutien 2023 : on continue ![edit]

Notre campagne de soutien pour 2023 a atteint les 60% : il reste donc une dizaine de mois pour boucler le budget de l'année... N'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous ! Pour tout savoir sur les besoins financiers de l'association vous pouvez lire cet article : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/). Et pour faire connaître La Quadrature du Net, n'hésitez pas à relayer nos articles et à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/ et sur notre chaîne PeerTube : https://video.lqdn.fr/.

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Loi olympique et article 7

Activisme numérique


#274 — 13 janvier 2023[edit]

Orléans : du pipeau dans le micro[edit]

Babil, tartine et baratin : on connaît la tradition politique consistant à noyer les poissons dans une bassine de mots. On s'est habitué à la logorrhée technocratique, ce jargon managérial des grandes entreprises qui est devenu la langue ordinaire des dirigeants, du personnel politique aux grands médias audiovisuels, en passant par les hauts fonctionnaires et la hiérarchie policière. Tout le monde a vocation à être en charge de sa responsabilité, assume de coconstruire le dialogue et le vivre-ensemble en libérant les énergies, dans un brouillard sémantique qui occulte la réalité des rapports de force et des intentions nues.

Malgré cette concurrence impitoyable dans le n'importe quoi, la mairie d'Orléans a réussi à disrupter le game. On ne voulait pas vous priver de ces merveilleuses trouvailles baratinescabrantes.

D'abord le contexte : la mairie d'Orléans a autorisé une start-up locale, Sensivic, à tester dans les rues de la ville un logiciel d'analyse des sons urbains pour détecter des événements à réprimer. On installe des micros dans les rues, et la population devient le cobaye de l'expérience (désigné volontaire). Rien à voir avec l'espionnage des habitants, l'entreprise et la mairie le jurent la main sur le coeur.

Il n'en reste pas moins que cette surveillance sonore est illégale pour plusieurs raisons, qui ont à voir par exemple avec le consentement au traitement des données personnelles et biométriques, ou avec la vie privée. En décembre 2021, nous avons donc attaqué devant la justice la convention signée entre la ville et la start-up, avec copie du recours à la CNIL : https://www.laquadrature.net/2021/12/14/surveillance-sonore-lqdn-attaque-lexperimentation-dorleans/.

L'été dernier, la mairie et la start-up ont répondu à nos arguments. Leur projet est tellement illégal qu'elles doivent dépenser un trésor de mauvaise foi pour nier l'évidence, et leurs réponses sont tellement inventives qu'on a écrit un article rien que pour vous en parler.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/01/12/surveillance-sonore-orleans-baratine-la-justice/


« JO sécuritaires » : Évènement Technopolice le samedi 14 janvier à Paris[edit]

Pour lancer le groupe Technopolice de Paris et sa banlieue, rien de mieux que la lutte contre la VSA imposée par les JO 2024 ! La Quadrature organise donc une soirée de débat public autour du thème « JO sécuritaires, l'étau se resserre », avec des chercheur·euses qui s'intéressent aux effets économiques et sociaux des JO, et avec des militant·es de Seine-Saint-Denis qui dénoncent le saccage urbain causé par les chantiers des JO.

Il y aura d'abord une présentation de la campagne Technopolice en général, puis une discussion publique autour du cas spécifique de l'Ile-de-France et de l'instrumentalisation des JO pour aggraver la surveillance dans la métropole.

Ensuite des ateliers permettront de concevoir collectivement le discours qu'on veut tenir et les moyens de le faire connaître autour de nous et dans toute la ville : tout le monde est bienvenu ! Et pour finir on dansera toute la nuit, on a même invité un DJ.

C'est demain ! Samedi 14 janvier à La Flèche d'Or (102 Bis Rue de Bagnolet, Paris 20e arrondissement), à partir de 18h.

Pour tout savoir sur le programme et les invité·es, cliquez ici : https://technopolice.fr/blog/j-o-securitaires-letau-se-resserre/


Campagne de soutien 2023 : on continue ![edit]

Notre campagne de soutien pour 2023 a atteint les 60% ! Elle est ouverte jusqu'à novembre 2023, il reste donc une dizaine de mois pour boucler le budget. Mais le plus tôt sera le mieux, n'hésitez pas à faire un don ou à faire connaître l'association autour de vous :)

Pour tout savoir sur les besoins financiers de l'association vous pouvez lire cet article : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/). Et pour faire connaître La Quadrature du Net, n'hésitez pas à relayer nos articles et à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien :https://www.laquadrature.net/donner/.

Soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Divers


Agenda[edit]


#273 — 6 janvier 2023[edit]

Les JO 2024 serviront-ils à banaliser la surveillance automatisée ?[edit]

On en parlait fin novembre en attendant la présentation, par le gouvernement, de la « loi JO 2024 » : le ministère de l'Intérieur et les industriels de la surveillance entendent bien transformer la fête du sport en grande exposition internationale de la sécurité « à la française » (voir ici : https://www.laquadrature.net/2022/11/29/paris-2024-les-olympiades-securitaires-du-gouvernement/).

Pour les industriels, double aubaine, l'événement est à la fois un gros marché et une vitrine mondiale. Pour le gouvernement, dont la seule politique publique semble être la surenchère sécuritaire, c'est l'occasion de légaliser des pratiques jusqu'alors considérées comme « orwelliennes » ou « dignes de la Chine ». Adieu les élégances morales, si on peut surveiller tout le monde, on ne s'en privera pas.

Le gouvernement a donc présenté au parlement le texte du projet de loi pendant les fêtes. Il sera débattu par le Sénat à partir du 18 janvier, et à l'Assemblée plus tard. Nous devons donc nous mobiliser dès aujourd'hui pour faire connaître notre opposition à cette loi techno-sécuritaire.

Comme attendu, le projet de loi veut légaliser l'utilisation de la « vidéosurveillance intelligente », que nous appelons la vidéosurveillance algorithmique ou automatisée (VSA). L'opération consiste à la fois à multiplier le nombre de caméras de surveillance dans les rues, et à leur coller des logiciels de traitement d'image pour identifier des « comportements suspects ».

Les raisons invoquées pour légaliser la chose relèvent de la démagogie habituelle : il s'agit toujours de retrouver un enfant perdu de prévenir les mouvements de panique dans la foule, ou d'identifier des colis suspects... Comme nous l'observons depuis plusieurs années en France (voir https://technopolice.fr), la réalité des pratiques est bien différente. Ces techniques sont déjà largement utilisées — mais de manière illégale jusqu'à présent — pour traquer les clochards, les voleurs à l'étalage, les mendiants ou les jeunes qui zonent, et de manière générale pour débarrasser l'espace public de toutes les présences humaines qui pourraient nuire à la fête commerciale et immobilière que doit être la ville aujourd'hui.

Plus que l'utilisation ponctuelle — et finalement très gadget — des technologies de surveillance numérique pendant la durée des JO de 2024, nous redoutons la légalisation de pratiques qui perdureront évidemment après les Jeux : nos rues et nos attitudes seront dorénavant constamment scrutées et analysées, au nom d'une tranquillité publique dont il devient urgent de se demander ce qu'elle est. Voici donc un long article pour analyser le projet de loi, mais un article nécessaire pour éclairer la façon dont notre société s'envisage elle-même. Et à très vite pour nous aider à mobiliser les parlementaires contre cette loi !

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2023/01/05/mobilisation-generale-contre-la-legalisation-de-la-videosurveillance-automatisee/


« JO sécuritaires » : Évènement Technopolice le 14 janvier à Paris[edit]

La campagne Technopolice encourage et accompagne depuis trois ans déjà les initiatives locales d'information et de lutte contre la surveillance généralisée. Mais finalement, c'est à Paris qu'il n'y avait pas de groupe local Technopolice...

Pour lancer le groupe et faire le lien avec l'actualité de l'association, rien de mieux que la lutte contre la VSA imposée par les JO 2024 ! Avec des chercheur·euses qui s'intéressent aux effets économiques et sociaux des JO, avec des militant·es de Seine-Saint-Denis qui dénoncent le saccage urbain causé par les chantiers des JO, nous organisons donc une soirée de débat public autour du thème « JO sécuritaires, l'étau se resserre ».

Il y aura d'abord une présentation de la campagne Technopolice en général, puis une discussion publique autour du cas spécifique de l'Ile-de-France et de l'instrumentalisation des JO pour aggraver la surveillance dans la métropole.

Ensuite des ateliers permettront de concevoir collectivement le discours qu'on veut tenir et les moyens de le faire connaître autour de nous et dans toute la ville : tout le monde est bienvenu ! Et pour finir on dansera toute la nuit, on a même invité un DJ.

Ce sera le samedi 14 janvier prochain, dans une semaine, à La Flèche d'Or (102 Bis Rue de Bagnolet, Paris 20e arrondissement). Rendez-vous samedi prochain !

Pour tout savoir sur le programme et les invité·es, cliquez ici : https://technopolice.fr/blog/j-o-securitaires-letau-se-resserre/


Algorithmes punitifs à la CAF : opacité et données à l'air libre[edit]

On a commencé d'en parler en octobre dernier : les services sociaux exploitent l'outil numérique, censé faciliter le travail pour les agent·es et l'obtention des droits pour les usager·es, pour en faire un outil de basse police.

La Caisse d'allocations familiales (CAF) est en quelque sorte en pointe dans le domaine : elle flique chaque mois ses millions d'allocataires avec des algorithmes de « scoring » chargés de détecter « les fraudeurs ». Comme la fraude est par définition une chose cachée, le logiciel s'intéresse à des signes et leur attribue un « score ». Si votre score est trop élevé, l’algorithme déclenche une procédure de contrôle et vos allocations sont suspendues à titre conservatoire : https://www.laquadrature.net/2022/10/19/caf-le-numerique-au-service-de-lexclusion-et-du-harcelement-des-plus-precaires/.

Dans la réalité, l'outil ne détecte pas tant la fraude que la précarité : les personnes dont la déclaration administrative est en décalage par rapport à la réalité (leur adresse n'est plus la bonne, ou bien elles vivent désormais chez quelqu'un, etc.) sont rarement des menteuses intentionnelles, mais très souvent des personnes à la situation matérielle très précaire. Les algorithmes ont donc appris à reconnaître ces « fraudeurs » : des femmes seules avec leurs enfants, des personnes d'origine étrangère, des personnes qui parlent mal le français, ou qui habitent dans tel quartier, dans telle banlieue, des personnes dont la vie est faite d'intérim ou de petits emplois à temps partiel, etc.

Dans un deuxième article, publié peu avant Noël, nous racontions avec beaucoup de détails la réaction de la CAF à notre enquête : d'abord son refus de publier l'algorithme (une opacité choquante venant d'un service public), puis la publication d'une version tellement expurgée qu'elle ne sert à rien. Avec cette justification : il ne faut pas que les allocataires puissent « contourner l'algorithme ». Par exemple, en arrêtant sournoisement d'être étranger·es, d'avoir trois enfants, ou d'être pauvres ? Cet article dense analyse les réponses de la CAF à nos questions : https://www.laquadrature.net/2022/12/23/notation-des-allocataires-febrile-la-caf-senferme-dans-lopacite/.

Tout récemment enfin, Radio France et La Quadrature ont rendu publique la fuite sur Internet d'un gros fichier de plus de 10 000 allocataires de la CAF de Gironde : l'administration avait fourni ces données personnelles très détaillées (adresse, âge, enfants, professions, revenus, etc.) à un prestataire technique, chargé de former les employé·es de la CAF à la manipulation des algorithmes. Les allocataires de Gironde devenaient un objet d'exercice. Mais le fichier est resté sur un serveur ouvert pendant dix-huit mois... Une histoire à lire ici : https://www.laquadrature.net/2023/01/05/negligences-a-la-caf-10000-dossiers-dallocataires-en-acces-libre/.

L'article sur la fuite de données de la CAF : https://www.laquadrature.net/2023/01/05/negligences-a-la-caf-10000-dossiers-dallocataires-en-acces-libre/


TestWe : banalisation ratée de la surveillance[edit]

Début décembre 2022, des étudiant·es de l'Institut d'études à distance de l'université Paris 8 (IDE) nous avaient invité à venir en renfort dans leur action judiciaire contre TestWe, un logiciel de surveillance des examens à distance qu'ils et elles jugeaient beaucoup trop intrusif : https://www.laquadrature.net/2022/12/02/mobilisation-etudiante-contre-testwe-lentreprise-qui-veut-technopoliser-luniversite/.

Le tribunal administratif de Montreuil, interrogé en référé, c'est-à-dire en urgence avant les partiels de janvier, a rendu sa décision le le 15 décembre : au vu de la disproportion entre sa finalité et son intrusion dans l'intimité des étudiant·es, le logiciel est probablement illégal. Le doute est assez sérieux en tout cas pour que la justice suspende son utilisation. C'est une première victoire, en attendant un jugement sur le fond.

Quels étaient les arguments juridiques que nous avons avancés ? Que dit vraiment la décision du tribunal administratif ? Pour tout comprendre, et mesurer la fragilité de ce qui nous protège encore contre une culture de la surveillance délirante, lisez l'article sur notre site.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/12/16/surveillance-algorithmique-des-examens-testwe-ne-passera-pas-lhiver/


Campagne de soutien 2023 : un bon début ![edit]

Le 15 novembre dernier nous avons lancé la campagne de soutien de l'association pour l'année 2023. Aujourd'hui, le 6 janvier, les dons enregistrés pendant ces deux petits mois s'élèvent environ à 36 % de l'objectif, comme l'indique le compteur sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/.

La semaine prochaine aura lieu le premier prélèvement des dons mensuels. On pourra donc multiplier la somme encaissée par 10 (comme les 10 mois de février à novembre 2023) et on aura une bonne idée de ce que la campagne nous a permis de rassembler pour financer l'année. Le compteur devrait donc monter aux alentours de 55 ou 60 % de l'objectif (si vous le voyez bondir au milieu de la semaine prochaine, ne vous inquiétez pas, c'est normal !).

Mais ça veut dire qu'il nous reste encore 10 mois pour trouver les 40 % qui manquent. Beaucoup d'organisations donnent un terme rapide à leur campagne de dons : le 31 décembre 2022, c'est terminé. À La Quadrature, on préfère se dire qu'on a jusqu'à novembre 2023 pour rassembler de quoi payer les salaires de décembre 2023... C'est assez réaliste, mais pas forcément moins stressant. On n'est jamais sûr·es de boucler l'année. Alors n'hésitez pas à faire un don, ou à faire connaître l'association autour de vous ! (Sur vos réseaux sociaux, par exemple.)

De toute façon, on ne manquera pas de faire des appels à dons tout au long de l'année :)

Pour tout savoir sur les besoins financiers de l'association vous pouvez lire cet article : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/). Et pour faire connaître La Quadrature du Net autour de vous, n'hésitez pas à relayer nos articles et à faire tourner les vidéos de présentation qui sont sur la page de soutien : https://www.laquadrature.net/donner/.

