SimonBusuttil/fr

From La Quadrature du Net
Jump to navigationJump to search


Mémoire politique : Simon BUSUTTIL, eurodéputé

{{#icon:SimonBusuttil.jpg|Simon BUSUTTIL}}

Informations générales

Calligraphy.png
Contact
{{#icon:Cliquez_pour_appeler.png|+32 2 28 45 686||callto://+3222845686}}


Fonctions au Parlement européen

Curriculum Vitae

  • Docteur en droit de l'université de Malte (1993).
  • Maîtrise d'études européennes de l'université du Sussex (Royaume-Uni, 1994).
  • Maîtrise de droit international de l'université de Malte (1995).
  • Associé du cabinet Ganado Sammut Advocates (depuis 1997).
  • Directeur fondateur de la société Europa Research and Consultancy Services Ltd (depuis 1995).
  • Professeur invité du département de droit européen et de droit comparé (faculté de droit) et du centre de recherches et de documentation européennes de l'université de Malte (1997-2004).
  • Conseiller en affaires européennes auprès du ministre des affaires étrangères, du ministre de l'éducation et du ministre de l'environnement (1996-2004).
  • Directeur du centre d'information Malte-UE (en charge de la stratégie de communication du gouvernement maltais sur l'Union européenne en vue du référendum sur l'Union européenne) (1999-2003).
  • Membre du groupe central de négociation pour l'adhésion de Malte à l'Union européenne (1999-2003).
  • Membre du comité directeur du PN (2004).
  • Nommé membre de l'Ordre national du mérite de Malte par le Président de la République pour services rendus à la nation (2003).
  • Lauréat du Prix du meilleur jeune décerné par la section maltaise de la Jeune chambre internationale (2004).

Votes


Prises de positions

Sources d'informations

Positions

Merci d'enrichir cette partie en y rapportant les prises de positions de Simon BUSUTTIL concernant les sujets traités par La Quadrature du Net (consultez la page Help:Memoire_politique pour savoir comment faire).

21/07/2010 Déclaration écrite 12/2010 (ACTA/ACAC) =

A signé la déclaration 12/2010 sur l’absence d’un processus transparent et la présence d’un contenu potentiellement controversé concernant l’accord commercial anti-contrefaçon (ACAC).