Utilisateur:Tsaitgaist

From La Quadrature du Net
Jump to navigationJump to search

point de vue

Voici mon point de vue sur la question du piratage (du multimédia). Bien sur il va évoluer au fur et à mesure que de nouveaux points de vus et de nouvelles options m'interpelleront. S'il peut vous éclairer ou au contraire si vous savez quelque chose que je n'ai pas traité, au plaisir.

l'industrie du disque s'écroule[edit]

Oui, ça ils aiment bien nous le rappeler. 50% de ventes en moins. Oui, mais celles du disque.

le disque[edit]

Qui se baladerait encore avec un lecteur CD alors que

  • c'est très volumineux
  • ça consomme beaucoup d'énergie
  • ça coute cher
  • la capacité est limité
  • et surtout la bibliothèque n'est pas (facilement) changeable.

la musique numérique[edit]

Un lecteur multimédia (ou communément appelé mp3) ça se trouve partout.

  • avec 20€ il est aujourd'hui assez simple de trouver un de ces lecteurs ayant une capacité de 1Go
  • soit plus de 700 minutes de musique (avec une qualité décente), contre 15 sur un CD
  • c'est tout petit (j'ai peur de perdre le mien ou de l'oublier dans la poche pour le retrouver dans la machine à laver)
  • le point le plus important c'est certainement qu'il suffit de glisser une musique dessus et toute la liste de lecture est refaite
  • en plus ça se recharge pendant qu'on change sa musique (et ça tient très longtemps)
  • mais il peut aussi servir de porte document (clef USB) tout con

bref, que du bon. Mais c'est aussi ça qui a des conséquences importantes. Alors qu'avant personne ne se baladait avec sont lecteur CD, aujourd'hui il est difficile de pas avoir quelqu'un qui écoute de la musique dans son champ de vision. Ces lecteurs, et donc la musique, sont omniprésents. Vu qu'au bout d'un moment toujours la même musique ça commence à souler (sauf la bonne bien sur), et qu'on en écoute toujours, il est normal de changer fréquemment. En plus c'est facile à faire. En même temps que les lecteurs mp3, c'est internet qui est "sorti" (le premier découlant du second en réalité). Avec internet il était tellement simple de télécharger de la musique (il était une fois Napster, ...). Il était possible d'avoir toute la musique au monde, pour rien du tout (sauf beaucoup de la patiente, car le 56k c'est pas top).

Et c'est la que l'industrie de la musique a tout perdue. Alors qu'il était simple de se procurer de la musique en piratant, les majors ont préférés ignorer et n'ont pas suivis l'évolution technologique. Personne n'était là pour vendre de la musique sur internet, seuls des CD étaient en ventes. Le début du piratage de la musique c'était il y a environ 10 ans, et ça ne fait que 2 ou 3 ans qu'on commence à voir des offres de téléchargement musical (légale cette fois) à peu près potable. <mode diable on> Après on vient pleurer que l'industrie coule. Le capitalisme ça n'a pas toujours été "marche ou crève" ?</mode diable off>

l'industrie de la musique survie[edit]

Et oui, car même s'ils ont du retard, ils se sont adaptés. En si on dit que l'industrie du disque (du CD en fait) s'écroule (et il serait bien temps), l'industrie de la musique sur internet est en pleine florissant, malgré le retard et les offres des qualité plus que médiocre. En voici quelques aspects :

  • les DRM, alors qu'on avait l'habitude de copier sans soucis (presque) ses CD avant => ça temps à disparaitre
  • le format (tu veux écouter ma musique, prends d'abord mon lecteur) => comme les DRM, ça disparait
  • la qualité sonore => ça commence a être acceptable (en dessous de 192kb/s je n'appelle pas ce de la qualité)
  • l'effort (es-tu prêt a cliquez sur 500 boutons et remplir 10 formulaires, quand ça marche avec autre chose qu'Internet Explorer)
  • et j'en passe des détails techniques rageants
  • mais surtout, quiz du prix => non, ça, ça ne s'améliore pas des masses

c'est quand même fou de payer 1€ LA chanson, alors que même en CD ça coute pas beaucoup plus cher (sur 18 titres), ou qu'en 2 clics on a tout un album gratuitement (piratage quand tu nous tiens). Mais bon, apparemment ça marche quand même, c'est eux qui le disent.