Pour faire un don : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

JO 2024 et Technopolice

Algorithmes et données de la CAF

TestWe à Paris 8

Divers


Agenda[edit]

  • jeudi 12 janvier : Rencontre mensuelle du groupe Technopolice Marseille. C'est à 19h au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers, à Marseille.
  • samedi 14 janvier : « JO sécuritaires, l'étau se resserre », soirée Technopolice parisienne à la Flèche d'Or, à partir de 18h (102 rue de Bagnolet, Paris 20e arrondissement). Programme détaillé : https://technopolice.fr/blog/j-o-securitaires-letau-se-resserre/.
  • jeudi 19 janvier : Conférence « Algorithmes de contrôle » dans le cadre du cycle « Dématérialiser pour mieux régner », co-organisé par Le Mouton Numérique, La Quadrature du Net et le centre social le Picoulet (59 rue de la Fontaine au Roi, Paris 11e). Plus d'infos : https://mouton-numerique.org/dematerialiser-pour-mieux-regner/.



2022[edit]

#272 — 9 décembre 2022[edit]

Hacking éthique : la répression qui vient ?[edit]

Nous vous avons déjà abondamment parlé de la Loi de programmation et d'orientation du ministère de l'Intérieur (LOPMI) qui est en chantier depuis plusieurs semaines, et qui vient d'être adoptée en commission mixte paritaire (CMP) par les deux assemblées.

Cette grande loi sécuritaire prévoit beaucoup d'argent pour équiper la police avec toutes sortes de gadgets de surveillance (+15 milliards en 5 ans), facilite l'accès à plusieurs fichiers et à des techniques d'investigation sans supervision d'un juge , et invente de nouvelles façons de punir la population pauvre (nouvelles amendes forfaitaires délictuelles, par exemple) : https://www.laquadrature.net/2022/10/28/examen-de-la-lopmi-refusons-les-policiers-programmes/.

Mais à l'occasion de la discussion en CMP, les parlementaires Renaissance, LR et RN ont introduit par amendement des dispositions pour criminaliser encore plus les « atteintes aux systèmes de traitement automatisés de données (STAD) » et alourdir sévèrement les peines.

Concrètement, ils proposent de renforcer fortement les peines applicables au délit de piratage informatique tout en élargissant les moyens d'enquête. Les atteintes à n'importe quel système d'information (public comme privé, avec ou sans données personnelles) seront désormais passibles de poursuites criminelles (enquête de criminalité grave, cour d'assises, etc.) si elles sont faites ou tentées en « bande organisée ». 

Ces dispositions viennent encore durcir la répression contre toute forme d'activisme numérique et renforcent le sérieux problème juridique des groupes de hackers éthiques qui souhaiteraient communiquer sur la découverte de failles informatiques. Nous avons aussitôt adressé un mail à des journalistes et à des membres de la communauté pour les alerter. Korben, figure reconnue, a publié un fil sur Twitter pour présenter les enjeux : https://twitter.com/Korben/status/1600520000825163776.

Ces articles de loi n'ont pas grand-chose à faire dans une loi de programmation du ministère de l'Intérieur. Leur position de « cavalier législatif » les fragilise. Mais la majorité du Parlement baignant dans l'idéologie sécuritaire et répressive, et n'hésitant pas à criminaliser les lanceurs d'alerte sous prétexte de « protéger les entreprises » à tout prix, on n'est à l'abri de rien.

Le thread de Korben : https://twitter.com/Korben/status/1600520000825163776


Surveillance numérique des examens : recours contre TestWe[edit]

Il y a une quinzaine de jours, des élèves de l'Institut d'enseignement à distance (IED) de l'université Paris 8 ont contacté La Quadrature : leur fac leur imposait, pour des examens en distanciel, l'utilisation d'un logiciel de surveillance délirant, baptisé TestWe.

Censé empêcher les élèves de tricher pendant les examens, le machin est un chef-d’œuvre de paranoïa sécuritaire : un système de reconnaissance faciale « pour vérifier que la bonne personne est en face de l’écran », une surveillance à 360° de l’environnement de l’élève avec la caméra de l’ordinateur qui filme par l’avant et celle d'un smartphone qui filme le contrechamp, dans une pièce « pas trop éclairée ni trop sombre », et sans bruit (de toute façon le micro surveille que personne ne souffle les réponses). Les élèves sont photographiés toutes les trois secondes, cou et oreilles dégagées, cheveux attachés, pour détecter d'éventuelles oreillettes. Bref, tout est humiliant et inutilement stressant pour quelqu’un qui doit déjà plancher sur un examen difficile.

Pire encore, les élèves utilisant TestWe doivent désactiver leur pare-feu, antivirus, VPN, et céder au logiciel les droits d'administration de leur ordinateur... Une machine personnelle livrée à la curiosité d'un opérateur distant, quoi de mieux, n'est-ce pas ? Tout est ridicule dans ce système, et tout est illégal. Les élèves ne s'y sont pas trompés, et on décidé d'attaquer le dispositif devant la justice, en référé, pour qu'une décision soit prise avant les partiels de janvier. La Quadrature a rédigé un mémoire pour intervenir dans cette procédure en soutien des étudiantes.

L'audience a eu lieu devant le tribunal administratif de Montreuil ce mardi 6 décembre. On attend une décision dans le courant de la semaine prochaine. La veille, la licence informatique de Paris 8 s'était déjà publiquement désolidarisée de la décision de l'IED : https://informatique.up8.edu/actu/2022-2023.html#2022-12-05_13-12. On en reparle quand on aura la décision du tribunal !

Notre article : https://www.laquadrature.net/2022/12/02/mobilisation-etudiante-contre-testwe-lentreprise-qui-veut-technopoliser-luniversite/


Quadrapéro la semaine prochaine ![edit]

Comme tous les mois, nous organisons un moment de discussion dans nos locaux afin d'échanger autour de nos combats du moment. Et il y en a pas mal ! 

Technopolice à l'université, surveillance pendant les JO 2024, LOPMI ou encore scoring social... Venez en parler vendredi prochain, le 16 décembre, au 115 rue de Ménilmontant à Paris. Ce sera à partir de 19h00 et si vous le pouvez, ramenez un petit truc à boire ou à manger :)

Pour partager l'événement : https://mobilizon.fr/events/3acb55e3-5d7f-44c5-99c1-5aeb4a1b03cc


Campagne de soutien 2023 : merci pour votre aide ![edit]

On est aujourd'hui dans la troisième semaine de notre campagne de financement pour 2023. 

Pour tout savoir sur nos besoins (une asso d'audience nationale et européenne avec 7 salarié·es), sur nos sources de financement (ce sont vos dons, à près de 80% !), et sur nos contraintes (pas de déduction fiscale ni de subventions publiques), vous pouvez lire cet article : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/ ).

Pour connaître ou redécouvrir les combats de l’association, on vous a mitonné une série de petites vidéos à regarder et à faire tourner sur vos réseaux sociaux : elle sont là pour présenter notre travail et nos missions aux personnes qui ne connaissent pas La Quadrature du Net. 

Un grand merci pour votre aide !

Pour faire un don : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Technopolice & LOPMI

Algorithmes & administration publique

Recours contre TestWe

Divers


Agenda[edit]

  • 16 décembre : Quadrapéro parisien dans nos locaux ("le Garage"). C'est de 19h à 23h au 115 rue de Ménilmontant, Paris 20e.
  • 19 janvier : Conférence « Algorithmes de contrôle » dans le cadre du cycle « Dématérialiser pour mieux régner », co-organisé par Le Mouton Numérique, La Quadrature du Net et le Picoulet. Centre social le Picoulet, 59 rue de la Fontaine au Roi, Paris 11e. Plus d'infos : https://mouton-numerique.org/dematerialiser-pour-mieux-regner/.


#271 — 25 novembre 2022[edit]

Les Jeux olympiques, un accélérateur de la surveillance[edit]

On l'explique depuis plusieurs mois : les Jeux olympiques de Paris 2024, et avant cela la Coupe du Monde de Rugby en 2023, sont pour le ministère de l'Intérieur des jalons très importants dans le déploiement des technologies de surveillance numérique en France.

Vous le savez déjà, si vous suivez la campagne Technopolice qui documente depuis 2019 le déploiement des caméras, de la vidéosurveillance automatisée (VSA), de la reconnaissance faciale, ou des drones dans les communes françaises.

Mais avec les récentes interventions publiques de Gérald Darmanin sur le sujet, et les premières informations qu'on peut obtenir sur les projets en cours pour les JO, il y avait largement de quoi mettre à jour le tableau.

Plutôt que la reconnaissance faciale, qui effraie l'opinion publique (le visage, c'est sacré), et qui est difficile à mettre en œuvre avec la vidéosurveillance dans les rues, le ministère de l'Intérieur a visiblement décidé de profiter des JO pour se donner les moyens législatifs, financiers et industriels de développer la VSA : identifier les gens à partir de leurs vêtements, de leur silhouette, de leur démarche, de leur comportement, etc.

Au-delà des JO, ces caméras et ces lois resteront. Même si vous n'aimez pas le sport, lisez cet article, il parle de ce que seront vos marges de liberté et les pratiques de surveillance dans les rues du pays, d'ici deux ou trois ans.

Lire l'article : https://technopolice.fr/blog/paris-2024-les-olympiades-securitaires-du-gouvernement/


Campagne de soutien pour 2023 : aidez-nous ![edit]

Depuis le 15 novembre et jusqu’à Noël, on est en « campagne de soutien » : ça veut dire que parallèlement à nos publications et à nos analyses de fond habituelles, on va vous bassiner un peu avec la nécessité de financer l'association pour l'année 2023.

Pour tout savoir sur nos besoins (une asso d'audience nationale et européenne avec 7 salarié·es), sur nos sources de financement (ce sont vos dons, à 80% !), et sur nos contraintes (pas de déduction fiscale ni de subventions publiques), vous pouvez lire cet article : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/).

Et pour connaître ou redécouvrir les combats de l’association, on vous a mitonné une série de petites vidéos à regarder et à faire tourner sur vos réseaux sociaux : elle sont là pour présenter notre travail et nos missions aux personnes qui ne connaissent pas La Quadrature du Net.

Un grand merci pour votre aide !

Pour faire un don : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]


Agenda[edit]

  • 8 décembre : causerie mensuelle de groupe Technopolice Marseille au Manifesten (59 Rue Adolphe Thiers à Marseille). Présentations, discussions, et préparations d'actions à venir. Venez nombreuses !


#270 — 18 novembre 2022[edit]

Campagne de soutien pour 2023 : c'est parti ![edit]

C'est devenu un rituel : en fin d'année, les associations appellent aux dons pour tenir une année de plus. Comme les autres, La Quadrature lance donc sa campagne de soutien pour 2023. Et le rendez-vous est d'autant plus vital pour nous que l'association ne bénéficie ni de subventions publiques ni de la déduction fiscale grâce à laquelle l’État subventionne indirectement une partie de la société civile (tout est expliqué ici : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/).

Pour nous, à l'approche de notre quinzième anniversaire, c'est aussi l'occasion de présenter l’association à toutes les personnes qui ne la connaissent pas, de faire le point sur les grands dossiers de la Quadrature durant ces quinze années, et de présenter notre actualité du moment.  Pour que ce soit facile à découvrir et surtout à partager sur les réseaux sociaux ou les messageries familiales, on a préparé une série de vidéos synthétiques et courtes qui expliquent nos grands sujets d'action, nos idées, nos moyens de lutte, notre vision des urgences du présent et des enjeux de l'avenir. Tout est rassemblé sur cette page de campagne, juste en dessous du gros bouton « Faire un don » : https://www.laquadrature.net/donner/.

Si vous pouvez faire un don à l'association, c'est le moment ! Pas forcément un gros, d'ailleurs : nos dons préférés sont (d'abord les très gros dons de plusieurs milliers d'euros en petites coupures déposés discrètement derrière la grosse pierre descellée dans le mur devant nos locaux, et ensuite) les petits dons mensuels, presque indolores pour vous mais qui nous permettent, à nous, d'avoir un peu de visibilité et de confiance dans l'avenir.

Et si vous êtes trop fauché·e pour faire un don, vous pouvez encore nous aider en relayant la campagne autour de vous sur les réseaux sociaux, et en parlant de l’association autour de vous quand l'occasion se présente ! (Par exemple, à la boulangerie vous pouvez dire : « Bonjour Monsieur, je vais prendre une baguette tradition s'il vous plaît, mais connaissez-vous La Quadrature du Net ? ».) Merci d'avance, et datalove ! <3

Le communiqué de lancement de la campagne de soutien pour 2023 : https://www.laquadrature.net/2022/10/28/examen-de-la-lopmi-refusons-les-policiers-programmes/

Pour relayer la campagne sur les réseaux sociaux : sur Facebook : https://www.facebook.com/LaQuadrature/; sur Twitter : https://twitter.com/laquadrature ; sur Mastodon : https://mamot.fr/@Laquadrature

Pour faire un don&nbsp: https://www.laquadrature.net/donner/


Quadrapéro à Paris ce 18 novembre[edit]

Ce soir se tient un apéro public à Paris, dans nos locaux. Comme d'habitude, venez avec un petit quelque chose à boire ou à manger, votre curiosité et vos questions (laissez votre timidité à la maison, on n'est pas méchant·es), et n'hésitez pas à venir avec des ami·es. On boira un verre en discutant, on présentera l'actualité et les dossiers de l'association vers 20h30, et il reste même quelques exemplaires du livre « Internet et Libertés » à acheter sur place. À ce soir !

Apéro au Garage, 115 rue de Ménilmontant, Paris 20e arrondissement, le 18 novembre 2022, de 19h à 23h.


La Quadrature dans les médias[edit]

Mastodon

Divers


Agenda[edit]

  • 18 novembre : Quadrapéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, Paris 20e arrondissement), à partir de 19h. N'hésitez pas à venir avec vos questions, vos enthousiasmes et quelque chose à boire ou à grignoter !
  • 24 novembre : Cycle « Dématérialiser pour mieux régner » — conférence « Numérisation et travail social ». Cycle de conférences co-organisé par Le Mouton Numérique, La Quadrature du Net et le Picoulet. C'est au Centre social le Picoulet, 59 rue de la Fontaine au Roi, Paris 11e arrondissement, à 19h. Plus d'infos : https://mouton-numerique.org/dematerialiser-pour-mieux-regner/.
  • 8 décembre : causerie mensuelle de groupe Technopolice Marseille au Manifesten (59 Rue Adolphe Thiers à Marseille). Présentations, discussions, et préparations d'actions à venir. Venez nombreuses !


#269 — 4 novembre 2022[edit]

Une tribune d'analyse contre la LOPMI et ses robocops[edit]

On s'intéresse depuis quelques semaines à la LOPMI, la nouvelle « loi d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur », destinée à fixer les buts et les moyens de la police nationale pour les années qui viennent. Pas de panique, la Quadrature n'est pas devenue une association de surveillance de la police. La causalité va dans le sens inverse : quand on voit comment le ministère de l'Intérieur entend mettre tous les moyens du numérique — fichiers géants, traitement des données, intelligence artificielle, analyse de l'image, caméras fixes et mobiles, et robotique — au service de la surveillance des personnes, on est bien obligés de s'inquiéter.

