Difference between revisions of "It is crucial to save Net Neutrality!"

From La Quadrature du Net
Jump to navigationJump to search
m (ajout catégorie)
Line 1: Line 1:
 +
Traduction de la page [http://www.laquadrature.net/en/it-is-crucial-to-save-net-neutrality It is crucial to save Net Neutrality!]
 +
 
'''Just text:'''  
 
'''Just text:'''  
  

Revision as of 19:32, 1 September 2009

Traduction de la page It is crucial to save Net Neutrality!

Just text:

Il est crucial de préserver la neutralité du net.

"La neutralité du net". Ce concept nébuleux est l'essence même de la fondation du net, tel que nous le pratiquons. Au sein de l'écosystème numérique elle est la grantie même de la libre concurrence, de l'innovation, et des libertés fondamentales. La neutralité du web est la règle tacite et implicite en vigueur depuis sa fondation, et ce pour des raisons tant techniques qu'économiques. Au jour d'aujourd'hui, elle est menacée par le monopole des opérateurs et fournisseurs d'accès , qui y voient l'opportunité de controler les flux d'informations quel qu'ils soient. Il est crucial de prendre la mesure des enjeux posés par la troisième relecture de la proposition de loi du dit "paquet télécom", si l'on veut pouvoir demain protéger et répondre des libertés fondamentales, nécessaires à un internet libre et ouvert au sein de l'union européenne.

Qu'est ce que la neutralité du web ?

Lorsque vous envoyez un courrier postal, la poste n'ouvre pas celui-ci, pour décider si selon son contenu ou l'identité de son émetteur il mérite d'être délivré. Son rôle se borne à délivrer votre correspondance. Leur service est alors définit comme neutre. C'est la même chose avec internet: si aucune forme de surveillance n'est appliquée concernant les contenus, les émetteurs, les récepteurs, ou la nature même des informations qui y circulent, on peut alors parler de neutralité du net.

Pourquoi ne peut-on se passer de la "neutralité du net" ?

Ce principe essentiel de neutralité du net est donc l'enjeu même de la préservation des libertés fondamentales d'une société dite moderne , et ce pour plusieurs raisons :

- la libre concurrence Si un fournisseur d'accès porte atteinte à la neutralité du web, il s'occtroit très facilement un statut de monopole; par l'absence même de concurrence. Par exemple en France, la situation veut que les 3 opérateurs en vigueur ne permettent pas à leurs usagers et clients de se servir des technologies de VOIP telle que skype d'un fournisseur à un autre, ce qui force donc leurs utilisateurs et clients à utiliser leur games de services respectives, ainsi que leurs tarifications effectives. Le client et usager peut alors changer de fournisseur mais chacun des trois appliquant les mêmes politiques d'accès au réseau, ces pratiques sont proprement anti-concurrencielles, privent le consommateur de ses libertés fondamentales, et de surcroît ne permettent pas l'innovation économique.

- l'innovation .

Depuis sa creation , internet repose sur et se développe gràce à ses utilisateurs. "Deux types dans un garage", ont suffit à développer et construire des myriades d'outils et entreprises que nous utilisons quotidiennement, et qui sont aujourd'hui incontournables. Il en va ainsi de Google, Wikipedia, Skype, eBay, bittorrent, Twitter, et bien d'autres incontournables qui contribuent à construire un Internet qui ne cesse de voir son nombre d'utilisateurs s'accroitre. Chacune de ces innovations faites dans la liberté et l' indépendance sont l'exemple et la garantie même d'un réseau sain et non sclérosé. L'Economie mondiale en est la première bénéficiaire.

Que se passerait-il dès lors si un quelconque innovateur ou autre acteur du net se devait de demander une quelconque permission pour une quelconque utilisation du réseau? ou pis encore devais payer pour mettre en oeuvre et permettre de diffuser et utiliser sa propre création ? cette perspective n'est pas sans déplaire aux différents opérateurs qui y voient l'opportunité d'une centralisation et d'un contrôle de l'information.


- Libertés et droits fondamentaux

Article 11 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen proclamée en 1789:


Tout individu a droit à  la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Le conseil constitutionnel qui représente la plus haute autorité judiciaire en france, à confirmé ce droit inaliélable, entérinant ainsi les décisions promulguées par le Parlement Européen à maintes reprises. Internet est depuis ces décisions législatives et judiciaires, bel et bien considéré comme un espace ou tout un chacun peut exercer sa liberté d'opinion, de communication, ce qui est ni plus ni moins la définition de toute démocratie. Blogs , microblogs, réseaux sociaux, et messageries instantanées, sont à ce propos les parfaites illustrations d'un débat public participatif vivant. Et dans une démocracie, seul un juge peut statuer sur les restrictions des libertés fondamentales aussi importantes que la liberté d'expression. Que deviendrait ce pouvoir mis entre les mains des marchands du net ?


-Pourquoi la neutralité du web est-elle en danger ?

Le réseau internet n'a jamais cessé de se développer. Une fois le réseau saturé les opérateurs ont commencé à investir dans plus de bande passante au prétexte d'augmenter le potentiel de distribution d'information du web. Fort de ces infrastructures renforcées ils ont ouvert de nouvelles possibilités à une économie faussement concurencielle, une porte ouverte sur le controle des informations qui circulent sur le réseau, au lieu d'en favoriser la circulation. Ce modèle dit économique ne permet rien d'autre que justifier leurs propres conditions d'accès au réseau : "Internet est devenu trop lent, nous sommes là pour réguler le traffic de la bande passante, en assumer les priorités de diffusion de contenus, ses applications et services, raisons pour lesquelles chaque utilisateur paie." Ces arguments, au delà du mirage de la "fin du web" ont étés ceux avancés devant le parlement européen au pretexte de favoriser la neutralité du web, mais certainement pas ceux qui pourront faire face à une neutralité technologique. Un accès au web moins cher et une gestion du réseau pourvue de bon sens permettrai sans doute d'en favoriser le développement.