les lois existantes[edit]

En fait il n'y en a une toute faite pour : la loi DADVSI (en sus de la propriété intellectuelle en soit, qui interdit la contrefaçon, mais est trop généraliste). Le seul soucis (pour les pirates), c'est qu'elle est très sévère : jusqu'à 300 000€ d'amende et 3 ans de prison. Je précise bien JUSQU'À. Mais apparemment elle ne suffit pas aux yeux des majors (surtout), parce qu'elle est très dure à utiliser. C'est pour cette raison que la loi Olivennes/HADOPI/riposte graduée apparait.

la loi à venir (Olivennes)[edit]

le pirate : en théorie c'est celui qui télécharge sans autorisation. Mais dans le cadre de cette nouvelle loi (et donc pour la suite) c'est le détenteur de la ligne sur lequel ce téléchargement a été effectué.

son but[edit]

Le but principal de cette loi et de simplifier la tache au ayant-droits pour poursuivre les pirates (ce qui n'est pas injuste en soit). Par contre elle va peut être un peu loin.

les dispositions[edit]

ce dont je suis sûr (ou presque) :

  • elle créée un autorité qui permet aux ayant-droits d'identifier et d'attaquer le pirate directement.
  • elle rajoute une sanction (c'est la mesure phare de cette loi) : après 2 avertissements par lettres recommandées, la connexion internet sera coupée pour 1 an (ou 6 mois si le pirate coopère)

ce dont je manque de précision :

  • elle autorise l'utilisation de logiciels espions
  • elle autorise la surveillance et le filtrage de la ligne

point de vue[edit]

Tout le monde le dit, 3 ans de prison et 300 000€ d'amende (DADVSI) c'est démesuré, et c'est bien pour ça que cette loi (Olivennes) est là. Je vois ça un peu autrement : cette sanction est un maximum, rien n'empêche aux ayant-droit de demander moins. J'ai comme la vague impression que c'est plus une excuse pour créer une loi qui leur donne un peu plus de pouvoir. En plus il n'a jamais été question de supprimer cette première sanction. C'est-à-dire que ce n'est pas parce que vous allez être déconnecté d'internet que vous ne pouvez pas recevoir une petite amende et de quelques jours au chaud. Ensuite couper la connexion internet. Non mais sérieux, qui a eu cette idée. A l'ère de l'information vous couper d'internet c'est comme si on vous interdisait d'écrire des lettres ou de lire des livres il y a 100 ans. C'est vous couper du monde et de son évolution, et niveau liberté d'expression (s'exprimer et écouter) on a vu mieux. Je suis d'accord qu'il faut prendre ses responsabilités, mais je n'ai quand même pas le droit de poser des mines sur mon terrain et mettre un panneau "défense d'entrer". "Boouumm. Ah ben c'est de sa faute, il était prévenu". Heureusement que couper la connexion internet est interdit par l'Europe, mais ça ne leur empêche pas de persister et d'essayer. Après on me parle "d'éducation". Je ne vois pas en quoi une lettre recommande avec "Attention, je t'ai repéré en train de télécharger des trucs pas très légaux, si tu continue je vais te (et à ton entourage) couper internet" c'est très éducatif, j'ai plus l'impression de menace et de répression. Bon, j'aime un peu exagérer les choses, mais je pense que je suis quand même dans la bonne direction et j'essaye de bien illustrer, plus que des propos vagues avec des interprétations toutes aussi houleuses, au moins ici l'interprétation est claire.

mes propositions[edit]

la licence globale[edit]

L'idée de payer une somme fixe pour ne plus à avoir peur de représailles et télécharger tranquillement, je suis complément contre. Ce serait légaliser le piratage.