Le projet de loi est accompagné d'un long rapport, sans valeur législative mais censé expliciter les intentions du ministère. Il décrit un monde quadrillé par les drones et la vidéosurveillance, et un policier robocopisé, bardé de gadgets et connecté à des flux de données qu'il reçoit dans son casque — et finalement coupé du monde et des gens qu'il est censé apaiser... Le rapport assume la chose, et revendique le « réarmement du ministère de l’Intérieur ». Vouloir des gardien de la paix, c'est vraiment devenu un truc de boomer.

L'Observatoire des libertés et du numérique (OLN) — dont font partie le Syndicat des Avocats de France, le Syndicat de la Magistrature, le CECIL, Creis-Terminal, Globenet et La Quadrature du Net — a publié une tribune pour donner son analyse et appeler les parlementaires à rejeter ce texte. Les juristes, avocats ou magistrats, nombreux au sein de l'OLN, s'inquiètent aussi d'un large pan de la loi, qui veut « simplifier » la procédure pénale (les lois de la défense sont un obstacle à la police, n'est-ce pas ?), et augmenter par exemple le nombre de cas où la police pourrait infliger, sans aucune forme de procès, des « amendes forfaitaires délictuelles » pour sanctionner des agissements qui relèvent pour l'instant de la procédure pénale. Sous couvert d'efficacité, on institue une automatisation des peines sans garantie contre l'arbitraire. Si vous avez encore le t-shirt « Pas ce futur » qu'on avait fait il y a deux ans, il va falloir le ressortir du placard.

Lire la tribune de l'OLN : https://www.laquadrature.net/2022/10/28/examen-de-la-lopmi-refusons-les-policiers-programmes/


Un salon de traducteurices pour les rassembler toustes[edit]

La Quadrature a besoin d’aide pour traduire en anglais ses articles et ses analyses ! Si vous souhaitez nous aider, n'hésitez pas à venir sur notre espace Matrix dédié et accessible ici : https://matrix.to/#/#traduction:laquadrature.net.

Si vous ne connaissez pas Matrix, il s’agit d’une messagerie instantanée chiffrée et décentralisée. Toutes les instances sont interopérables entre elles donc vous pourrez discuter avec toutes les personnes ayant un compte, même sur une autre instance. Et c'est chiffré, donc l'entité qui héberge vos messages ne peut pas les lire.

Au moment de la connexion, il faut d'abord choisir un client, c'est-à-dire un logiciel pour lire les messages : si vous ne savez pas lequel choisir, cliquez sur Element et continuer avec votre navigateur web habituel. Vous devez ensuite créer un compte sur une instance, c'est-à-dire un serveur d'hébergement des messages. Là encore, choisissez-en une (par exemple matrix.org), et créez un compte avec mailet mot de passe, comme d'habitude. Vous pouvez maintenant vous connecter aux espaces de la Quadrature. En plus du salon pour la traduction il y en a d'autres sur l'écologie, la Technopolice, ou l'autodéfense numérique.

Le salon Traduction de La Quadrature du Net : https://matrix.to/#/#traduction:laquadrature.net.


« Étrangers fichés », le nouveau guide du Gisti, en collaboration avec La Quadrature[edit]

Les personnes étrangères ont toujours fait partie, au même titre que les nomades, en raison de leur mobilité, des populations à surveiller en priorité. Dès 1917, un fichier des étrangers du ministère de l’Intérieur est venu compléter l’obligation qui leur était faite de détenir une carte d’identité, pour mieux contrôler leur présence et leurs déplacements sur le territoire. Aujourd’hui encore, les étrangers et les étrangères sont la cible prioritaire des traitements informatisés qui se perfectionnent au fil des progrès technologiques et dont le nombre ne cesse de s’accroître, en France comme à l’échelle de l’Union européenne.

Ce développement est alimenté par la volonté d’exercer une surveillance toujours plus étroite sur les personnes étrangères dans le cadre de la lutte contre l’immigration irrégulière et par le primat de l’ordre sécuritaire. Le déploiement de ces traitements informatisés finit par former un dispositif panoptique dont le fonctionnement opaque rend illusoire l’exercice des garanties théoriquement prévues par les textes au profit des personnes fichées.

Sans prétendre à l’exhaustivité, ce cahier juridique, après avoir rappelé les obligations imposées aux responsables des fichiers, présente les traitements informatisés spécifiquement créés pour contrôler et gérer les étrangers à tous les stades de leur parcours : l’entrée puis le séjour sur le territoire, la demande d’asile, l’éloignement. Il présente aussi les principaux fichiers de police généraux consultés pour contrôler la régularité du séjour et le respect de la condition d’ordre public.

Version papier : https://boutique.gisti.org/publications/cahiers-juridiques/cahier-juridique-etrangers-fiches

Version ebook : https://boutique.gisti.org/publications/cahiers-juridiques/cahier-juridique-etrangers-fiches-ebook


Quadrapéro à Paris le 18 novembre[edit]

Le prochain apéro public aura lieu à Paris le 18 novembre 2022, dans nos locaux. Comme d'habitude, venez avec un petit quelque chose à boire ou à manger, votre curiosité et vos questions (laissez votre timidité à la maison, on n'est pas méchants), et n'hésitez pas à venir avec des ami·es. On boira un verre en discutant, on présentera l'actualité et les dossiers de l'association vers 20h30, et on a même encore quelques exemplaires du livre « Internet et Libertés » à acheter sur place. À bientôt !

Apéro au Garage, 115 rue de Ménilmontant, Paris 20e arrondissement, le 18 novembre 2022, de 19h à 23h.


La Quadrature dans les médias[edit]


Agenda[edit]

  • 4 novembre : à partir de 19h, soirée autour du livre « Internet et libertés » à Tours, à la librairie Les Temps sauvages (82 avenue de Grammont à Tours).
  • 10 novembre : causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten, 59 rue Adolphe Thiers à Marseille — Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses !
  • 18 novembre : Quadrapéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, Paris 20e). À partir de 19h. N'hésitez pas à venir avec vos questions, vos enthousiasmes et quelque chose à boire ou à grignoter !
  • 24 novembre : Cycle « Dématérialiser pour mieux régner » — conférence « Numérisation et travail social ». Cycle de conférences co-organisé par Le Mouton Numérique, La Quadrature du Net et le Picoulet. C'est au Centre social le Picoulet, 59 rue de la Fontaine au Roi, Paris 11e arrondissement, à 19h. Plus d'infos : https://mouton-numerique.org/dematerialiser-pour-mieux-regner/.


#268 — 21 octobre 2022[edit]

À la CAF, des algorithmes de « scoring » pour sanctionner plus[edit]

Les pauvres sont sous surveillance. Le fantasme d'une fraude massive aux droits sociaux, complaisamment entretenu par les pouvoirs publics, sert de prétexte à un contrôle très serré des allocataires de la Caisse d'allocation familiales (CAF), de l'assurance chômage (Pôle Emploi) et des autres prestations sociales (RSA, AAH, etc.).

La numérisation, censée simplifier la vie des usagers, a aussi beaucoup changé celle des gestionnaires : en recroisant les données produites par les autres administrations ou par le cours marchand de nos vies (relevés bancaires, téléphoniques, etc.), l'outil numérique permet d'entrer en profondeur dans la vie des administrés. Pour manipuler de grands nombres de dossiers, dans un contexte de diminution des effectifs administratifs, il est même possible d'utiliser des algorithmes et d'automatiser l'analyse de ces données. Et prendre automatiquement des décisions qui affectent directement la vie des allocataires.

La CAF est pionnière en la matière. Depuis plus de dix ans déjà, elle attribue à ses bénéficiaires des « scores », calculés à partir de plusieurs centaines de critères et de données, pour évaluer le « risque » lié à chaque personne. Quel risque ? Celui de recevoir des « indus », c'est-à-dire des sommes (versées à l'allocataire) supérieures à celles auxquelles l'allocataire aurait droit. Chaque petit changement de situation entraînant un nouveau calcul des droits, les indus sont très nombreux — beaucoup plus nombreux que les fraudes, et donc beaucoup plus rentables à détecter.

Convoqués pour un contrôle, les allocataires affublés d'un mauvais « score » voient leurs droits suspendus et doivent justifier chacune de leurs dépenses. Perversité du système : les personnes les plus susceptibles de percevoir des « indus » sont précisément les personnes qui travaillent de manière irrégulière ou fractionnée, qui ont des problèmes de logement, ou du mal avec les démarches administratives — bref, les personnes les plus fragiles au démarrage...

Sous couvert d'efficacité, mais sans jamais s'attaquer à la fraude réelle, ces algorithmes « fliquent » les allocataires et pénalisent les personnes les plus précaires. L'objectivité apparente de l'outil informatique sert de cache-misère et d'alibi à une politique délibérée de répression et de sur-contrôle de la population précaire. Sous prétexte de rendre les allocations plus « individuelles », le « scoring » recourt en réalité à des approximations de masse (par exemple, être une femme née à l'étranger ou mère célibataire est mauvais pour votre score) qui permettent de contrôler des catégories de population.

Nous avons eu accès à des exemples de « scores » attribués à des allocataires. Nos recherches ne font que commencer. Pour savoir tout ce que nous savons déjà sur le sujet, foncez lire l'article sur notre site.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/10/19/caf-le-numerique-au-service-de-lexclusion-et-du-harcelement-des-plus-precaires/

La Quadrature dans les médias[edit]


Agenda[edit]

  • 25 octobre : cycle « Dématérialiser pour mieux régner » - conférence « Dématérialisation et non-recours ». Cycle de conférences co-organisé par Le Mouton Numérique, La Quadrature du Net et Le Picoulet. C'est au centre social Le Picoulet, 59 rue de la Fontaine au Roi, Paris 11e, à 19h. Plus d'infos : https://mouton-numerique.org/dematerialiser-pour-mieux-regner/.
  • 4 novembre : à partir de 19h, soirée autour du livre Internet et libertés à Tours, à la librairie Les Temps sauvages (82 avenue de Grammont à Tours).
  • 10 novembre : causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten, 59 rue Adolphe Thiers à Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses !
  • 18 novembre : Quadrapéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, Paris 20e). À partir de 19h. N'hésitez pas à venir avec vos questions, vos enthousiasmes et quelque chose à boire ou à grignoter.
  • 24 novembre : cycle « Dématérialiser pour mieux régner » - conférence « Numérisation et travail social ». Cycle de conférences co-organisé par Le Mouton Numérique, La Quadrature du Net et Le Picoulet. C'est au centre social Le Picoulet, 59 rue de la Fontaine au Roi, Paris 11e, à 19h. Plus d'infos : https://mouton-numerique.org/dematerialiser-pour-mieux-regner/.


#267 — 14 octobre 2022[edit]

La mairie de Marseille tient beaucoup à surveiller ses habitants[edit]

L'équipe municipale de Marseille, à l'époque où elle était encore en campagne pour se faire élire, était d'accord avec nous sur la nécessité de suspendre les expérimentations sécuritaires de l'équipe précédente, critiquées par la CNIL et attaquées par nous devant le tribunal administratif de Marseille (vidéosurveillance algorithmique illégale, avec reconnaissance des silhouettes et des comportements).

Nous avions donc bon espoir que la nouvelle mairie changerait tout. Mais le pouvoir corrompt les principes, semble-t-il : aujourd'hui, l'expérimentation paraît toujours être en cours, et la nouvelle équipe municipale, comme l'ancienne, défend le dispositif au tribunal avec des arguments juridiques aussi mal fichus que les engagements politiques de ses élus. Nous lui avons donc répondu cet été dans un nouveau mémoire en réplique, pour lui rappeler l'illégalité de son « expérience ».

Nous avons publié cette semaine un article pour retracer toute l'histoire : la description du projet, le point de vue de la CNIL, et les arguments juridiques de notre recours devant le tribunal. À lire sur notre site, en attendant la décision des juges administratifs de Marseille — sans date pour l'instant.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/10/11/face-a-la-justice-la-mairie-de-marseille-defend-la-videosurveillance-algorithmique/


Un apéro ce soir pour parler du livre sur la Quadrature[edit]

Apéro public au Garage ce vendredi 14 octobre ! On pourra prendre un verre ensemble et discuter de tout, et surtout échanger autour du livre « Internet et libertés, 15 ans de combat de La Quadrature du Net » paru en septembre aux éditions Vuibert. Les auteurs seront là et on a même des exemplaires à acheter sur place. N'hésitez pas à apporter quelque chose à grignoter ou à boire (avec ou sans alcool). C'est à partir de 19h au 115 rue de Ménilmontant !

Présentation du livre sur notre site : https://www.laquadrature.net/2022/09/12/la-quadrature-du-net-a-quinze-ans-quinze-ans-deja/

Sur le site de l'éditeur : https://www.vuibert.fr/ouvrage/9782311624915-internet-et-libertes

Acheter en ligne : https://www.placedeslibraires.fr/livre/9782311624915-internet-et-libertes-15-ans-de-combat-de-la-quadrature-du-net-mathieu-labonde-lou-malhuret-benoit-piedallu-axel-simon/


La Quadrature dans les médias[edit]

Divers

Technopolice

Fisc et surveillance

Agenda[edit]

  • 14 octobre : Quadrapéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, Paris 20e). À partir de 19h. N'hésitez pas à venir avec vos questions, vos enthousiasmes et quelque chose à boire ou à grignoter 
  • 17 octobre : à partir de 19h, discussion « Technoluttes contre technopolice : comment résister à l’emprise de la technologie ? » à la librairie Wildproject (12 boulevard National à Marseille) — https://www.millebabords.org/spip.php?article37021.
  • 4 novembre : à partir de 19h, soirée autour du livre Internet et libertés à Tours, à la librairie Les Temps sauvages (82 avenue de Grammont à Tours).
  • 10 novembre : causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten, 59 rue Adolphe Thiers à Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses !


#266 — 30 septembre 2022[edit]

Dépôt de plainte contre la Technopolice : plus de 15 000 mandataires ![edit]

On en parle depuis mai : https://www.laquadrature.net/2022/05/24/plainte-collective-contre-la-technopolice/ — et enfin, c'est fait ! Après plusieurs mois de campagne, la plainte collective contre la Technopolice, c'est-à-dire contre le ministère de l'Intérieur, a été déposée auprès de la CNIL, en grande pompe et en public : https://twitter.com/laquadrature/status/1573773092580630528. C'était lors de la dernière soirée du festival Technopolice, très réussi, organisé par le groupe de Marseille : https://technopolice.fr/festival/.

Avant même de savoir quelles conséquences auront nos plaintes et les actions engagées par la CNIL, nous pouvons dire qu'il s'agit déjà d'un succès : plus de 15 000 personnes nous ont donné leur confiance et leur signature pour porter cette plainte collective. C'est même plus que lors de notre première procédure collective contre les GAFAM, en 2018, quand plus de 12 000 personnes nous avaient déjà accompagnées (https://www.laquadrature.net/2018/05/28/depot_plainte_gafam/).

La Technopolice ? C'est un concept unifiant pour désigner les outils numériques avec lesquels la police surveille la population : des caméras de surveillance, des logiciels d'analyse des comportements (vidéosurveillance automatisée, ou VSA), des logiciels d'identification des visages (reconnaissance faciale), et des fichiers dans lesquels se retrouve la quasi totalité des gens, sans même le savoir, et souvent en dehors de toute procédure policière ou juridique. Pris ensemble, ces outils forment un parfait système de surveillance, massif et généralisé.

