Les bons exemples contre HADOPI

De La Quadrature du Net

les artistes[modifier]

Nine Inch Nails[modifier]

« 

Le groupe de rock Nine Inch Nails continue sa marche loin des chemins balisés des maisons de disque. [...]Trent Reznor, leader de Nine Inch Nails avait produit et mis en ligne presque gratuitement le nouvel album du poète et slammeur Saul Williams.
[...]

Sur le site, n’importe quel internaute peut, une fois inscrit gratuitement, télécharger les versions brutes des morceaux de Nine Inch Nails et de certains titres de Saul Williams »
    — Sébastien Delahaye, Nine Inch Nails se remixe en ligne


« 

Le géant de la vente en ligne Amazon a sorti la liste de ses meilleures ventes en ligne d’albums en format mp3. En tête de ce classement, on trouve Ghosts I-IV de Nine Inch Nails, un album de trente-six morceaux instrumentaux sorti sous licence Creative Commons BY-NC-SA.
[...]

Les fans de NIN auraient pu aller sur n’importe-quel réseau de partage de fichiers et télécharger l’ensemble de l’album légalement. Beaucoup l’ont fait, des milliers vont continuer à le faire. Alors, pourquoi les fans se donneraient la peine d’acheter des fichiers identiques à ceux disponible sur les réseaux de partage ? », s’interroge ainsi Fred Benenson. Selon lui, une explication possible est « la commodité et la facilité » d’achat proposées par NIN et Amazon. Et une autre « que les fans ont compris qu’en achetant les mp3 ils soutenaient directement la musique et la carrière d’un artiste qu’ils aiment. »  »
    — Astrid Girardeau, Nine Inch Nails, gratuit et best-seller



Moby[modifier]

the music is free as long as it's being used in a non-commercial or non-profit film, video, or short. If you want to use it in a commercial film or short then you can apply for an easy license, with any money that's generated being given to the humane society.


http://fr.youtube.com/mobygratis

Curt Smith[modifier]

L'ex-chanteur des Tears for Fears explique son choix des Creative Commons


http://www.framablog.org/index.php/post/2009/01/25/ex-tears-for-fears-curt-smith-creative-commons

Monty Python[modifier]

Les Monty Python avaient fait un choix pour le moins cavalier en ces périodes où filtrage et traque au piratage l’emportent : en adoptant une démarche pédagogique, tournée sous fond de dérision, ils ont décidé d’ouvrir une chaîne spéciale sur Youtube pour y diffuser gratuitement plusieurs de leurs (fameux) sketchs.[...] Résultats des courses ? Les ventes des DVD des Monty Python ont explosé sur le site d’e-commerce, caracolant à la deuxième place de la section coffret de Films et téléfilms, avec une hausse des ventes de 23 000%, excusez du peu.


http://www.pcinpact.com/actu/news/48648-monty-python-vente-amazon-youtube.htm

Marc Cerrone[modifier]

La musique est condamnée à être gratuite et il faut trouver des solutions pour créer des revenus autrement[...]Je n'ai jamais autant gagné ma vie qu'aujourd'hui grâce aux droits dérivés alors que mes musiques sont pillées par les DJ pour des samples et que mes albums sont piratables


http://www.numerama.com/magazine/12217-Comment-Cerrone-remercie-Christine-Albanel-d-avoir-offert-sa-musique-aux-internautes.html

No Doubt[modifier]

« 

Pour justifier la lutte contre le piratage, les maisons de disques répètent à qui veut l'entendre que les artistes gagnent moins d'argent par les concerts que par la vente de disques. Mais certains artistes semblent ne pas avoir lu le post-it.

Le groupe No Doubt, qui prépare sa tournée aux Etats-Unis, propose ainsi aux fans de télécharger toute leur discographie lorsqu'ils réservent une place de concert après avoir adhéré au "No Doubt Tour Club", une sorte de fan-club spécialement créé pour la tournée. »
    — Guillaume Champeau, No Doubt offre toute sa discographie contre l'achat d'une place de concert


Metric[modifier]

De nos jours être un grand groupe qui a vendu des millions d'albums n'est pas synonyme d'avoir une maison de disque ... Encore un exemple : METRIC

N’ayant plus de maison de disques pour le distribuer -hormis chez eux et au Mexique-, le quatrième album de Metric ne pourra être acheté que depuis leur site officiel où il est déjà disponible en pré-commande et en plusieurs versions. http://www.ilovemetric.com/store/

Par contre, ce nouvel album qui devait sortir le 14 avril est déjà en écoute intégrale sur le myspace du groupe http://www.myspace.com/metric . En effet, Metric fait partie de ces groupes qui sont partisans du téléchargement “intelligent” et savent très bien qu’aujourd’hui les amateurs de musique n’achètent pas un album sans avoir eu l’occasion de l’écouter avant.

Mos Def[modifier]

Mos Def a choisi de vendre son prochain album The Ecstatic, en le proposant via un T-shirt. Le tshirt possède un code permettant de télécharger ces chanson.

Source: http://fr.news.yahoo.com/5/20090620/tcu-mos-def-vend-son-album-via-un-t-shir-bc6317b.html

Morrissey[modifier]

Le musicien anglais Morrissey, ex-chanteur des Smiths, appelle ses fans à boycotter le prochain double coffret musical dont il fait l’objet, car sa maison de disque, EMI, ne l'a pas consulté, et de plus ne lui paye aucune royaltie depuis 1992...

Source : http://www.desinvolt.fr/+Morrissey-boycotte-sa-musique+

Les éditeurs[modifier]

in libro veritas[modifier]

http://www.inlibroveritas.net/ => livres

kassandre[modifier]

http://www.kassandre.org => films libres

dogmazic[modifier]

http://www.dogmazic.net/ => Musique

Spécial[modifier]

86 artistes contre l'HADOPI[modifier]

L'appel "Téléchargez moi" lancé par le site Internet Mon Amour réunit 86 artistes qui s'opposent à l'HADOPI et fait écho au 52 artistes qui s'étaient déclarés en faveur de cette loi.

"Certains émargent dans les centres d’art contemporain et les expositions internationales, à l’instar de Mathieu Briand, Claude Closky ou Alexandre Perigot, d’autres sont plutôt repérés en dehors des institutions comme Invader (il organise des invasions de villes à l’aide de mosaïques figurant les envahisseurs du jeu d’antan) ou M. Chat, figure de l’art urbain. Ce texte rapproche également des créateurs travaillant avec l’outil Internet, comme Agnès de Cayeux (qui ouvre fin septembre le projet x-réseau au Théâtre Paris-Villette) ou Grégory Chatonsky, des artistes qui travaillent le son, à l’instar de Jérôme Joy (et son labo Locus Sonus) ou du collectif Mu (qui ne se désintéresse pas des questions françaises malgré son périple au long cours sur Rhin et Danube). D’autres travaillent les formes graphiques, comme le directeur artistique de poptronics, Christophe jacquet dit Toffe ou le designer Etienne Mineur, on retrouve aussi ceux qui s’intéressent au spectacle vivant, comme le metteur en scène Philippe Quesne, très repéré depuis son succès public et critique cet été à Avignon (« La mélancolie des dragons ») ou encore Adrien Mondot (et son jonglage virtuel poétique en diable), et ceux qui s’intéressent au verbe, comme l’écrivain Chloé Delaume et le poète Christophe Fiat." - Poptronics