taxe internet[edit]

Il existe déjà la redevance pour la copie privée (même si très remise en question dans son mode de calcul car elle compte aussi la copie d'œuvre pirate, donc on gros elle gagne de l'argent sur les œuvres piratées). Internet est aussi un mode de transmission de culture. Donc mettre une mini taxe (fixe) dessus pourrait être une solution. Même si je suis pas pour, si ça peut résoudre en partie le problème de piratage, je ne suis pas contre. Maintenant attention aux avares qui n'en auront jamais assez et augmenteront sans cesse parce qu'il y aura toujours du piratage. Là c'est parce qu'ils auront mal géré, encore une fois.

attaque alternative[edit]

surveillance et filtrage[edit]

Surveiller et/ou filtrer directement sur la ligne c'est hors de question, ce serait une pure atteinte à la vie prive et du flicage à la chinoise. Par contre surveiller les tracker d'œuvres piratées ce n'est que normal. Un ayant-droit pourrait par exemple surveiller qui se connecte sur un réseau (dans le sens une communauté, par ex celui d'un tacker Bittorrent) et télécharge une œuvre piratée à grande échelle (autre qu'un échange au sein de proches).

autorité[edit]

Une fois les adresse IP collectées, l'ayant droit les enverrais à une autorité qui définira le possesseur de la ligne et comparera les logs pour confirmer l'échange de fichiers. Attention, il n'est que question de vérifier les logs envoyé par l'ayant droit, et en aucun cas de mettre cette ligne sous surveillance et comptabiliser ou fouiller tous les échanges illégaux.

éducation[edit]

Si le détenteur de la ligne a bien commis cette infraction, alors il est temps de le prévenir, mais surtout de l'éduquer. Voici une lettre type qui pourrait être envoyée : "Nous avons constaté que vous avez téléchargé les œuvrent suivantes : - nom du fichier, protocole, dates et heures - ... il s'agit ici d'œuvres pirates. Veuillez donc bien vous assurez que vous ou votre entourage cessiez cette activité illégale. Si personne n'a commis cet acte alors veuillez vérifier que votre accès est sécurisé afin qu'aucun intrus l'utilise pour commettre ces actes illégales. pour plus d'information : un_petit_lien_pour_expliquer_comment_sécuriser_son_accès Si cet acte a été commis par vous ou votre entourage, nous vous proposant l'alternative légale suivante : un_lien_vers_le_site_de_vente_de_l'ayant-droit"

Si au minimum 1 mois plus tard (le temps de sécuriser ou d'arrêter) une autre plainte est reçue par l'autorité, on renvoi une lettre un peu plus claire qui expose les risques d'amende.

amende[edit]

S'il n'a toujours pas cesse de pirater, alors il est temps de toucher au portefeuille. Le pirate devra payer 2 fois le prix de chaque œuvre dont il est accuse d'avoir téléchargé (le prix se basant sur la moyenne du marche : fnac, itunes, amazon, ...). Bien sur il faut supprimer la sanction de la DADVSI.

on se réveille l'industrie[edit]

on change de modèle[edit]

Il ne s'agit pas qu'au pirate de payer, mais aussi aux ayant-droits de se réveiller un peu. Ce n'est plus comme il y a 50 ou même 20 ans. On consomme beaucoup plus de produits culturels qu'auparavant. Est c'est un bel aspect. L'accès et la diffusion de la culture est une chose formidable, personne ne le contredira. Mais alors que la consommation a augmenté, les prix n'ont pas diminué. Les pirates c'est majoritairement des "jeunes", de 8 (ça ne m'étonnerait pas) à 25 ans. (je ne parle pas des réseaux pirates professionnels où la les ayant-droit seront toujours perdants). L'argent de poche ne coule pas à flot, et quand on voit le prix d'un album, d'un ticket de cinéma ou d'un concert, il n'est pas possible de profiter de la moitié de ce dans on aimerait. Et je dirais même, les prix augmentent continuellement (quand je vois que le prix d'un ticket de cinéma est de 15€, ... non, je ne le dirais pas).