Mais ces dispositifs sont illégaux, soit de par leur simple existence, soit dans l'usage qui en est fait. Nous avons donc décidé de demander à la CNIL de jouer son rôle de contrôle, en l'invitant à enquêter. Pour cela, nous avons rédigé trois plaintes contre le ministère de l'Intérieur : une contre la vidéosurveillance, à la fois disproportionnée et sans justification, une autre contre le fichier TAJ, utilisé abusivement et sans contrôle notamment pour un exercice illégal de la reconnaissance faciale, et une dernière contre le fichier TES, qui centralise sans nécessité les visages de toutes les personnes ayant reçu une carte d'identité ou un passeport sécurisé.

Mais sur quelles bases légales ? Pour le savoir, foncez lire le communiqué de presse que nous avons publié pour annoncer le dépôt de la plainte : vous pourrez lire un résumé des arguments juridiques de chacune des trois plaintes et même, si vous aimez les films en version longue, télécharger le texte complet de chacune des trois plaintes, en PDF, comme si vous étiez la CNIL.

Lire l'argumentation juridique et les textes des plaintes collectives : https://www.laquadrature.net/2022/09/26/15-248-personnes-portent-plainte-contre-la-technopolice/

La Quadrature dans les médias[edit]

Plainte collective contre la Technopolice

Technopolice

Divers


Agenda[edit]

  • 8 octobre : journée contre la Technopolice à Forcalquier - https://technopolice.fr/blog/journee-contre-la-technopolice-a-forcalquier-le-8-octobre/
  • 13 octobre : causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers à Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses !
  • 14 octobre : Quadrapéro public dans nos locaux (115 rue de Ménilmontant, Paris 20e). À partir de 19h. N'hésitez pas à venir avec vos questions, vos enthousiasmes et quelque chose à boire ou à grignoter !
  • 4 novembre : à partir de 19h, soirée autour du livre Internet et libertés à Tours, à la librairie Les Temps sauvages (82 avenue de Grammont, Tours, France).
  • 10 novembre : causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers à Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses !


#265 — 16 septembre 2022[edit]

Un livre pour raconter quinze années de la Quadrature du Net[edit]

Le 13 septembre dernier, les éditions Vuibert ont publié un livre écrit par quatre membres de La Quadrature : alors que l'association est dans sa quinzième année déjà, ils reviennent sur ses nombreux combats, et sur la lente mais tenace dérive sécuritaire de la société qui a mené les « défenseurs des libertés dans l'espace numérique » à passer de la défense du droit à télécharger des films (lutte contre la loi Hadopi en 2008) à la défense du droit à ne pas être surveillé en permanence par son téléphone, son PC, ou les caméras à reconnaissance faciale qui se multiplient dans les rues du pays...

À la fois livre d'histoire, pamphlet et manifeste, mais sans jamais se limiter à aucun de ces trois genres, le livre restitue les analyses politiques et les actions collectives qui ont marqué ces quinze années pour La Quadrature, de la question de l'envahissement publicitaire du Web à celle des données de santé, en passant par les attentats de 2015 et toutes les lois sécuritaires qui les ont suivis. En 270 pages, vous deviendrez incollable sur tous les enjeux de droit et de liberté dans notre monde numérisé, mais non moins réel.

Internet et Libertés – 15 ans de combat de la Quadrature du Net par Mathieu Labonde, Lou Malhuret, Benoît Piédallu et Axel Simon, 268 pages, 19,90€.

Présentation du livre sur notre site : https://www.laquadrature.net/2022/09/12/la-quadrature-du-net-a-quinze-ans-quinze-ans-deja/

Sur le site de l'éditeur : https://www.vuibert.fr/ouvrage/9782311624915-internet-et-libertes

Acheter en ligne : https://www.placedeslibraires.fr/livre/9782311624915-internet-et-libertes-15-ans-de-combat-de-la-quadrature-du-net-mathieu-labonde-lou-malhuret-benoit-piedallu-axel-simon/


Attention, dernière semaine pour signer la plainte collective contre la Technopolice ![edit]

On vous en a déjà beaucoup parlé, mais c'est bientôt le jour J. Dans une semaine, le 24 septembre, on déposera auprès de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) la plainte collective lancée en mai contre le déploiement de l'attirail de la Technopolice — c'est-à-dire la surveillance urbaine généralisée. La plainte vise en même temps les quatre piliers de ce gros machin sécuritaire : les caméras en elles-mêmes, la couche informatique de vidéosurveillance automatisée, les logiciels de reconnaissance faciale, et le fichage de masse.

Il reste dix jours avant ce dépôt de plainte, solennel mais pas trop, qui aura lieu à l’occasion du festival Technopolice organisé à Marseille (voir plus bas et dans l'agenda). Aujourd'hui, le 16 septembre, plus de 13 000 personnes nous ont déjà donné mandat pour porter la plainte en leur nom. Il vous reste une semaine pour ajouter votre nom sur la plainte et lui donner encore plus de poids !

Tout comprendre : https://www.laquadrature.net/2022/09/14/j-10-avant-le-depot-de-la-plainte-collective-contre-la-technopolice/

Signer la plainte collective : https://technopolice.fr/plainte/


Un guide pratique contre la Technopolice[edit]

Depuis trois ans, notre campagne contre la Technopolice (https://technopolice.fr) invite toutes les personnes volontaires à se renseigner sur les dispositifs de surveillance urbaine installés (ou en projet) dans leur commune, pour les rendre publics et les combattre.

Mais comment faire ? Nous avons rassemblé tout ce que ces trois années d'expérience ont pu nous apprendre dans un petit guide à télécharger : il réunit les conseils de toutes les militantes et les militants qui ont participé à la campagne et peuvent dire ce qui fonctionne, et comment s'y prendre.

Cartographier les installations, obtenir les documents municipaux qui entourent les appels d'offre publics et les échanges avec les entreprises de surveillance, lancer des pétitions, faire pression sur les élus, porter l'affaire devant les tribunaux : on vous explique tout, à partir des expériences des militantes qui prennent part à cette lutte dans toute la France.

Tous les moyens d'action que décrit ce guide sont bien entendu parfaitement légaux et sans danger. L'imagination le complètera à sa fantaisie. Le PDF peut être imprimé et agrafé pour être facilement distribué autour de vous. Un document pratique à partager sans retenue.

Télécharger le guide sur le site de la campagne Technopolice (PDF) : https://technopolice.fr/blog/guide-pour-lutter-contre-la-videosurveillance/

Retrouver le guide sur le site de La Quadrature : https://www.laquadrature.net/2022/09/16/guide-pour-lutter-contre-la-videosurveillance/


Festival Technopolice à Marseille du 22 au 24 septembre 2022[edit]

Venez nous rejoindre à Marseille du 22 au 24 septembre pour le premier Festival Technopolice ! Films, débats et rencontres avec les acteur·ices de la lutte contre la société de surveillance : de Marseille à Paris, de Bruxelles à Belgrade, de Baltimore à Toulouse, ce festival s’offre comme un lieu de réflexion collective, auquel vous êtes toutes et tous les bienvenues.

  • 22 septembre en soirée - « Les caméras nuisent » : projection du film « All Light, Everywhere » et discussion avec les collectifs Technopolice Marseille et Matsuda.
  • 23 septembre en soirée - « Feu la surveillance ? » : projection du film « Machines in Flames » et échange avec les réalisateurs (en visio).
  • 24 septembre après-midi et soirée - « Toutes et tous unis contre la Technopolice » : promenade cartographique, projection de courts-métrages et du film « La bataille de la Plaine », discussion avec les collectifs Technopolice de Belgique, Marseille et Paris et le collectif de Belgrade, dépôt festif de la plainte collective contre le fichage et la vidéosurveillance généralisée et automatisée, et concert.

Tout savoir sur le Festival Technopolice à Marseille du 22 au 24 septembre : https://technopolice.fr/festival/


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]


Agenda[edit]

  • 16 septembre : vernissage de l'exposition Technopolice et rencontre avec Benoît Piédallu, co-auteur de « Internet et Libertés – 15 ans de combat de la Quadrature du Net » à partir de 19h à la librairie L'Hydre aux mille têtes, 96 Rue Saint-Savournin à Marseille.
  • 22-23-24 septembre : Festival Technopolice à Marseille - https://technopolice.fr/festival/
  • 8 octobre : journée contre la Technopolice à Forcalquier - https://technopolice.fr/blog/journee-contre-la-technopolice-a-forcalquier-le-8-octobre/
  • 13 octobre : causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à partir de 19h au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers à Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses !
  • 14 octobre : Quadrapéro au 115 rue de Ménilmontant, Paris 20e. À partir de 19h. N'hésitez pas à venir avec vos questions, vos enthousiasmes et quelques petites choses à boire ou grignoter !

#264 — 9 septembre 2022[edit]

Région Ile-de-France : financement illégal de drones illégaux[edit]

On s'en souvient, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, fut aussi la candidate Les Républicains (LR) à l'élection présidentielle de 2022. Pour atteindre cette position prestigieuse et s'imposer à son parti, elle dut prouver ses compétences et montrer notamment sa fermeté dans le domaine de la vantardise sécuritaire. Pari gagné. Dans ce domaine (comme dans d'autres peut-être), le conseil régional qu'elle préside lui a généreusement servi de laboratoire et de vitrine : on allait voir ce qu'on allait voir, et on allait s'occuper de la sécurité en Ile-de-France, c'est-à-dire mettre de la police et de la surveillance partout.

La région vota donc son « bouclier de sécurité », un budget sécuritaire qui finance largement l'équipement des polices municipales, y compris l'achat de drones de surveillance. Hélas, trois fois hélas, la sécurité publique ne fait pas partie des attributions de la région... Le budget sécuritaire et le financement des drones municipaux sont illégaux. Par ailleurs — hélas ! douze fois hélas ! — l'utilisation des drones par la police municipale est illégale aussi, par deux fois censurée par le Conseil d’État.

C'est la triste et simple vérité que nous avons portée devant le tribunal administratif de Montreuil, compétent pour en juger. Mais le conseil régional traîne des pieds pour ralentir la procédure et sauver son budget bancal aussi longtemps que possible. Tous les détails dans notre article !

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/09/05/financement-regional-de-drones-policiers-lile-de-france-dans-lembarras/


Du carnet nomade au TAJ, histoire du fichage en France[edit]

La plainte collective que nous avons ouverte aux signatures en mai et que nous déposerons fin septembre (http://plainte.technopolice.fr) s'attaque à la surveillance généralisée sous plusieurs aspects : la vidéosurveillance omniprésente, son automatisation à l'aide de logiciels d'analyse des images, plus précisément les méthodes de reconnaissance faciale, et enfin le croisement de ces visages avec d'énormes fichiers numérisés de visages collectés par la police.

Le fichage est la clé administrative du système : filmer et identifier des individus ne sert à rien si on n'a pas fiché la population au préalable. Il se trouve que la France est une sorte de championne du monde de la discipline. Entre 2004 et 2018, la police a pu constituer 70 nouveaux fichiers... L'informatisation aurait pu être une chance politique : l'idée d'un fichage général par l'informatique a fait peur dans les années 70, et entraîné la création d'un cadre législatif pour fixer des limites. Mais « en même temps », la numérisation a joué un rôle majeur dans l'inflation délirante du fichage, en facilitant le croisement des données et leur mise en réseau, qui amène à la constitution de fichiers gigantesques dans lesquels se trouvent pris aujourd'hui de larges pans de la population.

Mais cet emballement n'est pas un phénomène récent : la passion française pour le fichage date du XIXe siècle scientiste, et a démontré son efficacité de façon sinistre plusieurs fois au cours du XXe siècle, pendant les années de l'occupation nazie ou durant la répression liée à la guerre d'Algérie. Qui sont les populations visées ? Pourquoi, et comment ? Avec quelles conséquences pour elles et pour l'ensemble des habitants du pays ? Pour tout savoir sur cette histoire du fichage policier en France, depuis ses origines tâtonnantes jusqu'aux applis de fichage mobile de la police actuelle, lisez l'article sans tarder.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/09/07/classer-pour-dominer-petite-histoire-critique-du-fichage-en-france/


Festival Technopolice à Marseille[edit]

Venez nous rejoindre à Marseille du 22 au 24 septembre pour le premier Festival Technopolice ! Films, débats et rencontres avec les acteur·ices de la lutte contre la société de surveillance : de Marseille à Paris, de Bruxelles à Belgrade, de Baltimore à Toulouse, ce festival s’offre comme un lieu de réflexion collective, auquel vous êtes toutes et tous les bienvenues.

  • 22 septembre en soirée - « Les caméras nuisent » : projection du film « All Light, Everywhere » et discussions avec les collectifs Technopolice Marseille et Matsuda.
  • 23 septembre en soirée - « Feu la surveillance ? » : projection du films « Machines in Flames » et échange avec les réalisateurs (en visio).
  • 24 septembre après-midi et soirée - « Toutes et tous unis contre la Technopolice » : promenade cartographique, projection de courts-métrages et du film « La bataille de la Plaine », discussion avec les collectifs Technopolice de Belgique, Marseille et Paris et le collectif de Belgrade, dépôt festif de la plainte collective contre le fichage et la vidéosurveillance généralisée et automatisée, et concert.

Tout savoir sur le Festival Technopolice à Marseille du 22 au 24 septembre : https://technopolice.fr/festival/


Plainte collective contre la Technopolice[edit]

Depuis le 25 mai, vous pouvez vous joindre à notre plainte collective contre la vidéosurveillance automatisée, le fichage et la reconnaissance faciale. Nous allons profiter du Festival Technopolice à Marseille pour déposer la plainte le 24 septembre prochain : il vous reste encore quelques jours pour la signer !

Pour lire et rejoindre la plainte : http://plainte.technopolice.fr


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Divers


Agenda[edit]

  • 13 septembre : sortie du Livre « Internet et libertés, 15 ans de combat de La Quadrature du Net »
  • 14 septembre : atelier juridique de rédaction de la plainte contre la Technopolice, à partir de 19h au Garage (115 rue de Ménilmontant, Paris 20e arr.)
  • 15 septembre : Quadrapéro à partir de 19h au Garage (115 rue de Ménilmontant, Paris 20e arr.) — attention, cet apéro aura lieu un jeudi contrairement à nos habitudes ! On y parlera de la plainte collective contre la Technopolice et vous pourrez jeter un oeil au livre « Internet et Libertés »
  • 22-23-24 septembre : Festival Technopolice à Marseille — https://technopolice.fr/festival/


#263 — 2 septembre 2022[edit]

22-24 septembre : Festival Technopolice à Marseille[edit]

Il y a 3 ans, La Quadrature du Net lançait l’initiative Technopolice (https://technopolice.fr) pour recenser et contrer les nouvelles technologies policières dans nos villes. Depuis, un collectif Technopolice Marseille s'est monté et organise conférences, expositions artistiques, cartographies collectives des caméras et actions de rue contre le dispositif de surveillance marseillais. Quelques mois plus tard un collectif bruxellois a lancé son propre site Technopolice pour documenter la situation en Belgique (https://technopolice.be). En Serbie, la campagne Hiljade Kamera (mille caméras) est née au sein de la Share Foundation, association de défense des droits numériques (https://www.sharefoundation.info/en/), pour contrer le nouveau projet de la ville de Belgrade d'installer des caméras dotées d’algorithmes de reconnaissance faciale.

Face à la surveillance totale de l’espace public, il est urgent de se rassembler pour résister et penser nos futurs désirables. Alors venez nous rejoindre à Marseille du 22 au 24 septembre pour le premier Festival Technopolice ! À travers des films, des débats et des rencontres avec les acteur·ices des luttes contre la société technopolicière, de Marseille à Paris, de Bruxelles à Belgrade, et de Baltimore à Toulouse, ce festival s’offre comme un lieu de réflexion collective auquel vous êtes toutes et tous les bienvenues.

  • 22 septembre en soirée — « Les caméras nuisent » : projection du film « All Light, Everywhere » et discussions avec les collectifs Technopolice Marseille et Matsuda.
  • 23 septembre en soirée — « Feu la surveillance ? » : projection du films « Machines in Flame » et échange avec les réalisateurs (en visio).
  • 24 septembre après-midi et soirée — « Toutes et tous unis contre la Technopolice » : promenade cartographique, projection de courts-métrages et du film « La bataille de la Plaine », discussion avec les groupes Technopolice de Belgique, Marseille et Paris et le collectif de Belgrade, dépôt festif de la plainte collective contre le fichage et la vidéosurveillance automatisée, puis concert.

Tout savoir sur le Festival Technopolice à Marseille du 22 au 24 septembre : https://technopolice.fr/festival/


Plainte collective contre la Technopolice — la suite[edit]

Le 25 mai, nous vous invitions à vous joindre à nous pour lutter contre la vidéosurveillance, le fichage, la reconnaissance faciale et la vidéosurveillance automatisée. Et comme nous allons profiter du Festival Technopolice Marseille pour déposer notre plainte le 24 septembre prochain, il vous reste encore quelques jours pour la signer !

Pour rejoindre la plainte : http://plainte.technopolice.fr


Un livre pour raconter l'histoire de La Quadrature[edit]

Quatre membres de La Quadrature ont écrit ensemble un livre qui raconte les quinze années de vie de l'association : depuis les premières actions contre le projet de loi Hadopi ou le traité ACTA jusqu'aux récents combats juridiques contre la société de la surveillance automatisée, en passant par les sagas parlementaires qui ont accompagné les lois Renseignement ou Surveillance, les actions collectives contre les GAFAM ou la mise en oeuvre chaotique du RGPD, on voit comment un collectif qui veut « défendre les droits fondamentaux et les libertés à l'ère du numérique » évolue sans cesse, et sans jamais se renier, dans une société qui change à toute vitesse, où le numérique bouleverse l'un après l'autre des pans entiers de la société (travail, éducation, police, justice, consommation, santé, politique, démocratie, etc.). Le livre paraît aux éditions Vuibert le 13 septembre 2022. On en reparlera !

Présentation sur le site de l'éditeur : https://www.vuibert.fr/ouvrage/9782311624915-internet-et-libertes


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Divers

Conservation des données de connexion

Exploitation des données personnelles

Technopolice

Censure en une heure

Surveillance des réseaux sociaux


Agenda[edit]

  • 13 septembre : sortie du Livre « Internet et libertés, 15 ans de combat de La Quadrature du Net » —
  • 15 septembre : Quadrapéro à partir de 19h au Garage (115 rue de Ménilmontant, Paris 20e arr.) — attention, cet apéro aura lieu un jeudi contrairement à nos habitudes ! On y parlera de la plainte collective contre la Technopolice et vous pourrez jeter un œil au livre « Internet et Libertés »
  • 22-23-24 septembre : Festival Technopolice à Marseille — https://technopolice.fr/festival/


#262 — 15 juillet 2022[edit]

Des ressources pour les pratiques d'autodéfense juridique et numérique[edit]

On vous a déjà parlé ici de La Coalition Libertés Associatives, à laquelle on appartient et qui œuvre depuis 2019 à recenser et analyser les atteintes aux libertés associatives, mais aussi à s'organiser contre ces attaques. Il y a eu pas mal de travail avec les débats autour de la loi dite "séparatisme", et tout ça va bien sûr continuer pour empêcher que l'espace démocratique des associations ne se réduise encore (on vous tiendra informées du mieux qu'on peut). Mais un autre volet du travail de cette Coalition est de fournir des outils et ressources pertinentes pour les associations face aux attaques dont elles peuvent être l'objet.

Dans ce cadre, des bénévoles ont assez vite fait le constat que les ressources existantes et pertinentes en matière d'autodéfense juridique et numérique étaient nombreuses, mais aussi dispersées. Elles se sont donc attelées à une tâche de grande ampleur : compiler, sélectionner et référencer ces ressources pour les mettre facilement à disposition. C'est maintenant chose faite, cette bibliographie commentée est en ligne depuis la fin du mois de mai, et en plus elle est participative ! Vous pouvez donc proposer des ressources nouvelles ou proposer des modifications et mises à jour concernant les ressources existantes :-)

La base de données se décompose en cinq thématiques larges :

  • Sécurité de l’information en général et modélisation de la menace
  • Connaissance juridique sur la surveillance
  • Connaissances sur les acteurs de la répression
  • Autodéfense numérique : sécurité informatique, protection technique de l’information, outils et pratiques pour l’utilisation des outils
  • Autodéfense juridique : face à la police, face à la justice, droits et procédures pénales et administratives, pratiques collectives

Un grand merci aux bénévoles qui ont effectué ce super travail, et n'hésitez pas à faire circuler l'info !

Pour consulter la bibliographie commentée : https://www.lacoalition.fr/Bibliographie-commentee-autodefense-juridique-et-numerique

Pour contribuer à améliorer l'outil : https://framaforms.org/contributions-a-la-bibliographie-dadjn-de-lacoalition-autodefense-juridique-et-numerique-1653396813

Pour une présentation détaillée de la bibliographie : https://www.lacoalition.fr/Bibliographie-sitographie-commentee-sur-les-pratiques-d-autodefense-juridique


La Quadrature fait un break estival[edit]

On profite de cet envoi pour vous informer qu'après des mois bien occupés, on a toutes et tous besoin de souffler un peu... Et quel meilleur moment pour le faire qu'en été, avec le soleil ? Nous serons donc un peu "off" dans les semaines qui viennent, avec juste une petite permanence sur le téléphone et la boîte mail, mais ne vous étonnez pas si la réactivité n'est pas au rendez-vous ! Il n'y aura donc pas de "Que se passe-t-il au Garage ?" dans les prochaines semaines non plus, mais on revient en forme et motivées fin août :-)

Et puis si vous jetez un œil à l'agenda plus bas vous verrez qu'en fait on ne sera pas toutes et tous en vacances, et que quelques-unes d'entre nous partent diffuser nos projets aux quatre coins de la France et du monde, ou presque ;-)


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


Agenda[edit]

  • 18-25 juillet : Participation aux rencontres du collectif technocritique Écran Total.
  • 21 juillet : Intervention à la Summer School for Digital Rights à Montenegro (organisé par la Share Foundation, le Digital Freedom Fund et le réseau EDRi dont nous sommes membres). Nous y serons pour parler Technopolice.
  • 29 juillet : Intervention à la conférence SCALE : Technopolice: tools for fighting back surveillance cities (Los Angeles).
  • 25-28 août : Stand et table-ronde au Hadra Trance Festival (Vieure, Allier). Table-ronde sur les libertés individuelles sur le Web, le vendredi 26 de 14h à 16h, avec nos amies de Framasoft.


#261 — 1er juillet 2022[edit]

Caravane Technopolice : premier tour dans les Hauts-de-France[edit]

La semaine dernière, nous inaugurions la caravane Technopolice. Nous avons rencontré des militants de Calais, Roubaix et Lille et partagé nos expériences de lutte. Merci à Human Rights Observers (https://humanrightsobservers.org/), à Utopia 56 (https://linktr.ee/Utopia56), au Cercle Roubaisien (https://twitter.com/cercleroubaix), à la LDH de Roubaix et à la LDH de Lille (https://site.ldh-france.org/lille/) pour leur accueil chaleureux.

Nous avons bien l'intention de poursuivre l'expérience dans d'autres régions. Nous avons déjà reçu des demandes de collectifs militants pour venir les rencontrer dans leur ville. Si vous faites partie d'un collectif qui a à cœur de lutter contre la technopolice et que vous souhaitez organiser une rencontre avec la caravane, n'hésitez pas à nous écrire à l'adresse contact@technopolice.fr.

En attendant, soyons le plus nombreux possible à porter plainte contre la Technopolice : contre la vidéosurveillance, contre la reconnaissance faciale et contre le fichage !

Rejoignez la plainte : https://plainte.technopolice.fr


Une nouvelle étape dans notre lutte contre la Hadopi[edit]

Comme vous le savez certainement, La Quadrature a engagé depuis 15 ans une lutte féroce contre la Hadopi, c'est même l'un des combats qui ont amené à la création de l'association (qui n'en était pas une à l'époque). En 15 ans, on a publié une belle quantité d'articles, avec plein beaucoup de détails sur les débats et sur les actions juridiques qu'on a menées contre cette autorité responsable d'une surveillance massive d'Internet.

La semaine prochaine a lieu une audience devant la Cour de justice de l'Union européenne (au Luxembourg), dans le cadre d'un recours que nous avons déposé devant le Conseil d’État français en 2019. On a donc décidé d'en profiter pour faire un petit bilan de cette lutte et un point sur les enjeux de cette audience. L'article est encore en préparation (si le lire vous intéresse, passez sur notre site mardi matin...), mais en gros l'idée pour nous est que la Hadopi utilise pour son fonctionnement des mécanismes qui reposent sur des bases juridiques problématiques, voire franchement illégales ! Afin d'avertir et de sanctionner les internautes qui partagent des œuvres sans autorisation, la Hadopi a en effet accès à l'adresse IP des personnes, et à partir de là peut obtenir les données d'état civil correspondantes en les demandant aux fournisseurs d'accès internet (FAI).

Or, le droit européen prévoit qu'une autorité ne peut accéder à l'adresse IP d'une personne que dans des cas de criminalité grave. Et partager des oeuvres culturelles n'en relève clairement pas ! De plus, le droit européen s'oppose à la conservation généralisée des données de connexion par les FAI (prévueimposée par la loi française), ce qui rend cette conservation illégale et coupe la source par laquelle la Hadopi accède aux données d'état civil. Ce qui nous fait dire que la Hadopi fonctionne actuellement sur des bases illégales.

Bref, on vous fignole ce bilan pour mardi qui vient, et d'ici là, tremble Hadopi !


EDRi a besoin d'aide contre la reconnaissance faciale ![edit]

Le réseau européen EDRi dont nous faisons partie a lancé l’année dernière la campagne Reclaim Your Face (reclaimyourface.eu/fr/). Cette campagne prend la forme d’une « initiative citoyenne européenne » : il s’agit d’une pétition institutionnelle visant à recueillir 1 million de signatures au sein de plusieurs pays de l’Union européenne, pour demander à la Commission d’interdire les pratiques de surveillance biométrique de masse, et notamment la reconnaissance faciale. Il ne reste plus que deux mois avant le dépôt de la pétition et Edri est à la recherche de bénévoles en France pour coordonner la collecte de signatures manquantes ! Si cela vous intéresse, écrivez-nous à contact@laquadrature.net. Merci ! <3

Le site de la campagne Reclaim Your Face : reclaimyourface.eu/fr/


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos vidéos sur https://video.lqdn.fr/

Plainte collective contre la Technopolice

Technopolice

Divers


Agenda[edit]

  • 5 juillet : Audience à la Cour de Justice de l'Union européenne dans notre recours contre la HADOPI.
  • 29 juillet : Intervention à la conférence SCALE : Technopolice: tools for fighting back surveillance cities (Los Angeles)


#260 — 17 juin 2022[edit]

La technopolice du quotidien dans un village de Normandie[edit]

C'est par un article de la presse locale que les 2 400 habitants de Putanges-le-Lac ont appris, le 14 février dernier, que le conseil municipal avait décidé d'installer 21 caméras de surveillance dans la commune. Mais qu'est-ce qui peut bien justifier une telle dépense (200 000 €) dans un si petit village ? Un collectif d'habitants s'est constitué pour s'opposer à cette décision. Les discussions avec le maire ne donnant rien du tout, le groupe a d'abord rédigé une pétition, qui met en balance d'une part les caméras, et d'autre part une vraie politique de prévention et de dialogue social, qui ne paraît pas impossible dans une population aussi petite — un seul poste de médiateur suffirait sans doute et coûterait beaucoup moins cher.

Mais pour donner plus de force à son opposition, le groupe a décidé de contester la décision devant le tribunal administratif : l'utilité des caméras n'est pas prouvée, leur installation est disproportionnée, et l'autorisation préfectorale est entachée d’irrégularité par un conflit d'intérêt, puisque la société qui a démarché la commune pour l'installation des caméras est dirigée par un membre de la commission préfectorale qui a autorisé l'installation...

L'opportunisme industriel est une raison parmi toutes celles qui expliquent l'installation de la vidéosurveillance jusque dans les rues les plus paisibles de France. Notre article explique en quoi l'exemple de Putanges-le-Lac, dans sa banalité, est représentatif des pratiques d'aujourd'hui. Un reportage à lire absolument.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/06/13/a-putanges-le-lac-comme-ailleurs-la-videosurveillance-se-propage/


La Caravane Technopolice arrive dans le Nord[edit]

Au début du mois de juillet, la Quadrature se déplace dans les Hauts-de-France. Dans le cadre de la campagne Technopolice, on continue nos rencontres avec les personnes qui agissent pour contester la mise sous surveillance dans leur ville ou dans leur quartier. Nous participerons donc à des réunions publiques à Calais, à Lille et à Roubaix entre le 21 et le 24 juin prochain. Venez discuter avec nous ! Tous les détails des rendez-vous sont dans l'agenda, un peu plus bas.

Plus d'infos ici : https://technopolice.fr/caravane/

Attaques sur les libertés associatives[edit]

Bien que cela ne touche pas directement les questions numériques, La Quadrature est depuis 2019 investie au sein de La Coalition Libertés Associatives. Et pour cause, La Quadrature étant une elle-même une association, il nous parait logique de soutenir les structures associatives ou les collectifs qui font l'objet d'attaques et d'abus de la part des pouvoirs publics, le plus souvent pour des raisons politiques. Refus de prêt de salles, coupes de subventions et même parfois dissolutions... La Coalition vous donne quelques pistes sur comment réagir face à ces abus, notamment dans le cadre du Contrat d'engagement républicain instauré l'an dernier par la loi Séparatismes.