préjudice morale[edit]

Lorsqu'on pirate une œuvre plutôt que de l'acheter, il y a un préjudice morale, c'est a dire que l'auteur est offensé. Le pirate en est bien conscient n'aurait rien contre afficher son enthousiasme et son support pour l'auteur. C'est aussi pour ça qu'il préfère acheter du nike que du tati ou même une contrefaçon de nike. S'il le pouvait il acheterais volontiers l'œuvre, mais il n'a pas l'argent, et pirater c'est tellement simple qu'il ne va pas se priver de la musique qu'il aime, et il serait bien bête

robin hood[edit]

Quand on sait que sur 1€ le titre, l'auteur n'en reçoit que 5 cents, il serait peut être un peu temps de réduire ses marges, non ? Le prix de l'album est quasiment identique pour un CD ou téléchargé d'internet. Curieux, alors qu'il n'y a plus besoin de presser le CD, faire le packaging, le livrer cher le vendeur (distribution) et le mettre dans des bacs (ce qui prend de la place). Il n'y a presque plus d'intermédiaires, la musique sort de la table de mixage et va tout droit sur le site de vente. Et pourtant, on en voit pas de réduction de prix, c'est un peu se foutre du consommateur quand même.

les plateformes[edit]

Enfin elles commencent à apparaitre et à être potables, mais il en reste toujours que l'offre et l'accessibilité laissent à désirer. Alors qu'ils y a des améliorations du coté de la musique, la vidéo fait tout le contraire (exemple de M6). Il est quasi impossible de pouvoir trouver et visionner le film désiré en VOD, et à l'opposé il est si simple, rapide et efficace de le télécharger illégalement. Donc au lieu de pourchasser bêtement les pirates, il faudrait commencer par proposer une offre décente.

la pub[edit]

Si je critique le prix on va me parler des site d'écoute en ligne (cf interview sur france inter) qui fonctionnent à la pub. Justement, si sur certains sites ont n'est rien oblige de payer, comment ce fait-il que sur les site officiels le prix soit si élevé ? Et la publicité, tant qu'on y est, parlons-en. Que ce soit à la télé, à la radio ou au cinéma, il y en a toujours de plus en plus. Donc partout où on essaye de profiter des œuvres il y a plein plein de pub (et je ne dis que très bas qu'il est beaucoup plus agréable de regarder tranquillement un film pirate que de le regarder la télé où il y a une coupure de pub de 15 min toutes les 30 min). Ne serait-ce pas là la source de revenue idéale, puisque les publicités profitent bien du film, plus celui-ci est visionné, plus le prix de la pub est élevée ?

critiques à la quadratude du net[edit]

Démolir la loi en disant que c'est pas réalisable techniquement c'est vraiment faible. La plupart ici ont quelques connaissances en informatique et savent :

  • il est très facile que couper que internet, tout en laissant le téléphone et la télé
  • il est possible de sécuriser un accès internet. Et le cracker qui installe un cheval de troie sur un PC ne va pas l'utiliser pour télécharger des œuvres

de plus :

  • que nier les œuvre libres c'est pas du tout dans l'esprit de la loi. Les ayant-droit s'en foutent et n'attaqueront jamais qui que ce soit pour ça
  • le travail d'analyse et très bon, mais à part critiquer (ou prévenir), peu de solutions sont proposées.

Conclusion[edit]

Voila, j'ai présenté mon avis et mes solutions que je pense réalistes. Après si on cherche toujours à traquer le pirate sans merci au point d'atteindre la vie privée, tout le monde va passer au 100% crypté (les solutions existent déjà) et la les ayant-droits auront tout perdu, car il sera alors impossible de stopper le piratage, ni de filtrer ou surveiller. Et en fait j'en serait plus qu'heureux si c'était le cas, donc après tout, allez-y, essayez d'envahir notre vie privée, je serais heureux de diffuser mes connaissances sur l'anonymat et le chiffrage.