Plus d'infos pour réagir face aux abus ici : https://www.lacoalition.fr/Contrat-d-engagement-republicain-Quel-recours-possible-face-aux-abus

Pour contacter La Coalition et obtenir une aide : https://www.lacoalition.fr/Un-formulaire-pour-alerter-sur-les-abus-relatifs-au-Contrat-d-engagement

Pour suivre les activités de La Coalition Libertés Associatives : https://www.lacoalition.fr/


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos vidéos sur https://video.lqdn.fr/

Plainte collective contre la Technopolice

Reconnaissance faciale

Divers


Agenda[edit]

  • du 21 au 24 juin, Région Nord : Caravane Technopolice - La Quadrature du Net sera dans le Nord pour discuter technopolice et réfléchir ensemble à comment lutter contre ces outils technologiques et sécuritaires, à travers des discussions publiques, des cartographies, des ateliers...
   * 21 juin - 18h : Rencontre à Calais, à la Maison d'entraide et de ressources, 3 rue de Croy.
   * 22 juin - 19h : Rencontre à Roubaix, au Restaurant Etoile Syrienne, 126 avenue Jean Lebas.
   * 24 juin - 18h : Rencontre à Lille, à la Maison des associations, 27 rue Jean Bart.
  • 5 juillet : Audience à la Cour de Justice de l'Union européenne dans notre recours contre la HADOPI.


#259 — 03 juin 2022[edit]

Ensemble, attaquons la Technopolice ![edit]

Multiplication des caméras de « vidéo-protection », détection de nos comportements pour mieux réprimer ceux qui sortent de la norme, utilisation massive de la reconnaissance faciale par la police ou fichage de masse... Nos actions de recherche et de documentation sur la Technopolice, dans le cadre de l'initiative que nous avions lancée en 2019, nous ont permis de constater que les technologies de surveillance n'étaient plus depuis longtemps l'apanage de la littérature de science-fiction.

En dépit des victoires locales, un constat alarmant s’impose : la Technopolice se répand de façon bien trop opaque, massive et rapide pour être suffisamment connue et débattue, mais aussi combattue dans chaque ville ou chaque lieu où elle tente de se développer.

Alors, pour défaire la Technopolice en tant que système, nous lançons donc une plainte collective contre l’État français et le ministère de l’intérieur. Rejoignez-nous, et parlez-en autour de vous ! Toute personne résidant en France peut se joindre à notre action !

En savoir plus et rejoindre la plainte : https://plainte.technopolice.fr

Se tenir informé sur notre initiative Technopolice : https://technopolice.fr/actualites/

Participer aux discussions : https://forum.technopolice.fr/


La Quadrature à l'UTC[edit]

La semaine dernière, nous avons présenté la campagne Technopolice à l'Université de Technologie de Compiègne, où nous étions invité⋅es par Picasoft. L'enregistrement de la conférence est à retrouver ici : https://video.lqdn.fr/w/cu31a3TiPWENBGwREw4tuH.

On a beaucoup aimé s'y rendre, et si vous aussi vous aimeriez que l'on fasse une présentation similaire dans votre lycée, votre fac, ou vos écoles, n'hésitez pas à nous inviter !

Pour nous contacter : contact[at]laquadrature[point]net


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos vidéos sur https://video.lqdn.fr/

Plainte collective contre la Technopolice

Divers


Agenda[edit]

  • 9 juin, 19h, Marseille : Causerie mensuelle Technopolice Marseille — Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses ! C'est au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers, Marseille.
  • 10 juin, 19h, Paris : Quadrapéro de La Quadrature du Net + collage d'affiches de la nouvelle campagne pour les motivé-es ! C'est au 115 rue de Ménilmontant, Paris 20e.
  • 11 juin, Versailles : Nos libertés et nos droits à l'épreuve des nouvelles technologies — débat organisé par Amnesty International et les Amis du Monde Diplomatique, avec LQDN en invitée. C'est à l'Hôtel de ville de Versailles, salle Montgolfier.
  • du 21 au 24 juin, Région Nord : Caravane Technopolice — La Quadrature du Net sera dans le Nord pour discuter technopolice et réfléchir ensemble à comment lutter contre ces outils technologiques et sécuritaires, à travers des discussions publiques, des cartographies, des ateliers... Passages prévus sur Lille, Roubaix, Calais et Valenciennes. Plus de détails bientôt !


#258 — 20 mai 2022[edit]

Un règlement européen ouvre une faille de confiance dans les connexions web sécurisées[edit]

Quand vous naviguez sur des sites web en navigation chiffrée (c'est le « s » de « secure » dans https://), la connexion s'établit grâce à une discussion préalable entre le serveur et votre navigateur web : la validité du site et du chiffrement de la connexion sont garanties par des certificats émis par des autorités de certification (on dit des « CA », en anglo-geek).

Mais qui garantit le sérieux de l'autorité certificatrice ? Qui se porte garant des garants&nbps;? Les éditeurs de navigateur web ont trouvé une solution pragmatique : ils analysent eux-mêmes le sérieux technique des CA et ne valident (dans leur navigateur) que les certificats émis par des CA qu'ils ont eux-mêmes vérifiées. Ainsi Google (éditeur de Chrome), la fondation Mozilla (éditrice de Firefox), Microsoft (éditeur de Edge) et les autres constituent-ils des listes de CA fiables, dont les certificats sont dignes de confiance. En cas de problème, une CA non fiable est supprimée des listes. Jusqu'à présent, cela fonctionnait.

Mais.

Mais le règlement européen « sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques au sein du marché intérieur et abrogeant la directive 1999/93/CE » voté en 2014 — appelé « règlement eIDAS » par souci de sobriété de la conversation — est en cours de révision. Et la nouvelle version de l'article 45.2 obligerait les éditeurs de navigateurs à accepter dans leur liste des CA imposées par les autorités nationales, sans audit indépendant de la part des éditeurs eux-mêmes. Le risque d'une faille de sécurité introduite par un État est évident. La crise de confiance est inévitable.

L'EFF a tiré le signal d'alarme (https://www.eff.org/uk/document/eidas-letter-2022) et La Quadrature apporte aujourd'hui son analyse au débat. Pour comprendre les détails techniques et politiques du dossier, lisez sans tarder l'article sur notre site.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/05/20/revision-du-reglement-eidas/


L'Occitanie s'empare de la lutte contre la vidéosurveillance numérique[edit]

Dans le cadre de la campagne Technopolice, La Quadrature est en relation avec de nombreuses initiatives locales de lutte contre la surveillance (qu'elle soit numérique ou non). C'est pourquoi nous republions cette semaine une article paru d'abord dans l'Empaillé, un journal libre qui couvre la région Occitanie (https://lempaille.fr/). L'article dresse un état des lieux de la surveillance dans la région, accompagné d'un tableau très vivant du militantisme local contre les initiatives sécuritaires municipales. On ne cache pas notre sympathie pour la ville de Carmaux, dans l'ancienne circonscription de Jean Jaurès, et dont le maire pouvait encore dire récemment : « Je ne veux aucune caméra qui surveille en permanence mes concitoyens. Le dossier est clos. On vit très bien sans ».

Lire l'article sur notre site : https://technopolice.fr/blog/occitanie-sous-surveillance/

Lire l'article sur L'Empaillé : https://lempaille.fr/occitanie-sous-surveillance


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup ! Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos vidéos sur https://video.lqdn.fr/

Vidéosurveillance automatisée et reconnaissance faciale

Identité numérique

Divers


#257 — 06 mai 2022[edit]

Ta tête dans l'TAJ ?[edit]

"Tu connais pas l'TAJ ? Pourtant ta tête est p'tet dedans !"

Le TAJ, fichier de "traitement des antécédents judiciaires", est un méga fichier de police/gendarmerie qui contient plus de 19 millions de fiches, dont plus de 9 millions avec la photo du visage des personnes fichées. Ce fichier concerne les personnes mises en cause dans les enquêtes policières (condamnées ou non), mais aussi les victimes ou les témoins... Au-delà des questions posées par un fichage aussi important, il s'avère que depuis sa création le TAJ sert de façon massive pour de la recherche automatique de visage via des logiciels de reconnaissance faciale. Or le recours massif à cette technologie est interdit par les règles du droit des données personnelles. C'est ce que nous avons voulu faire valoir devant le Conseil d’État dans un recours que nous avions déposé il y a deux ans. Hélas, le Conseil d’État a rendu son jugement le 26 avril, et, fidèle au rôle qu'il s'est donné de défenseur des politiques de surveillance de masse du gouvernement, il a rejeté nos arguments par un raisonnement absurde. En gros, pour eux, l'automatisation - via la reconnaissance faciale - serait justifiée car le TAJ est devenu trop énorme pour être consulté manuellement. Quand une surveillance de masse justifie une autre surveillance de masse...

Lire notre article : https://www.laquadrature.net/2022/05/03/le-conseil-detat-sauve-la-reconnaissance-faciale-du-fichier-taj/


Survivre à une coupure d'Internet (2) : rétablir les connexions[edit]

Les coupures d'Internet : pourquoi, que faire, comment s'organiser si Internet n'est plus accessible ? C'est sur ce vaste ensemble de questions que se penche Nono, le responsable des outils numériques de La Quadrature, dans une série de trois articles. Le premier article, publié il y a quinze jours, dessinait le grand éventail des coupures possibles et de leurs causes. Le second, que nous publions aujourd'hui, se penche sur les manières possibles de rétablir les connexions. Se reconnecter à l'Internet mondial, créer un réseau local, apporter une connexion internet dans des squats, avoir Internet sans les câbles... on essaye de vous aider à y voir plus clair dans tout ça !

Lire le nouvel article : https://www.laquadrature.net/2022/05/06/retablir-les-connexions/ Lire ou relire le premier article : https://www.laquadrature.net/2022/04/21/survivre-a-une-coupure-dinternet/


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup ! Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos vidéos sur https://video.lqdn.fr/

Agenda[edit]

  • 12 mai (19h) : causerie mensuelle Technopolice Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses ! C'est au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers (Marseille).
  • 17 mai (20h) : réflexion collective mensuelle de La Quadrature du Net - "Services publics et algos : toutes et tous noté-es". C'est en visio sur Big Blue Button ( https://visio.octopuce.fr/b/laq-hbu-xws-e3c )


#256 — 22 avril 2022[edit]

Survivre à une coupure d'Internet (1) : quelle coupure ?[edit]

La guerre russe en Ukraine a donné aux médias une nouvelle occasion d'évoquer le risque d'un sabotage et d'une coupure volontaire d'Internet (ici par exemple : https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/guerre-en-ukraine-la-russie-peut-elle-couper-internet-en-france_5004824.html). Nos maisons sont reliées à Internet par un câble (de cuivre ou de fibre optique), nous croyons donc facilement à l'idée qu'il suffirait de couper le câble qui relie deux pays pour les isoler totalement l'un de l'autre. C'est en suivant le même genre de raccourci que certains politiciens peuvent dire que l'économie d'un pays se gère comme l'économie d'un foyer. La réalité est plus touffue et résistante que cela, comme l'explique l'ami Stéphane Bortzmeyer sur son blog : https://www.bortzmeyer.org/coupure-avec-les-usa.html.

Mais qu'en est-il des risques réels de coupures de notre accès à Internet ? C'est sur cette question que se penche Nono, le responsable des outils numériques de La Quadrature, dans une série de trois articles : de quelles coupures parle-t-on, comment les contourner, et comment s'organiser si Internet est totalement inaccessible ? Le premier article dessine d'abord le grand éventail des coupures possibles et de leur diversité : un appartement privé d'Internet, ce n'est pas la même chose qu'un pays entier, et l'action d'une inondation ou d'un coup de pelleteuse mal placé n'est pas comparable à l’action répressive d'un gouvernement autocratique...

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/04/21/survivre-a-une-coupure-dinternet/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos vidéos sur https://video.lqdn.fr/


Agenda[edit]

  • 22 avril (18h) : Technopolice : cartopartie et rencontre — cartographie collective des caméras de surveillance à Paris (quartier Stalingrad-Marx Dormoy) suivie d’une rencontre à la librairie Le pied à terre (rue Custine). Détails ici : https://www.369editions.com/technopolice-cartopartie-et-rencontre/.
  • 29 avril (à partir de 19h) : Quadrapéro au Garage, 115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris — apéro public et point sur l'actualité de nos campagnes.


#255 — 8 avril 2022[edit]

Gaffe aux algos de la CAF[edit]

L'intelligence artificielle est toujours présentée sous le jour le plus avantageux. Mais les fameux algorithmes « intelligents » montés en épingle dans les médias, capables de reconnaître un cancer mieux qu'un médecin, ou capables d'identifier le terroriste trop nerveux parmi les passagers anonymes d'un tramway niçois, sont des mythologies modernes. La réalité des algorithmes d'aide à la décision est dans l'immense majorité des cas banale, gestionnaire et policière, tout comme l'imaginaire de nos gouvernants. Cette médiocrité automatisée, appliquée à des vies humaines, industrialise l'arbitraire.

Par ailleurs, les services sociaux, menacés dans leur légitimité et même dans leur existence par les politiques imprimées à l’État (« un pognon de dingue », selon la personne chargée d'incarner l'harmonie nationale), sont sommés de réduire leurs dépenses. On réduit donc le personnel, et on instaure des contrôles sévères pour punir les présumés fraudeurs. Rigueur, économies, sous-effectif et surveillance, tout est en place pour que l'automatisation impose ses algorithmes. Sans grande surprise, leur application punit fréquemment les allocataires les plus fragiles.

Prenons l'exemple des caisses d'allocations familiales (CAF). À chaque allocataire est attribué un score en fonction de plusieurs critères. Plus le score est élevé, plus l'allocataire est jugé·e susceptible de frauder, et sera contrôlé·e. Détail monumental : quand le score déclenche un contrôle, les allocations sont suspendues. Les allocataires les plus précaires, qui perdent et retrouvent des emplois à temps partiel, déménagent souvent, ont des situations familiales ou conjugales compliquées, sont d'origine étrangère, ont des difficultés avec les démarches en ligne, sont algorithmiquement les personnes les plus pénalisées.

Le collectif Changer de cap a collecté les témoignages de personnes maltraitées par l'algorithme de contrôle de la CAF : https://changerdecap.net/petition-caf/. La Quadrature travaille aussi sur ce sujet, pour obtenir la transparence sur cet algorithme arbitraire. C'est pourquoi nous signons et publions cette semaine la tribune rédigée par Changer de cap : « Nous demandons le démantèlement des pratiques illégales des CAF ».

Lire la tribune : https://www.laquadrature.net/2022/04/06/controles-discriminatoires-nous-demandons-le-demantelement-des-pratiques-illegales-des-caf/

Signer l'appel : https://changerdecap.net/petition-caf/


La vidéosurveillance est politiquement détestable et juridiquement illégale[edit]

Dans le cadre de notre grande enquête Technopolice, nous avons publié ces dernières semaines trois articles sur la vidéosurveillance algorithmique (VSA), Le premier article, dont nous vous avons déjà parlé ici fin mars, commençait par le commencement et posait quelques définitions : Qu’est-ce que la vidéosurveillance algorithmique ? (https://www.laquadrature.net/2022/03/23/quest-ce-que-la-videosurveillance-algorithmique/).

Le deuxième article, paru le vendredi 1er avril, n'est pas très drôle : en partant de la traditionnelle opposition entre la liberté et la sécurité, il constate que la vidéosurveillance automatisée limite les libertés de tout le monde sans augmenter la sécurité de personne. Déshumanisaiton de la population et de la police, dilatation totalitaire de la surveillance, inefficacité, répression des populations fragiles, rien ne va.

Mais le troisième article donne de l'espoir : il existe des moyens juridiques de bloquer le déploiement de ces techniques de surveillance totalitaires. Noter expérience des textes de loi qui encdrent l'utilisation des données nuémriques nous donne des oyens d'agir. On compte bien les utiliser !

Analyse politique : https://www.laquadrature.net/2022/04/01/pourquoi-sopposer-a-la-videosurveillance-algorithmique/

Analyse juridique : https://www.laquadrature.net/2022/04/07/en-quoi-la-videosurveillance-algorithmique-est-elle-illegale/


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos vidéos sur https://video.lqdn.fr/

Conservation des données de connexion

Divers


Agenda[edit]

  • 14 avril (19h) : Causerie mensuelle Technopolice Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses ! (Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers Marseille).
  • 20 avril (20h) : Rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram ).
  • 22 avril (18h) : Technopolice : cartopartie et rencontre - Cartopartie de caméras de surveillance à Paris suivie d’une rencontre à la librairie Le pied à terre ( https://www.369editions.com/technopolice-cartopartie-et-rencontre/ ).


#254 — 25 mars 2022[edit]

Au Garage cette semaine, il est question de Mon Espace Santé et de ce que recouvre la notion de vidéosurveillance algorithmique.

Bonne lecture et datalove <3

Juliette, Marne, Mathieu, Myriam, Noémie, Arthur et Nono


Quadrapéro ce soir[edit]

C'est le printemps, les apéros publics reprennent : n’hésitez pas à venir prendre un verre et discuter de l’actualité de l'association ce soir, vendredi 25 mars, à partir de 19 heures.

Rendez-vous à partir de 19h au Garage, 115 rue de Ménilmontant, 20e arrondissement, métros Ménilmontant (2), Gambetta (3) ou Jourdain (11)


Qu’est-ce que la vidéosurveillance algorithmique ?[edit]

Vidéosurveillance intelligente, ou bien automatisée ? Vidéosurveillance augmentée, ou plutôt algorithmique ? Comme toujours, la querelle des mots renvoie à d'autres enjeux. Derrière la bataille sémantique se cache l'opposition des points de vue : défenseurs des droits ou police, maires candidats à la réélection ou observateurs des politiques publiques, marchands de caméras numériques ou Quadrature du Net.

A l'occasion d'une consultation lancée par la CNIL sur les caméras de surveillance "augmentées" (voir ici : https://www.cnil.fr/fr/cameras-dites-intelligentes-ou-augmentees-dans-les-espaces-publics-la-cnil-lance-une-consultation), et à laquelle nous avons répondu, nous revenons dans un premier article sur l'état des lieux de la vidéosurveillance algorithmique en France. Que recouvrent les différentes définitions en concurrence ? Quels sont les outils installés et les acteurs politiques et économiques qui les encouragent ? Que font les algorithmes dont on il est si souvent question ?

Par ailleurs, nous avions répondu à la consultation de la CNIL en organisant une contre-consultation populaire, -- à partir d'un questionnaire en ligne disponible ici : https://framaforms.org/consultation-populaire-contre-la-videosurveillance-automatisee-1645539068 -- avec l'ambition d'envoyer le 11 mars une réponse étoffée qui donnerait sur la surveillance de nos villes et de nos villages d'autres points de vue que celui des entreprises et des institutions habituelles (la police, les industriels de la surveillance, les collectivités territoriales, etc.). Plus de 170 réponses à notre contre-consultation ont été relayées à la CNIL, mais l'enquête n'est pas close pour autant : nous sommes toujours à l'écoute de tous les témoignages et de toutes les analyses pour nourrir notre propre doctrine sur les nouvelles techniques de surveillance.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/03/23/quest-ce-que-la-videosurveillance-algorithmique/


Les failles de Mon Espace Santé[edit]

Ce dossier médical unique est désormais ouvert pour l'ensemble des assuré·es de la Sécu. Très décrié, comme toutes les récentes obligations d’État qui touchent à la santé (qu'on pense aux vaccins, au port du masque, au passe sanitaire, etc.), il pose à nos yeux un problème particulier de confidentialité en raison de la nature de son contenu, par définition très intime et sensible.

Tout fichier centralisé, toute base de données, présente le défaut de centraliser des données dont la dispersion peut paradoxalement être un avantage. C'est le cas avec ce dossier médical, qui présente aux yeux des soignants l'avantage de donner une vision complète du parcours médical de la personne qui les consulte. L'inconvénient, c'est qu'on ne peut justement plus garder pour soi certains aspects de ce parcours... Des options permettent de cacher certains documents, de réserver leur consultation à un médecin en particulier, et d'en exclure tous les autres. Mais qui a la main sur ces choix ? Qui peut les établir, qui peut les contourner ? Est-ce l'usager qui à la main sur l'organisation de son dossier médical, ou bien le personnel médical ?

Vous l'avez compris, Mon Espace Santé pose énormément de questions, que nous essayons de poser dans un article dense, long, mais essentiel.

Lire notre article : https://www.laquadrature.net/2022/03/25/pourquoi-sopposer-a-la-creation-de-mon-espace-sante/


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos vidéos sur https://video.lqdn.fr/


Agenda[edit]

  • 25 mars (19h) : Quadrapéro au Garage (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris).
  • 31 mars (19h) : « NØ LAB : Peut-on encore aimer Internet ? Rencontre et performance pour repenser nos attentes envers internet », avec Hortense Boulais-Ifrène, Kaspar Ravel et Félix Tréguer, membre fondateur de LQDN (La Gaîté Lyrique, Paris - payant).
  • 14 avril (19h) : Causerie mensuelle Technopolice Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses ! (Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers Marseille).
  • 20 avril (20h) : Rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram ).


#253 — 18 mars 2022[edit]

Reprise des Quadrapéros[edit]

Le printemps arrive, quel meilleur moment pour relancer à nouveau les Quadrapéros au Garage ? Si vous êtes disponibles vendredi prochain, et si vous avez envie de venir passer un moment avec nous, pour faire le point sur nos travaux et discuter de l'actualité, c'est à partir de 19h au 115 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant, Gambetta ou Jourdain.

Rendez-vous vendredi 25 mars à partir de 19h au Garage !


Reclaim your face ![edit]

Il y a un peu plus d'un an, on vous parlait de la campagne Reclaim Your Face lancée par EDRi, et soutenue par une quarantaine d'organisations européennes dont La Quadrature, pour exiger l'interdiction de la surveillance biométrique de masse dans l'Union européenne.

L'initiative a pris la forme d'une pétition institutionnelle qui doit dépasser le million de signatures pour que la demande soit portée devant la Commission européenne. Les délais pour signer ayant été rallongés (Covid oblige), vous pouvez encore signer et dire non à la surveillance biométrique ! N'hésitez pas à faire tourner le lien autour de vous.

Relire l'article de l'an dernier : https://www.laquadrature.net/2021/02/17/contre-la-surveillance-biometrique-de-masse-signez-la-petition-europeenne/

Le site de la campagne Reclaim Your Face : https://reclaimyourface.eu/fr/


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


Agenda[edit]

  • 21 mars (20h) : ATTENTION, RDV ANNULÉ - Rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram).
  • 24 mars (19h) : Discussion sur la Technopolice à Montpellier (La Carmagnole, 10 Rue Haguenot, 34070 Montpellier).
  • 25 mars (19) : Quadrapéro au Garage (115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris).
  • 14 avril (19h) : Causerie mensuelle Technopolice Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses ! (Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers Marseille).
  • 20 avril (20h) : Rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram).


#252 — 4 mars 2022[edit]

Rétention des données de connexion : une victoire tardive mais importante[edit]

En France, les opérateurs de télécommunications (internet et téléphone) sont obligés de conserver toutes les données de connexion des utilisateurs pendant un an. Cela est contraire à la législation européenne, et la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a déclaré en 2014 que cette conservation des données était disproportionnée et illégale, jugement confirmé en 2020 à notre demande.

Ensuite, vous le savez, le Conseil d’État, chargé d'adapter la loi française à ce jugement, avait trouvé une solution qui satisfaisait « en même temps » la police et les services de renseignement, qui estiment nécessaire de savoir ce que vous faisiez sur le web il y a un an.

La semaine dernière, c'est le Conseil constitutionnel qui devait s'exprimer à son tour sur la question de la conservation des données de connexion, à l'occasion d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par les parties d'un procès dans une affaire pénale. Nous étions intervenus dans la procédure, avec Franciliens.net, en adressant nos arguments à la cour (à lire ici : https://www.laquadrature.net/2022/02/15/donnees-de-connexion-recours-devant-le-conseil-constitutionnel/).

Le Conseil constitutionnel a jugé que la conservation des données était disproportionnée, et a censuré l’article de loi qui l'autorise. Malheureusement, le texte de loi examiné dans le cadre de cette affaire a été remplacé depuis lors par un article de la nouvelle loi Renseignement de 2021. Une bonne décision qui arrive un peu tard... Mais elle reste intéressante pour nous : la surveillance de masse gêne encore le Conseil constitutionnel. Pourvu que ça dure !

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/02/25/donnees-de-connexion-une-victoire-en-retard/


Consultation populaire contre la vidéosurveillance automatisée[edit]

La CNIL a lancé une consultation publique, ouverte jusqu'au 11 mars, pour « accompagner » le déploiement de la vidéosurveillance automatisée en France. Cette consultation préfigure un futur cadre juridique qui autorisera sans aucun doute l'installation de logiciels et d'algorithmes divers sur les caméras de surveillance « classiques » et ouvrira la porte à la « détection de comportements anormaux » et à la surveillance individualisée dans l'espace public.

Afin de ne pas cautionner ce faux appel au public, qui ne servira qu'à légitimer et légaliser les technologies poussées par l'industrie de la surveillance, nous lançons une « contre-consultation ». Il s'agit de documenter et de recueillir ensemble les avis et les témoignages de citoyens ou de collectifs, pour constituer collectivement un discours et une doctrine sur la vidéosurveillance automatisée et en appeler à son interdiction.

Nous vous invitons à participer à cette contre-consultation en nous expliquant pourquoi vous êtes contre le déploiement de la vidéosurveillance automatisée, chez vous au ailleurs : https://framaforms.org/consultation-populaire-contre-la-videosurveillance-automatisee-1645539068. Si vous êtes d'accord, votre avis pourra être transmis à la CNIL dans le cadre de la réponse de la Quadrature à la consultation officielle. Et sinon, vos idées nous seront utiles pour nourrir notre réflexion et nos contre-propositions ! N’hésitez pas à relayer cette contre-consultation autour de vous...

Participer à la contre-consultation contre la VSA : https://framaforms.org/consultation-populaire-contre-la-videosurveillance-automatisee-1645539068


Contribuez à Bloque La Pub ![edit]

Avec les associations Résistance à l'Agression Publicitaire (RAP) et Zero Waste France, nous animons depuis 2019 le site web https://bloquelapub.net , à la fois argumentaire et guide d'autodéfense contre la publicité en ligne. Apprenez à bloquer la pub, et passez le bloqueur à vos ami·es !

En plus de cela, si vous avez un peu de temps et que vous savez faire du développement web, nous avons ajouté quelques petites tâches auxquelles vous pouvez apporter votre aide dès aujourd'hui en consultant notre dépôt Gitlab ici : https://git.laquadrature.net/la-quadrature-du-net/bloque-la-pub-sur-internet/-/issues. Des bénévoles ont déjà retravaillé le guide pour le rendre plus simple et accessible, on n'attend que vous pour continuer sur cette belle lancée :)

N'hésitez pas à rejoindre le groupe tech de La Quadrature en suivant ce lien : https://matrix.to/#/#tech:laquadrature.net. À très bientôt !


Soutenez La Quadrature[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos interventions audiovisuelles sur https://video.lqdn.fr/


Agenda[edit]

  • 10 mars (19h) : Causerie mensuelle Technopolice Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses ! (Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers Marseille).
  • 21 mars (20h) : Rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram ).


#251 — 18 février 2022[edit]

La rétention des données de connexion passe devant le Conseil constitutionnel[edit]

En octobre 2020, la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) nous avait donné raison en jugeant abusive l’obligation faite aux opérateurs français de conserver pendant un an toutes nos données de connexion (internet et téléphone) : https://www.laquadrature.net/2020/10/06/surveillance-une-defaite-victorieuse/. Ensuite, le Conseil d’État avait décidé, en avril 2021, par une entourloupe acrobatique, de contourner ce jugement : https://www.laquadrature.net/2021/04/21/le-conseil-detat-valide-durablement-la-surveillance-de-masse/.

Cette semaine, le problème se retrouve devant le Conseil constitutionnel, sous la forme d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée au détour d'une affaire judiciaire : La Quadrature du Net et Franciliens.net ont saisi l'occasion pour présenter leurs arguments, alors que d'autres États membres, dont la Belgique et l'Allemagne, ont annoncé leur intention de se plier au jugement de la CJUE.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/02/15/donnees-de-connexion-recours-devant-le-conseil-constitutionnel/


Pourquoi il faut soutenir Nantes Révoltée[edit]

Le média nantais Nantes Révoltée (http://www.preview-nantesre.nantes-revoltee.com/) a été ouvertement menacé de dissolution par le ministre de l'Intérieur, le 25 janvier dernier, lors d'un débat à l'Assemblée nationale. Les autorités de Loire-Atlantique se seraient plaint du soutien explicite de ce média d'extrême gauche à des manifestations au cours desquelles des vitrines de magasins ont été détruites. Du soutien d'un mouvement social à la responsabilité directe dans la casse d'une vitrine, il n'y a qu'un pas que la démagogie politique franchit allègrement.

Plusieurs semaines après l'annonce du ministre, le collectif qui anime le site n'a toujours pas reçu d'avis officiel de dissolution : http://www.preview-nantesre.nantes-revoltee.com/trois-semaines-apres-lannonce-de-dissolution-ou-en-sommes-nous/. Le ministère sait pourtant faire feu de tout bois. On se souvient par exemple que certaines associations musulmanes accusées de « séparatisme » ont été dissoutes au prétexte de commentaires postés sur leur page Facebook, qu'elles étaient fautives de ne pas avoir supprimés.

Dans un contexte de campagne présidentielle qui semble se jouer entre la droite et la droite extrême, la menace de dissolution d'un collectif d'extrême gauche n'est bien sûr ni un hasard, ni une chose anodine. L'arme de la dissolution, inventée pour lutter contre les milices fascistes et anti-parlementaristes des années 30, est aujourd'hui détournée contre les idéalistes libertaires, égalitaires et fraternels de Nantes Révoltée. La République qui se croit menacée par les militants nantais se pose comme une héritière directe de la République bourgeoise et répressive de Monsieur Thiers, qui avait écrasé l'expérience politique et sociale de la Commune.

Cette lente dérive partisane loin des idéaux de 1789, au bénéfice exclusif d'une classe sociale et au nom de principes généraux par ailleurs régulièrement bafoués, nous l'analysons point par point, d'un point de vue politique et juridique.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/02/16/pourquoi-il-faut-soutenir-nantes-revoltee/


Vers une bureaucratie sans humains ?[edit]

Nous republions cette semaine un article de Félix Tréguer, membre fondateur de La Quadrature, paru pour la première fois en novembre 2021 dans la revue AOC (https://aoc.media) : « IA et réforme de l’État : vers des bureaucraties sans humains ? ».

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/02/18/ia-et-reforme-de-letat-vers-des-bureaucraties-sans-humains/


Votez pour #LaQuadrature2022[edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos interventions audiovisuelles sur https://video.lqdn.fr/


Agenda[edit]

  • 21 février (17h30) : Participation au débat organisé par Renaissance Numérique : « Numérique au service de la sécurité : de l’exception à la banalisation ? » (en ligne sur https://www.youtube.com/user/RenaissanceNumerique).
  • 21 février (20h) : Rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram ).
  • 10 mars (19h) : Causerie mensuelle Technopolice Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir. Venez nombreuses ! (Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers Marseille).
  • 21 mars (20h) : Rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram ).


#250 — 11 février 2022[edit]

Censure du web en une heure : la mesure arrive en France, il faut la rejeter[edit]

Vous vous rappelez sans doute le « règlement Terro », qui nous a beaucoup occupé entre 2018 et 2020. Il avait été adopté en mars 2021 sous le nom complet de « règlement relatif à la lutte contre la diffusion des contenus à caractère terroriste en ligne ». L'heure est venue pour les États membres de le transposer dans leurs lois nationales. La France avait poussé ce texte et défendu les pires mesures qu'il contient, comme l'obligation de retrait en 1 heure des contenus signalés comme « terroristes » par la police ou les autorités nationales.

Cette mesure en particulier, le Conseil constitutionnel l'avait précisément censurée en juin 2020 dans la loi Avia « contre la haine en ligne ». Va-t-elle rentrer de force dans la loi française après un détour calculé par l'Union européenne ?

C'est pourquoi nous adressons une lettre ouverte aux parlementaires qui discutent cette loi de transposition à partir du 9 février : rejetez la censure administrative du web sous prétexte d'antiterrorisme.

Lire la lettre ouverte : https://www.laquadrature.net/2022/02/08/les-deputes-doivent-refuser-la-censure-sans-juge-en-une-heure/


Élisez La Quadrature en 2022 ![edit]

Comme vous le savez, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos interventions audiovisuelles sur https://video.lqdn.fr/


Agenda[edit]

  • 17 février 2022 (18h) : Réunion mensuelle du groupe Technopolice Montpellier - Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René, 34000 Montpellier - Discussions, préparation de la venue de LQDN/Technopolice Marseille à Montpellier pour conférence, expo, ateliers et formations fin mars 2022.
  • 21 février (17h30) : Participation au débat organisé par Renaissance Numérique : « Numérique au service de la sécurité : de l’exception à la banalisation ? » (en ligne sur https://www.youtube.com/user/RenaissanceNumerique).
  • 21 février (20h) : Rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram).


#249 — 4 février 2022[edit]

La surveillance en marche : cinq années de lois sécuritaires[edit]

La Quadrature du Net est une association de défense des droits et des libertés à l'ère du numérique. À l'approche de la plus importante échéance électorale du pays, elle n'a aucun moyen de prédire quelle candidate ou quel prétendant préservera le mieux les droits et les libertés des habitants de ce pays. Mais elle peut dresser le bilan, en ce domaine, de celui qui a occupé la fonction présidentielle ces cinq dernières années.

En ce qui concerne le milieu habituel de La Quadrature, le bon vieux web, les régressions sont graves. Surveillance massive des réseaux, « boîtes noires » pour un espionnage plus ciblé, rétention incontrôlée des données de connexion, censure administrative de sites web, autocensure automatisée des plateformes de réseaux sociaux : pendant cinq ans, le web a servi de bouc-émissaire à un discours sécuritaire simpliste et démagogique, et « en même temps », de manière très pragmatique, d'indicateur de police et d'entrepôt de données pour les services de renseignement.

Mais depuis quelques années, le numérique au sens large est devenu un outil policier à part entière. Le développement de l'analyse d'images et de la reconnaissance biométrique a relancé l'industrie de la vidéosurveillance et dopé le développement de ce qu'on appelle désormais « la technopolice ». Ce mouvement sécuritaire et industriel qui transforme les villes en espace de surveillance à ciel couvert — les drones surplombant l'ensemble —, le dernier quinquennat l'a généreusement encouragé avec beaucoup d'argent et de très nombreuses lois.

De ce quinquennat de la surveillance numérique, nous donnons une description très simple, en forme de liste, depuis le 14 mai 2017, élection d'Emmanuel Macron, jusqu'au 24 janvier 2022, promulgation de la loi « responsabilité pénale et sécurité intérieure » qui autorise la surveillance de la population avec des drones.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/02/03/emmanuel-macron-cinq-annees-de-surveillance-et-de-censure/


Soutenez La Quadrature ![edit]

La campagne de soutien pour 2022 se poursuit ! Comme on vous l'expliquait la semaine dernière, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos interventions audiovisuelles sur https://video.lqdn.fr/


Agenda[edit]

  • 10 février 2022 (19h) : Causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille - c'est au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir.

Venez nombreuses !

  • 10 février 2022 (19h) : Assemblée générale interassociative et intersyndicale contre la dématérialisation et le contrôle social à Pole Emploi et à la CAF - c'est à 18h30 à l'Union Locale CGT du 19e, 1 rue de Nantes, 75019 Paris.
  • 17 février 2022 (18h) : Réunion mensuelle du groupe Technopolice Montpellier - Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René, 34000 Montpellier - Discussions, préparation de la venue de LQDN/Technopolice Marseille à Montpellier pour conférence, expo, ateliers et formations fin mars 2022.
  • 21 février (20h) : rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram).


#248 — 28 janvier 2022[edit]

Drones policiers : la région Île-de-France veut contourner la loi[edit]

Même s'il a docilement avalisé la surveillance par drones, le Conseil d’État a donné quand même quelques limites au délire, en particulier en interdisant au polices municipales de s'en servir. Mais pour les fanatiques de l'idéologie sécuritaire, le droit est un détail. La région Île-de-France par exemple, présidée par une candidate à la prochaine élection présidentielle, a voté une subvention à destination des communes de la région qui souhaiteraient s'équiper en drones. Des élu×es communistes à la région ayant décidé d'attaquer cette décision devant le tribunal administratif de Montreuil, nous avons décidé d'intervenir dans la procédure pour ajouter nos arguments au débat. Pour repousser les avancées de la technopolice, l'action doit plus que jamais s'organiser à l'échelle locale : notre article explique pourquoi.

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/01/25/nen-deplaise-a-la-technopolice-les-drones-de-la-police-municipale-sont-toujours-illegaux/


À bas la pub ![edit]

Alors que la pollution de notre planète s'aggrave, la pollution de notre esprit ne se porte pas forcément mieux. À grand renfort d'image truquées, d'injonctions à la consommation, à la conformité dans la dépense de soi et aux dépends des autres, la pub nous bloque. Bloquons la pub. Avec nos camarades de Résistance à l'Agression Publicitaire et de Zero Waste France, à l’occasion de la journée européenne de protection des données ce vendredi 28 janvier 2022, nous avons mis à jour le site https://bloquelapub.net. Faites-y un tour, et passez le bloqueur à vos voisins ! Avec une nouvelle affiche des plus sympa pour marquer l'occasion, à imprimer chez vous ;)

Le site de la campagne Bloque la pub : https://bloquelapub.net


DataJust : qui perd gagne quand même[edit]

Vous vous en souvenez peut-être, nous avions attaqué le fichier DataJust, constitué par le ministère de la Justice pour faire tourner des algorithmes d'optimisation des indemnisations : https://www.laquadrature.net/2021/12/23/datajust-violer-la-loi-sous-couvert-dexperimentation/. Nous contestions entre autres la nécessité de rassembler autant de données très personnelles pour des finalités douteuses, et sans garantie quant à la suite. Le Conseil d’État avait rejeté notre recours fin décembre 2021. Mais quelques jours après la décision, le ministère a annoncé qu'il abandonnait le projet : https://www.acteurspublics.fr/articles/exclusif-le-ministere-de-la-justice-renonce-a-son-algorithme-datajust. Motif invoqué : « la complexité du chantier ». On a perdu, mais le machin a coulé. DataPlouf, on a gagné.


Soutenez La Quadrature ![edit]

La campagne de soutien pour 2022 se poursuit ! Comme on vous l'expliquait la semaine dernière, l'association vit grâce à vos dons : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/. Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


La Quadrature dans les médias[edit]

Retrouvez nos interventions audiovisuelles sur https://video.lqdn.fr/

Drones policiers

DataJust

Technopolice

Surveillance

Divers


Agenda[edit]

  • 10 février 2022 (19h) : Causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille - c'est au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir.

Venez nombreuses !

  • 10 février 2022 (19h) : Assemblée générale interassociative et intersyndicale contre la dématérialisation et le contrôle social à Pole Emploi et à la CAF - c'est à 18h30 à l'Union Locale CGT du 19e, 1 rue de Nantes, 75019 Paris.
  • 17 février 2022 (18h) : Réunion mensuelle du groupe Technopolice Montpellier - Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René, 34000 Montpellier - Discussions, préparation de la venue de LQDN/Technopolice Marseille à Montpellier pour conférence, expo, ateliers et formations fin mars 2022.
  • 21 février (20h) : rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram).


#247 — 21 janvier 2022[edit]

Au Garage en ce début d'année on accueille notre nouvelle juriste, on analyse la décision du Conseil constitutionnel sur les drones policiers, on tente un petit exercice de transparence financière et on salue le travail des collègues belges contre la Technopolice !

Une belle année à vous, malgré tout, et on continue la lutte !

Bonne lecture et datalove <3

Arthur, Juliette, Marne, Mathieu, Myriam, Noémie et Nono


Du nouveau au Garage[edit]

Alors que Martin a quitté l'équipe salariée pour de nouveaux horizons professionnels (il reste cependant un bénévole très actif), nous accueillons notre nouvelle juriste salariée, Noémie. Certain-es d'entre vous la connaissent peut-être, elle a démarré par un stage avec nous en 2017, avant de devenir une bénévole active de notre groupe contentieux. Elle rejoint maintenant l'équipe salariée, et on est bien content-es !


Drones policiers : la bataille nationale est perdue, mais on ne lâchera pas ![edit]

Ne nous le cachons pas, la décision du Conseil constitutionnel publiée hier est une défaite, qui vient marquer au plan national la fin d'une lutte qui avait pourtant commencé de meilleure manière. A quatre reprises depuis 2020 l'utilisation de drones policiers avait été interdite, par le Conseil d’État, la CNIL puis le Conseil constitutionnel. Mais l'insistance du gouvernement à faire légaliser l'utilisation de ce nouveau joujou de surveillance de masse a fini par payer, et le Conseil constitutionnel autorise donc l'usage de drones policiers.

Si la bataille au plan national est perdue, il va nous falloir agir localement, à chaque apparition de drones policiers, pour contester la nécessité de leur utilisation. Cette lutte au cas par cas sera plus complexe et plus dense, mais nous ne lâcherons pas et, avec votre aide si vous le voulez, nous continuerons de lutter !

Lire l'article : https://www.laquadrature.net/2022/01/21/les-drones-policiers-autorises-par-le-conseil-constitutionnel/


Petit tour d'horizon des financements de La Quadrature[edit]

La Quadrature appelle régulièrement à votre soutien financier, vous l'avez certainement remarqué. Mais au fait pourquoi ces appels réguliers ?

Parce qu'on travaille essentiellement grâce à vos dons, qui représentent actuellement 78% de notre budget, et aussi grâce au temps que nous offrent nos bénévoles. On est aussi soutenu structurellement par quelques fondations, mais on refuse tout financement public, l'idée étant de garder notre indépendance d'action. Et les services fiscaux nous ayant refusé cette possibilité, nous ne pouvons pas offrir la déductibilité fiscale aux personnes qui nous font des dons.

Alors un immense merci à celles et ceux qui nous soutiennent, merci d'avance à celles et ceux qui le feront, grâce à vous on continue à faire bouger les choses ! Et pour en savoir plus sur tout ça, lisez notre article !

Notre article : https://www.laquadrature.net/2022/01/14/ni-subventions-ni-deductibilite-fiscale-la-quadrature-ne-tient-presque-que-par-vos-dons/


Pistage dans le cyberespace[edit]

En ce début d'année, nous republions sur notre site technopolice.fr un article paru sur le site de Technopolice Belgique, concernant la collecte et le pistage des données personnelles dans l'espace public, à travers la téléphonie mobile et la connexion Wi-fi, aussi appelée "footfall analytics".

L'article que nous relayons : https://technopolice.fr/blog/pistage-dans-le-cyberespace/

Et pour en savoir plus sur Technopolice Belgique, n'hésitez pas à aller jeter un coup d'œil sur leur site internet : https://technopolice.be


Chaque mois, un moment de discussion[edit]

Vous avez peut-être déjà vu passer des annonces à ce sujet, mais depuis septembre, nous organisons régulièrement des réunions de nos groupes de travail (tech, juridique, communication...), ouvertes à tous et à toutes, en visio la plupart du temps. L'idée est de permettre à qui le souhaite à la fois de rencontrer celles et ceux qui font La Quadrature mais aussi de se mobiliser avec nous. Si le cœur vous en dit, elles se tiennent le 20 de chaque mois (sauf si ça tombe un dimanche, au quel cas c'est le lundi suivant, ce qui sera le cas en février), et sont annoncées sur nos réseaux. À bientôt peut-être ? :)


Soutenez La Quadrature ![edit]

La campagne de soutien pour 2022 se poursuit ! Si vous pouvez nous aider avec un don, c'est ici : https://www.laquadrature.net/donner/. Et si vous n'êtes pas riche, n'hésitez pas à faire un petit don mensuel, ce sont nos préférés, ils nous permettent d'envisager notre action dans la durée. On compte sur vous pour pouvoir continuer le combat une année de plus ! Merci beaucoup !

Pour soutenir La Quadrature : https://www.laquadrature.net/donner/


Agenda[edit]

  • 10 février 2022 (19h) : Causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille - c'est au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers Marseille - Présentations, discussions, préparations d'actions à venir.

Venez nombreuses !

  • 10 février 2022 (19h) : Assemblée générale interassociative et intersyndicale contre la dématérialisation et le contrôle social à Pole Emploi et à la CAF - c'est à 18h30 à l'Union Locale CGT du 19e, 1 rue de Nantes, 75019 Paris.
  • 21 février (20h) : rendez-vous mensuel des bénévoles et amies de La Quadrature (Sur Big Blue Button en visioconférence : https://bbb.lqdn.fr/myr-cgm-ram).


2021[edit]

Voir QSPTAG/2021

2020[edit]

Voir QSPTAG/2020

2019[edit]

Voir QSPTAG/2019

2018[edit]

Voir QSPTAG/2018

2017[edit]

Voir QSPTAG/2017

2016[edit]

Voir QSPTAG/2016

2015[edit]

Voir QSPTAG/2015